PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Sur les conditions favorisant l'intégration des TIC

En septembre dernier, j'ai demandé des volontaires pour participer à un projet pédagogique. J'ai fait appel aux lecteurs de PédagoTIC, aux Reptic des Cégeps, à la liste Édu-Ressources et à plusieurs de mes contacts. J'ai ensuite jumelé des équipes d'étudiants avec un volontaire. Les étudiants devaient interviewer « leur » volontaire au sujet des conditions qui facilitent ou nuisent à l'intégration des TIC. La semaine dernière, les futurs enseignants ont présenté oralement les réponses des volontaires. Voici un résumé des conditions qui favorisent ou facilitent l'intégration des TIC! C'est ce que j'ai retenu et compris. Peut-être les étudiants décideront-ils de compléter...

Un résumé des éléments qui nuisent ou ralentissent l'intégration des TIC suivra prochainement...

Qui sont les volontaires?

L'échantillon des volontaires est varié.

Il y a d'abord plusieurs enseignants du préscolaire, du primaire et du secondaire. Parmi les représentants du secondaire, certains proviennent du réseau privé. Parmi les enseignants, au moins une personne a fait des études doctorales et a déjà participé à des recherches portant sur l'intégration des TIC et une autre est née dans un milieu familial pro-TIC. Les autres sont le plus souvent autodidactes. Au moins une enseignante était à la retraite et deux étaient identifiées comme personnes-ressources dans leur école en ce qui a trait aux TIC. Ils travaillent en région et dans les grands centres.

Plusieurs volontaires étaient conseillers pédagogiques spécialisés dans les TIC. Ils provenaient du primaire/secondaire et du collégial. La majorité des volontaires étaient enseignants avant d'occuper ce poste. D'autres sont ensuite gestionnaires. Directeurs d'écoles primaires ou secondaires, directeurs des services informatiques d'une CS ou directeur de CS. La majorité de ces gestionnaires ont déjà été enseignants, au Québec ou ailleurs au Canada.

Finalement, quelques volontaires sont des universitaires européens ou québécois.

Outils et moyens de communication

Plusieurs moyens ont été utilisés par les futurs enseignants afin de questionner « leur » volontaire. La majorité a réalisé l'entrevue en mode synchrone. Quelques chanceux ont pu rencontrer « leur » volontaire en face à face. Les autres ont utilisé le clavardage (AIM, Messenger), la vidéocommunication (Skype, VIA) ou le téléphone. Quelques équipes ont préféré le mode asynchrone et plutôt utilisé un questionnaire et le courriel.

Résumé des conditions favorisant l'intégration des TIC.

Les conditions nommées sont nombreuses. Je les ai donc regroupés par catégorie. Ces catégories ne sont pas toujours mutuellement exclusives... Désolé!

1. Soutien

Selon les volontaires, il est d'abord important qu'un technicien soit vraiment disponible. Ce dernier devrait idéalement être sur place ou pouvoir y être rapidement (5 minutes?). Il devrait ensuite être compétent et, surtout, compréhensif. Les enseignants ont des visées autres que l'efficacité ou la stabilité des logiciels et s'intéressent peu aux difficultés d'installation...

Les volontaires ont ensuite précisé que le soutien offert aux enseignants devrait aussi être pédagogique, pas seulement technique. Certains croient aussi que le soutien est meilleur lorsqu'il provient du groupe. Plusieurs solutions ont ainsi été proposées par les volontaires telles que la nomination et le dégagement partiel d'un des enseignants de l'école et la mise en place d'un réseau d'élèves « experts » au niveau de la classe ou de l'école, des élèves capables d'aider les autres apprenants et les enseignants.

2. Caractéristiques de l'enseignant

Certaines caractéristiques de l'enseignant semblent en mesure de faciliter l'intégration des TIC. La première serait d'être en mesure d'entretenir de bons rapports humains avec les apprenants, d'avoir un lien fort avec ces derniers et d'être en mesure de réellement communiquer avec eux.

L'ouverture d'esprit est une deuxième caractéristique de l'enseignant qui faciliterait la réussite de l'intégration des TIC. Les volontaires ont, entre autres, parlé d'être à l'affût des nouveautés, de se renseigner à ce sujet et d'essayer de les comprendre. Il a aussi été proposé que les enseignants ne devaient pas avoir peur d'essayer de nouvelles technologies ou méthodes pédagogiques et de faire confiance aux jeunes.

Plusieurs répondants ont parlé de l'importance de la motivation. Il faut être prêt et désireux de s'investir. Les enseignants doivent aussi être suffisamment motivés pour se responsabiliser par rapport aux TIC et à la formation.

