PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Pour conclure à propos du Web 2.0 - Demande d'assistance à la blogosphère québécoise

Dimanche, 22h25. Le SuperBowl est terminé. Tout le monde en parle aussi!

Ce n’est pas tout, mais j'ai un cours demain et je n'ai toujours pas décidé comment je vais conclure mon module à propos du Web 2.0. J'ai environ 40 minutes pour m'assurer que mon groupe de futurs enseignants a bien compris et qu'ils envisageront désormais le Web différemment. Au cours de ces 40 minutes, je dois aussi m'assurer qu'ils sont suffisamment outillés pour réussir le travail pratique que je leur ai donné. Et mon TP, ce n'est pas de la tarte!

Avant de faire mon appel à tous, précisons d'abord ce que j'ai demandé à mes étudiants comme premier travail pratique. Je ne ferai pas de cachette, si des collègues veulent réutiliser mon idée, je vous encourage. Et si vous l'améliorez, j'aimerais bien le savoir... Je peux même envoyer la description détaillée du TP à ceux qui le demanderont par courriel. pgiroux arobase uqac.ca En gros, j'ai demandé aux étudiants de se mettre dès maintenant en mode "autoformation" et de découvrir que le Web 2.0 peut être utile aux enseignants qui veulent continuer à apprendre. J'ai un peu insisté sur le fait que c'est important pour un enseignant de continuer à apprendre... En clair, ils doivent formuler des objectifs personnels d'autoformation et élaborer une stratégie personnelle à plus ou moins long terme qui exploite un ou des outils du Web 2.0. Ils doivent ensuite mettre cette stratégie en place même s'ils sont encore étudiants et débuter leur autoformation. Ils devraient avoir déjà débuté le travail. Le 27 février 2009, ils devront me remettre un rapport présentant et discutant de l'ensemble. Ce TP m'a été inspiré l'hiver dernier par 3 documents:

  1. Un vidéo de Stephen Downes à propos de l'usage du Web 2.0 pour apprendre;
  2. Ce diaporama qui a, je crois, été préparé par Martin Bérubé et qui parle des espaces d'apprentissage personnalisés;
  3. Ce [billet de François qui parle des réseaux et de la formation informelle|http://tinyurl.com/8jdl65|

Depuis le début du module à propos du Web 2.0, j'ai insisté sur deux caractéristiques importantes: le web se démocratise (implication de tous) et il devient une plateforme de travail. J'ai donné quelques exemples qui, je crois, exprimaient assez bien ces idées. J'ai ainsi parlé de la syndication RSS, des blogues, des wikis, de Google (Google Docs, Google Bookmarks et des Alertes Google). Demain matin, je vais probablement prendre quelques minutes pour parler des folksonomies et des sites de partages (del.icio.us, Flickr), du "micro-blogging" (Twitter) en ouvrant sur les réseaux sociaux et je donnerai l'exemple de Vyew...

Ce sera tout ce que j'ai le temps de présenter en ce moment...

Il ne faudrait cependant pas que mes étudiants croient que c'est tout ce que le Web 2.0 a à offrir. Je serais très déçu des TP reçus si je n'y trouvais pas quelques idées ou trouvailles originales. Une simple recherche sur le Web en utilisant Google ou Delicious avec les mots clefs Web 2.0 et outil (tool ou tools) rapporte des résultats très intéressants. Fouiller mon blogue et ceux que j'ai présentés ou cités depuis le début du cours rapporte aussi plusieurs références intéressantes...

Et pourquoi ne pas mettre à profit mon petit réseau? Dans le passé, j'ai obtenu des résultats variés et souvent surprenants...

Alors, voici finalement mon appel à tous. Quels outils du Web 2.0 recommandez-vous à mes étudiants de découvrir? Si vous avez écrit sur le sujet dans vos blogues, venez laisser un lien dans ce billet. J'encourage aussi mes étudiants à partager leurs découvertes originales.

