PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L'intégration du Web 2.0 dans l'enseignement

J’aimerais commencer mon billet en vous faisant un bref topo de la situation actuelle. Tout d’abord, nous entendons beaucoup parler de la « génération C ». Avant mon cours d’intégration des TIC, je n’avais aucune idée de quoi il s’agissait. Maintenant, je suis en mesure de vous dire que j’en fais partie, moi et plus d’un million d’autres Québécois nés entre 1982 et 1996. Nous sommes qualifiés comme étant des jeunes qui ont grandi avec les technologies. Effectivement, quand je pense à ma vie sans les ordinateurs, sans mon I-Pod, sans mon téléphone cellulaire, j’ai peine à imaginer ce que ma vie serait. Nous collaborons, nous communiquons et nous créons à partir des différents procédés qui nous sont offerts et ce depuis notre tout jeune âge. Jusqu’à dernièrement, je me considérais comme une personne ayant une base et quelques connaissances au niveau informatique. Mais, pendant mon cours d’informatique à l’Université, je me suis vite rendue compte que j’étais déjà dépassée. En effet, M. Giroux nous a présenté le web 2.0 qui connait un élan éblouissant depuis une dizaine d’années. Il s’agit d’une nouvelle version d’internet dans laquelle les échanges, la collaboration et encore bien plus sont au premier plan. J’étudie actuellement en deuxième année en enseignement préscolaire primaire à l’Université du Québec à Chicoutimi. Mes quelques expériences en stage m’amènent à réfléchir quant à l’apport de l’intégration des TIC ainsi que du 2.0 dans les classes du primaire. Donc, mon essai portera plus exactement sur l’utilisation du Web 2.0 à des fins pédagogiques. De ce fait, nous ferons un survol des outils qu’offrent Web 2.0 qui pourraient être intégrer dans une pratique éducative de façon pertinente dans les classes. Certains enseignants ont encore de la difficulté à admettre l’évolution de la technologie et ce, par crainte de perdre le contrôle ou encore de mettre une croix sur leur bon vieux style d’enseignement de type traditionnel. Ce qui provoque chez les élèves un manque d’intérêt et de stimulation flagrants. Pour ma part, je suis certaine que l’intégration quotidienne des TIC et du Web 2.0 permettrait aux élèves de se sentir plus concernés à partir d’une approche qui sera plus intéressante et qui à coup sûr s’aura capté leur attention. Nous nous devons en tant que futurs éducateurs d’adapter notre enseignement à la clientèle actuelle. Je crois que c’est possible avec le Web 2.0. L’ancien Web 1.0 ne nous permettait pas d’interagir directement avec l’information. Nous agissions en tant que chercheur d’information, nous cherchions l’information puis nous l’utilisions. Le Web 2.0 nous permet d’agir activement et ce en créant du contenu, en actualisant l’information en donnant notre opinion et encore… De plus, il est à mon avis beaucoup plus facile d’accès et moins complexe à utiliser. Cela à pour but de rejoindre le plus de gens possible. Il devient en quelque sorte une plateforme autonome. Ce qui veut dire qu’il est indépendant de toutes plateformes matérielles et logicielles. Voici une image qui démontre bien la différence entre les deux versions, celle-ci m’a permis de bien les distinguer ; . L’utilisation des technologies dans les classes permettrait de susciter l’intérêt des élèves en se rapprochant de ce qu’ils connaissent le mieux. De plus, celles-ci ajouteraient des diversités dans l’enseignement. Les élèves pourraient explorer, découvrir et créer à partir de différentes options offertes par internet. L’accès à l’information n’a désormais plus de limite, la rapidité a aussi son rôle à jouer quant à l’efficacité d’un système. Regardons maintenant en quoi certains outils du Web 2.0 pourraient être avantageux à adopter en classe.

Tout d’abord, la planification pour les enseignants se verra améliorée, les papiers ne sont désormais plus d’aucune nécessité. Les jeux pédagogiques peuvent être réalisés en direct et le matériel didactique pourrait se retrouver en grande partie sur le Web. En faisant mes recherches, je suis tombée sur un tableau très intéressant destiné aux enseignants. Il s’agit de différents sites du Web 2.0 qui peuvent s’avérer très pertinent pour les éducateurs. Que ce soit pour le français, les mathématiques, les sciences, les arts, internet se révèle une source inépuisable d’information et de matériel didactique. Voici les différents sites faisant partie du Web 2.0 pouvant servir concrètement aux enseignants. Tout d’abord, le Google Docs qui permet de créer des textes et des feuilles de calcul, Wikipedia qui peut agir comme encyclopédie, YouTube met à notre disposition la vidéo qui peut être intégrée sans aucun problème lors des enseignements, Del.icio.us qui permet de classer nos signets d’une manière différent, Flickr site Web sur lequel toute la classe peut commenter des images, SlideShare pour placer nos présentations Powerpoint en ligne et pour terminer Slide qui nous offre la possibilité de réaliser des diaporamas. Il existe aussi d’autres outils qui peuvent s’avérer pertinent pour les professeurs. Par exemple, si on pense à un accès plus collaboratif, un enseignant pourrait simplement s’ouvrir un blogue sur Edublogs10, puis par la suite y joindre un fil RSS afin de partager la publication, en lui donnant une catégorie comme par exemple; en éducation ou encore en enseignement des mathématiques telles que classées dans Eureka ou encore dans Wikis. Voilà, en quelques minutes seulement ces informations seraient en ligne et tous pourraient y avoir accès. Un enseignant peut aussi profiter des dispositifs qu’offre le Web 2.0 sans lui-même partagé activement à la rédaction des contenus.