Une forte majorité de volontaires a fait référence à l'utilisation des TIC. Il a été question de maîtriser les bases de l'informatique ou d'avoir certaines connaissances minimales. Un volontaire a parlé de l'importance d'être dans une zone de confort ou d'aisance... On nous a aussi dit que les TIC sont un peu viscérales. J'ai compris que dans son cas ça venait des tripes et que ceux qui ne sont pas instinctivement ouverts aux TIC devraient se les approprier pour développer certains réflexes d'utilisation. Au moins un intervenant à parler de l'importance de connaître les avantages des TIC et les usages possibles.

Plusieurs qualités personnelles ont aussi été citées telles que la patience, la flexibilité cognitive ou la capacité d'adaptation aux changements et la capacité d'improvisation. Selon certains volontaires, les enseignants qui réussissent le mieux l'intégration des TIC aiment collaborer et travailler en équipe. Ça me semble logique puisque l'on doit souvent se fier à la compétence d'un technicien ou d'un collègue et que les projets TIC sont souvent réalisés à plusieurs.

La dernière caractéristique de l'enseignant qui semble faciliter l'intégration des TIC selon les volontaires (tous les volontaires ne l'ont pas dit, mais plusieurs...) serait de concevoir les apprenants comme le centre du processus d'apprentissage et de se préoccuper d'abord et avant tout d'eux! En lien avec cela, il semble que les enseignants qui réussissent seraient ceux qui mettent la pédagogie à l'avant-plan plutôt que de se centrer sur la technologie.

3. La pédagogie et la planification

Plusieurs conseils ont aussi été offerts quant à la planification ou à la pédagogie. L'intégration devrait être progressive et graduelle. Il faut commencer avec des projets simples et l'on nous a recommandé d'utiliser des outils/logiciels avec lesquels nous sommes à l'aise.

L'intégration devrait aussi avoir un but ou être organisée autour d'une intention pédagogique claire.

Les TIC devraient ensuite remplacer d'autres activités. Les TIC ne sont pas un surplus. Par contre, il vaut mieux avoir un plan B ou prévoir un autre moyen de faire les mêmes apprentissages. (Ce commentaire était souvent associé à d'autres au sujet de la qualité de l'équipement... J'en parle plus loin.)

Il serait aussi aidant de prévoir l'utilisation des compétences des apprenants et de miser sur les apprenants les plus compétents en TIC pour offrir du soutien au niveau de la classe ou des équipes de travail.

Finalement, il ne faut pas interdire et obliger, mais plutôt éduquer les apprenants à faire des choix intelligents et leur expliquer pourquoi. (Exemple: interdire Google)

4. Matériel informatique

La très forte majorité des volontaires semblent avoir discuté de l'importance du matériel informatique. Les outils doivent d'abord être disponibles en quantité suffisante. Le ratio apprenant-ordinateur devrait être élevé. Idéalement, il serait d’un ordinateur par apprenants et ces ordinateurs seraient portables ou, à tout le moins, localisés dans la salle de classe. D'autres intervenants ont proposé d'utiliser des laboratoires mobiles. Le matériel doit ensuite être fonctionnel (en bon état!), les logiciels récents et mis à jour régulièrement et la configuration de base des ordinateurs d'une même classe ou d'un même laboratoire devrait être identique. Le choix des outils est primordial. Les logiciels devraient être stables, supportés par un réseau fort, et leur utilisation devrait être facile du point de vue de l'enseignant et des apprenants (pas du point de vue du technicien en informatique!). Chaque enseignant devrait aussi avoir un portable. Cela contribuerait, entre autres, à faciliter l'appropriation des outils pas les enseignants. La connexion à Internet devrait ensuite être rapide partout dans l'école et la CS. Un accès sans fil au réseau permettrait aussi plus de mobilité dans la salle de classe et serait plus flexible du point de vue des méthodes pédagogiques. Finalement, la disponibilité d'autres technologies tels que des caméras numériques (photographie et vidéo), magnétoscopes, lecteurs DVD et téléviseurs aiderait aussi.