C'est aussi ça le Web 2.0!

pgiroux

Auteur: pgiroux

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (15)

Mario Asselin Mario Asselin ·  01 février 2009, 11:42:19 PM

Le Web deux point machin truc se caractérise par le fait qu'il est bidirectionnel, c'est-à-dire qu'il sert autant à pousser du contenu qu'à en soutirer. Depuis que les usagers de La Toile disposent de moyens facile d'accès pour produire du contenu, le partager et entrer en conversation à partir de celui-ci, ils expérimentent plusieurs façons de travailler ensemble sans être au même endroit, au même moment.

Le blogue demeure pour moi l'outil du Web participatif le plus fascinant. Depuis quelques mois, le moteur de blogue WordPress montre une évolution particulière à partir de sa version MU (Multi-User) qui a donné naissance à BuddyPress. Pour un amateur de communauté que je le suis, c'est une sorte de fantasme... Je vous invite à découvrir cet outil à multi-facettes qui sert bien la publication Web, la micro-publication et le réseautage, en Intranet ou autrement...

Déjà, je travaille avec cet outil dans l'animation de quatre projets de communauté et je suis fasciné par les multiples possibilités qu'il offre. Plus de détails, par ici: www.buddypress-fr.net/ind...

Bon cours à tous et au plaisir de vous lire...

Martin Comeau Martin Comeau ·  02 février 2009, 12:27:15 AM

Bonsoir Patrick, question de sortir un peu des sentiers battus, la suite bureautique en ligne zoho.com est drôlement impressionnante. On se ballade dans les applications habituelles, traitement de texte, tableurs, etc, mais on ajoute en plus les bases de données, les wikis, la facturation, la gestion de projets, le courriel, l'agenda, jasant autant avec le iPhone qu'avec la mobilité Windows. Peu de gens avaient vu venir ce joueur il y a quelques années. Maintenant solidement implanté. www.centredaily.com/busin...

Patrice Létourneau Patrice Létourneau ·  02 février 2009, 12:30:21 AM

Bonjour à vous,

Pour les plus audacieux, je me permets de suggérer une immersion graduelle dans la sphère Wikimédia. Au programme, le développement et le raffinement de ses compétences en recoupement de l’information, en synthèse de son savoir, en vulgarisation… Mais aussi un apprentissage en situation réelle de la tolérance, car tout ne va pas de soi lorsqu’il faut apprendre à reconnaître le mérite sans pour autant pouvoir se baser sur l’autorité d’une instance extérieure (il faut dès maintenant se préparer à abaisser les murs de ses diplômes pour bien interagir…)… De même que l’apprentissage à la fois d’un «do it yourself» et d’un apprentissage de la pertinence des interventions collaboratives faite gratuitement et parfois sans aucun retour... Aussi, un apprentissage de la difficile NPOV (Neutral Point of View), ce qui est à long terme bénéfique, car il faut apprendre à travailler pour nos étudiants, peu importe que leurs souffrances soient issues de la droite où de la gauche (l’éducateur travaille avec des humains, pas avec des idéologies sur une feuille de papier). Et aussi, l’apprentissage de la patience, à la fois dans les discussions et dans les attentes où ne s’entend parfois que silence… Et puis, un apprentissage de la gestion de l’incertitude : savoir que l’on peut être vu pas une multitude d’yeux, sans rétroaction immédiate – mais toujours potentielles. Déstabilisant, mais extrêmement formateur, pour qui n’a pas peur de vivre la chute libre. Mais attention, ce n’est pas qu’un outil, c’est une aventure et c’est engageant… (Mais n’est-ce pas ce qui fait la beauté de la vie?)

À toutes les personnes qui étudient avec vous, je souhaite la meilleure des chances, quelle que soit la voie explorée !

Sincèrement,
Patrice Létourneau

jeff jeff ·  02 février 2009, 12:40:42 AM

le web 2.0 c'est aussi les réseau sociaux, les partage de favoris ainsi que les communautés spécialisé

Jean-Luc Trussart Jean-Luc Trussart ·  02 février 2009, 7:45:32 AM

Pour moi, le web 2.0 permet surtout une collaboration et le partage de ses productions pour les améliorer, les amener plus loin. En tant qu'enseignant soucieux de la réussite de mes élèves, je vois mal comment je pourrais garder mes SAÉ pour moi tout seul. Les nouveaux outils du web nous permettent de diffuser notre travail et de confronter notre travail auprès d'autres enseignants.