Les blogues peuvent aussi servir d’applications pédagogiques tant entre les enseignants, la classe et les élèves. Selon la vitrine Technologie-Éducation publié en avril 2006, les enseignants peuvent se servir des blogs pour proposer des ressources pédagogiques, réfléchir sur leur pratique professionnelle, supporter un travail de recherche, fournir des informations pratiques sur un cours, prolonger un travail réalisé dans leur classe et proposer des activités pédagogiques. Un blogue classe peut permettre de réaliser un projet pédagogique, communiqué avec ses élèves, les élèves peuvent communiquer entre eux. Tandis qu’un blogue élève peut permettre d’évaluer son travail au cours de l’année et de faire ses devoirs. Les blogues sont très populaires et sachez qu’il en existe dans différentes matières (mathématique, français, anglais…)

Les réseaux sociaux sont aussi très nombreux sur le Web 2.0. Ils peuvent permettre à un enseignant ou à toute autre personne de retrouver un ancien ami. Les plus populaires sont Facebook, Twitter, et Myspace. Bien que plusieurs enseignants y soient plutôt défavorables et craintifs ceux-ci peuvent s’avérer des outils de communication très efficaces entre les utilisateurs.

Les vidéos sont d’autres outils présents dans internet, ils peuvent aussi être intégrer lors des périodes d’enseignement. Les professeurs ont l’occasion d’agrémenter leurs présentations à l’aide de différents extraits présents sur YouTube par exemple. Bien que la diffusion des vidéos ne soit pas exclusif au Web 2.0, cela peut être tout aussi pertinent de les adopter.

Pour conclure, je crois que nous devons développer de nouvelles stratégies afin de maintenir la participation active des étudiants, cela va leur permettent de progresser dans leur cheminement scolaire. Il est certain que nous n’avons pas fait le tour de tout ce qu’offre le Web 2.0, mais je crois que les enseignants et les futurs enseignants qui liront cette page auront quelques idées afin de l’intégrer dans leur classe. Je considère que je ne possède pas encore suffisamment tout ce qui attrait le Web 2.0. Je devrai continuer de travailler celui-ci afin d’être en mesure de bien l’utiliser ou encore jusqu’à l’explosion du Web 3.0. Il est très important de toujours rester à l’affut et de se mettre continuellement à jour car, les technologies évoluent à un rythme extraordinaire. Dans mon cas, je considère que chaque enseignant devrait être formé afin de pouvoir utiliser le Web actuelle à son avantage. L’intégration de celui-ci peut sembler non pertinent pour quelqu’un qui n’a aucune notion au point de vue technologique. Mais pour quelqu’un qui est en mesure de l’utiliser, le Web 2.0 peut se révéler une vraie mine d’information. Avant de terminer, je voudrais tout de même spécifier que je ne veux pas abolir l’enseignement traditionnel avec les cahiers, les crayons et les feuilles. Ce que j’ai voulu démontré avec cet essai, c’est que nous devons en tant qu’enseignant s’adapter aux jeunes d’aujourd’hui qui baignent depuis leur tout jeune âge dans les technologies.

  • J’ai fait de mon mieux pour corriger ce texte mais, je ne peux certifier qu’il est sans faute.
etu10

Auteur: etu10

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

MaEr321 MaEr321 ·  26 octobre 2010, 7:55:06 PM

le web 2.0.. je n'y voyais pas beaucoup d'utilité avant le cours avec P. Giroux.. faut dire que je ne savais même pas c'était quoi!!! Maintenant que nous avons ce cours, nous sommes plus compétents face aux TIC n'est-ce pas hahaha!!

Ton essai est très bien rédiger. Je crois définitivement, tout comme toi, que le web 2.0 doit être intégrer dans les classes, car avec toute la communication et l'échange que cela permet ça ne peut être que bénéfique pour l'apprentissage scolaire des élèves. Cependant, tu nous parles d'une image dans un des paragraphes, mais elle ne marche pas.. j'aimerais bien savoir de quoi il s'agit pour me permettre à moi également de les différencier encore mieux, même si je m'en viens super bonne hahaha!!

Merci pour ton essai!!! Et je suis bien en accord avec ta pensée!
bonne chance dans ta carriere =P

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Le premier "Salon techno-pédago" de l'UQAC

Le comité de pédagogie universitaire de l'UQAC a organisé le premier "Salon techno-pédago" de l'UQAC le 8 avril dernier. Voici ce que j'y ai présenté...

Lire la suite

Sujet des travaux de session pour le trimestre d'hiver 2011

Voici une liste de sujets que je souhaite voir traités durant le trimestre.

Lire la suite