5. Équipe-école

L'équipe-école pourrait aussi faciliter l'intégration des TIC si elle est unie, la communication y est bonne et les interactions nombreuses, si on y fait preuve d'ouverture par rapport aux TIC et qu'elle se donne un projet d'équipe lié aux TIC. Identifier une personne-ressource aiderait aussi. Il importerait ensuite de reconnaître les efforts des enseignants et de libérer du temps pour permettre la planification et la réalisation des projets TIC. Le fait d'avoir un enseignant pouvant servir d'exemple dans une école serait important (rayonnement) et la présence de jeunes enseignants faciliterait aussi la mise en place de projets TIC. Le ratio élèves enseignants serait aussi important. Le plus bas, le mieux! L'équipe-école pourrait contribuer positivement à l'intégration des TIC en offrant/diffusant/annonçant les occasions de formation et d'intégration des TIC.

6. $$$

Plusieurs individus ont parlé des budgets. Il devrait y avoir un budget réservé aux TIC et bien distribué entre le matériel et la formation. Certains budgets devraient être accordés ponctuellement pour permettre des mises à jour importantes, d'autres, plus réguliers, pourraient servir à la formation. Plusieurs répondants ont laissé entendre que d'utiliser des logiciels libres pourrait, à plus ou moins long terme, favoriser l'intégration des TIC...

7. Formation

La formation continue des enseignants au sujet des TIC et de la pédagogie est aussi ressortie comme une condition favorisant la réussite de l'intégration des TIC. Cette formation devrait permettre aux enseignants d'acquérir des compétences en fonction de leur niveau personnel de compétence. La formation est importante, car elle permet aux enseignants de s'adapter aux TIC au même rythme que les apprenants. Plus de formation initiale serait utile et de la formation continue devrait toujours être facilement disponible et accessible pour les enseignants motivés qui ont des besoins.

8. Cohérence des objectifs des différents services

Au moins un volontaire à parler de l'importance d'organiser des rencontres fréquentes entre les services informatiques et les enseignants et de mettre en place des conditions propices à l'écoute. Je porte peut-être cette idée plus loin que ce que son auteur désirait, mais je crois que c'est essentiel à la réussite de l'intégration des TIC parce que ça contribuera à uniformiser les buts et visées des différents acteurs impliqués.

9. Loi

L'organisation même du programme de formation québécois semble, dans certains cas, pouvoir faciliter la réussite de l'intégration des TIC puisque le fait que les TIC figurent à notre programme de formation a été identifié comme une force.

Autres sujets abordés

Les futurs étudiants ont profité de cette occasion pour questionner les volontaires sur bien plus que les conditions/barrières à l'intégration des TIC. Les sujets suivants ont, entre autres, été discutés:

  • Projet-école
  • Plan d'action TIC de la CS
  • Projets ou exemples d'intégration des TIC
  • Formations disponibles et favorisées par les enseignants
  • Avantages associés aux TIC
  • Relation entre les TIC et la motivation
  • Pédagogies propices à intégrer les TIC
  • Situation des TIC dans les CÉGEPS et CS
    • nombre d'ordinateurs
    • utilisation
    • Qualité du matériel
    • âge du matériel
  • Niveaux de compétences des jeunes et des enseignants
  • Attitude générale des enseignants et des apprenants vis-à-vis des TIC
  • Soutien TIC disponible dans les CS
  • Logiciels les plus utilisés
  • Limites imposées aux jeunes dans les laboratoires, sur les réseaux et dans les classes

Beaucoup plus tard...

Mario souligne ce billet dans son blogue.

Ce billet du "Ze cool blogue" parle des conditions gagnantes...

pgiroux

Auteur: pgiroux

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Stéphane Allaire (Ytsejamer) Stéphane Allaire (Ytsejamer) ·  31 octobre 2007, 9:43:35 PM

Aux intéressés par la question, une référence importante à consulter en la matière: les conditions d'implantation d'une innovation de Ely (1999).

npageau npageau ·  12 mars 2010, 12:20:12 AM

Je suis en parfaite accord avec l'intégration des tic dans les écoles de formation, mais pour que cela se produise, ça prendrais des enseignant qui veulent bien l'apprendre, se recycler.En bout de ligne, je constate que les enseignant du presque troisième âges sont beaucoup plus encrer dans leurs fichus habitudes et dans leurs routines rigides.C'est des enseignants plus jeunes et plus courageux qui n'ont pas peur de la nouveauté qui oseront l'intégrer dans leur pédagogie au quotidien.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Le premier "Salon techno-pédago" de l'UQAC

Le comité de pédagogie universitaire de l'UQAC a organisé le premier "Salon techno-pédago" de l'UQAC le 8 avril dernier. Voici ce que j'y ai présenté...

Lire la suite

Sujet des travaux de session pour le trimestre d'hiver 2011

Voici une liste de sujets que je souhaite voir traités durant le trimestre.

Lire la suite