Je crois que ce qu'on doit retenir c'est qu'on ne doit pas avoir peur de partager et de soumettre notre travail à d'autres individus. Même si cela peut sembler risqué et déstabilisant pour un enseignant, je persiste à croire que c'est l'une des meilleures façons d'améliorer son enseignement.

Germaine Germaine ·  02 février 2009, 9:38:44 AM


Quelle alternative avez-vous pour le Web 2.0?

PG Martin PG Martin ·  02 février 2009, 10:14:36 AM

J'ai souvent l'impression que dès qu'on aborde le "2.0", on pense outils, on parle technologies. Faites ceci avec un blogue, faites cela avec les réseaux sociaux, ou encore ceci avec les outils de partage.
Mais l'élément essentiel de tout ce qui est 2.0, c'est une ouverture, un échange, une collaboration. Pour réussir les initiatives 2.0, il faut un changement de culture dans les organisations, il faut une culture 2.0.
C'est ce que j'abordais dans ce billet: Entreprise 2.0 : faut-il des gens 2.0? - blogues.directioninformat...

Patrick Giroux Patrick Giroux ·  02 février 2009, 11:14:46 AM

Germaine: Désolé Germaine, mais je ne permet pas de publicité sur mon blogue. J'ai donc édité ton commentaire et enlever les liens hypertextes... Quant aux initiatives, elles sont nombreuses et ton commentaire manque de précision. Faire l'inventaire des outils et ressources 2.0 serait trop long...

Ça nous ramène au commentaire de PG Martin. Le Web 2.0, c'est beaucoup une manière différente de faire les chose, de penser et de se comporter. Je suis d'accord. D'un autre côté, il ne faut pas mettre les outils de côté ou les démonisés. J'ai expliqué à mes étudiants que le Web 2.0 était une démocratisation du Web et j'ai présenté des outils qui permettent d'interagir, de produire du contenu facilement, de donner son opinion. Les outils servent d'exemple et de moyens pour rendre concret la nouvel manière de concevoir et d'agir sur le Web. Ils sont donc très utiles. Ces outils sont l'expression d'une nouvelle culture et ils représentent aussi une porte d'entrée vers celle-ci.

Patrick Patrick ·  02 février 2009, 11:18:01 AM

Une petite suggestion, que vous connaissez peut-être:

www.go2web20.net/

Attention, le site est exigeant pour la mémoire vive, processeur et connexion internet.

Je suggère à vos étudiants de sortir des sentiers battus et explorer les logiciels dont nous n'avons pas l'habitude d'utiliser en classe. Une application 2.0 sur les recettes? Un calculateur pour notre budget? Les élèves du primaire et secondaire n'en seront que ravis.

Luc Gendron Luc Gendron ·  02 février 2009, 11:27:43 AM

Pour maîtriser n'importe quel outil, il faut expérimenter et franchir nous-mêmes les trois phases de savoir, savoir-faire et de savoir-être. Pour les exploiter, il faut d'abord les "goûter"; non seulement les étudier théoriquement.

À ta question et comme il n'y a pas uniquement que des auditifs comme étudiants, les supports visuels 2.0 sont importants à considérer: blogveilleflorencemeichel...

En complément à ta question, je dirais que ce ne sont pas les outils qui ont stimulé les dynamiques de co-participation et de co-création des internautes. Le Web est naturellement 2.0 à la base. Les outils de gestion de contenus à la sauce Web 2.0 sont simplement venus faire ressortir et exploser ce potentiel déjà existant dans les premiers babillards, les forums, les chat, ...

Les gens ne veulent plus seulement "consommer" de la connaissance, ils veulent être des "prosumers" (www.socialtext.net/wikino... ) et participer à son évolution.

Sylvain Sylvain ·  02 février 2009, 11:30:19 AM

Salut Patrick !

J'arrive sans doute un peu tard... Disons simplement que le web2.0 est d'abord, comme qqn l'a dit, OUVERTURE et collaboration, voire co-construction. Il y a là un changement radical avec les anciennes façons de faire qui favorisent plutôt la compétition. Attention, je ne dis pas que la compétition est mauvaise, mais poussée à l'extrême, elle engendre, comme toute chose qu'on "exagère" des problèmes : soit des gens trop agressif qui parasitent les choses, soit des paranoiaques qui voient des complots partout... et ceci, web2.0 ou pas ! La vérité se situe sans doute entre les deux : quelques esprits mercantiles qui tentent de profiter de la situation et quelques esprits plus "utopiques" (ou puristes) qui pensent qu'un modèle peut être appliqué de façon parfaite à 100% : impossible, voyons ;-))

Le changement ou l'évolution de culture est ici primordial, peu importe les outils qu'on va utiliser. De toute façon, de nouveaux outils naissent chaque jour (et d'autres finissent par mourir ou être abandonnés) : certains répondront mieux à nos besoins que d'autres, certains sont des outils dits libres (open source), d'autres pas ou moins...

Voilà en gros mes pistes de réflexions que m'inspire ton billet ou ta question !

lina lina ·  04 février 2009, 6:54:02 PM

Voici l'histoire d'un rêve que je nomme : Comment l'ordinateur à l'école a réuni les familles?

Sur le web 2, j'ai un rêve que je vous partage: avec son ordinateur portable, l'enfant entre à la maternelle. Cet ordinateur a un cahier d'apprentissage (comme celui dans les petits ordinateurs à $100. de l'OLPC) qui laisse une trace de toutes les opérations effectuées. En maternelle, il apprend comment fonctionne un ordinateur et delà il apprend à décoder l'écrit et la programmation de base. L'épreuve synthèse de la maternelle est la création d'un blog, le sien, à la lumière de ses capacités. Une fois accompli, il est prêt à entrer dans une démarche scolarisante où il pourra tirer à soi ses apprentissages et ainsi se construire en se pensant, tel qu'en témoigne son autoconstruction dans son blog. En première année, par les outils attractifs et ludiques du web 2, l'enfant partage, crée et ainsi se construit par l'exploration de ses intérêts. Cette démarche est pour lui aisé car depuis qu'il est à la garderie qu'on les appelle les amis, ébien ils le deviennent à l'échelle du monde entier! Ils en savent autant sur les papillons d'ici que sur ceux de la Mauritanie ou du Burkina Faso. Les jeunes pensent réseau, voire commune-ô-terre (quel beau rêve!). Le rôle du prof est de pousser le jeune à explorer ses intérêts et le rôle du jeune est de tirer à soi les apprentissages, les ramasser, les réseauter, trouver le fil conducteur de ses intérêts ce qui le conduira inévitablement à la découverte de ses possibles (ses talents). Comme le jeune participe à des wikis avec des experts et des moins experts dans un domaine qui l'intéresse, il s'initie aux rudiments de base et partage ses observations et constats, à même son blog qui le suit sa vie durant. Il apprend en se construisant... Et ainsi se poursuit l'histoire du tire pousse éducatif en réseau... Et le soir venu, fatigué de son ordinateur qu'il a manipulé toute la journée à l'école, à peine entré dans la maison qu'il en ressort jouer avec les amis, bouger de tout son corps pour se dégager l'esprit de son autoconstruction! Et c'est ainsi que les familles se réunissent à nouveau autour d'une patinoire. Les rues sont de nouveau animées. Les écrans sont éteints. Voilà comment l'ordinateur à l'école a rendu les familles heureuses.

PG Martin PG Martin ·  04 février 2009, 11:09:51 PM

Je serais assez mal placé pour démoniser les outils du 2.0! Vous me trouverez sur FB, Twitter, Tumblr, LinkedIn et autres. Comme parent bénévole et membre du CÉ, je viens d'intégrer un blog Tumblr dans le site Web de notre école primaire pour faciliter les mises à jour et je suis à mettre en place des albums Flickr pour partager les photos des événements à l'école en vue de faire des albums souvenirs.
Mais la résistance au changement est grande. Je dirais plus à l'intérieur de l'école que chez les parents, j'ai l'impression... D'où une nécessité du changement de culture... Je me croise les doigts pour que les nouveaux enseignants que vous formez soient des évangélistes. Est-ce qu'il y en a qui voudraient venir faire un stage chez nous? !!

Patrick Giroux Patrick Giroux ·  05 février 2009, 6:06:55 AM

Lina! Votre rêve est intéressant. Certains points me semblent par contre difficiles à réaliser. Par exemple: Au Québec, les jeunes du préscolaire ne savent pas encore écrire ni lire. Dites-moi comment ils pourront éditer un blogue à la fin du préscolaire? Est-ce vraiment réaliste?

PG Martin! Est-ce vraiment de la résistance au changement ou un désengagement? Ou peut-être les enseignants ont décidé de laisser les commandes du traîneau parce que fatigués d'être désavoués par des politiques et politiciens opportunistes, mais incompétents ou impuissants. Ou peut-être... Je suis encore jeune et je ne connais pas bien l'histoire politique de notre système éducatif. J'ai bien des impressions, des suggestions d'explications, mais rien de définitif. Ce que je sais, c'est qu'il y a effectivement besoin d'un changement et qu'il ne doit pas venir d'en haut, mais du milieu, des spécialistes. C'est pourquoi il y a quelques jours (http://sunens.uqac.ca/pgiroux/index.php?2009/01/29/637-de-la-censure-a-l-ecole-enseignants-reveillez-vous) j'invitais les enseignants à reprendre le contrôle de l'école et à crier leurs besoins.

lina lina ·  05 février 2009, 10:54:34 AM

Bonjour Patrick et ses autres passionnées du web 2

Si je rends plus explicite mon rêve cité plus haut, je dirais que le changement est là, dans la structure même de l'apprentissage en commençant à la base: En maternelle, l'enfant apprend comment fonctionne un ordinateur et delà il apprend à décoder l'écrit et la programmation de base. TOUT CELA EN JOUANT. Le caractère ludique et attractif du web fascine les jeunes qui deviennent rapidement habiles.

Le blog pour un finissant de la maternelle aura beaucoup d'icônes. Ce qui lui donnera le goût des mots, question de lier ensemble ses propos. Au fil de ses apprentissages scolarisants, des mots, des vidéos, des liens prendront place. La complexité vient avec la maturation.

Le mot sens est à la fois la signification, la direction et les sensations. À l'école tu apprends la signification des choses, dans ton cahier d'apprentissage (qui peut être un blog) tu donnes une direction aux choses en les réseautant (style un schéma de concepts) ce qui procure une sensation d'avancer sur sa propre préhension du monde. N'est-ce pas ce que recherchent les jeunes dans les jeux vidéos, AVANCER en cumulant des points, des médailles? Avancer donne un sens. Avancer est humain. S'asseoir et écouter quelqu'un qui te dit quoi faire l'est moins.

Je persisite à croire que l'ancrage de l'apprentissage en soi est le point de départ des apprentissages. Tirer à soi les connaissances fait toute la différence avec aujourd'hui où encore on exécute ce qui est demandé à des fins de certification. Engagement? désengagement? moi, dans un cul-de-sac, je n'avance pas. Parce que ça n'a pas de sens.

Pour moi, l'école orientante commence à la maternelle, à élaborer sa structure arborescente à partir de ses premiers mots, son nom par exemple. Les merveilleux outils du web 2 permettent d'avancer réciproquement avec les autres.... Ce que même le rêve ne permet pas!

bonne journée ensoleillée à tous!
lina

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Fake news et autres

Partage de mon visuel de conférence et retour sur ma présence au colloque 2018 de l'adaptation scolaire de l'UQAC.

Lire la suite

Vos comportements en ligne comptent!

Je vais au Séminaire à Métabetchewan demain. Je rencontre les étudiants pour leur parler des réseaux sociaux, d'identité numérique, etc. C'est un message que j'ai déjà porté dans plusieurs écoles et à plusieurs reprises. Je suis d'ailleurs déjà allé il y a quelques années. Donc rien de bien neuf... Mais ce sont tout de même des choses très importantes à savoir!

Lire la suite