PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Ma vision de l’enseignement de la science ou comment se renouveler ?

Vous dites le Web 2.0 ?

Je dois dire que je n’enseigne pas encore ! Comme vous l’avez vu ici, je suis étudiante en science et technologie en enseignement secondaire. J’ai eu une éducation du style plutôt traditionnel lorsque j’étais au secondaire. Je dois donc réfléchir à la façon d’intégrer les TIC dans mes études et ma future tâche d’enseignement. D’abord, avec le Web 2.0, il y a une multitude de possibilités, mais mon exploration de celles-ci s’amorce. Je ne suis pas la seule à me sentir plus ou moins compétente, car selon une enquête résumée par Mario Asselin, seulement 15% des futurs enseignants pensent faire vivre des activités utilisant les TIC à leurs élèves. Si j’ai bien compris ce que l’on a vu dans le cours, interaction, coopération, réseau social, le Web comme plateforme, participation des utilisateurs sont des termes qui caractérisent bien le Web 2.0…

Le Web 2.0 dans ma formation

Je viens de m’abonner à Twitter, un service permettant de se créer un réseau social et de microbloguer. J’ai inscrit mes principaux intérêts dans mon profil, dont les sciences et l’enseignement. Ainsi, j’aurai accès à une masse d’informations et à des gens qui partagent les mêmes intérêts, peut-être même des collègues de classe. Je pourrai m’en servir lorsque j’aurai des questionnements au cours de mon cheminement universitaire. Cet outil me sera certainement utile tout au long de ma carrière, si je me fie à Laura Walker qui cite 9 raisons d'utiliser Twitter à l'école sur le site Internet de la revue « Teach and learning ».

Un autre outil fort utile pendant mon baccalauréat est Google Documents un logiciel de traitement de texte en ligne que j’ai utilisé lors d’un travail avec une collègue qui habitait à une centaine de kilomètres de chez moi. L’avantage est que l’on peut travailler en même temps (partage du document en temps réel) et savoir ce que l’autre a modifié sur le document. Dans le même ordre d’idées, nous avons vu dans le cours Etherpad qui permet de partager une page à plusieurs personnes. Je me vois déjà en train d’écrire mes notes de cours en collaboration avec mes collègues universitaires grâce à cet outil.

Le Web 2.0 dans l’enseignement des sciences

Je me suis d’abord posé la question : Est-ce que les jeunes sont intéressés à utiliser plus de TIC en classe, dont le Web 2.0 ? Les commentaires très positifs d’élèves d’une école avant-gardiste dans le domaine des TIC sur la possibilité d’avoir leur ordinateur portable personnel en classe m’ont convaincue que oui (Centre d’apprentissage du Haut-Madawaska, Clair, N.-B.). Ils sont très ouverts et suggèrent plusieurs applications possibles des TIC pour leurs apprentissages.

À quoi peuvent bien servir les outils du Web 2.0 dans l’enseignement des sciences ? Avec un peu d’imagination, il semble y avoir des tonnes de possibilités. Dans un dossier sur le sujet, le CLIC apporte plusieurs idées, de même que Rocheleau et collaborateurs (2010). J’en ai retenu quelques unes :

Je pourrais, en tant qu’enseignante, me créer un blogue grâce à Edublog par exemple, et ainsi partager mes exigences, mes exemples, mes réflexions et mes documents pédagogiques avec les élèves. Je pourrais ainsi connaître leurs principales interrogations et revenir sur les points mal compris par la majorité en classe. Je viens de découvrir Intellego, une plateforme française qui se rapproche énormément d’Edublog et donc, qui permet de communiquer entre enseignants, élèves et parents d’élèves. L’université de Montréal mentionne plusieurs utilisations intéressantes du blogue en enseignement. Voici celles qui m’ont le plus emballée outre la communication parents-étudiants-enseignants : journal de bord, porte-folio pour les étudiants et carnet de recherche pour les enseignants.

Pour m’aider dans la planification de mes cours, les agrégateurs, tels que Google Reader et NetVibes pourraient être bien utiles. Ils permettent d’être au courant des actualités dans les domaines qui nous intéressent et ainsi, je pourrais inclure une anecdote ou un fait d’actualité dans chacun de mes cours. Cela correspond bien à la compétence professionnelle #1 qui est requise chez les enseignants : « Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d’objets de savoirs ou de culture dans l’exercice de ses fonctions. » (voir le document sur les compétences professionnelles ici). En fait, un directeur d’école lors d’une conférence dans un cours nous a conseillé ceci :

« Lisez, lisez, lisez ! Il faut être au courant de tout ce qui se passe (ou presque) quand on enseigne. »

Il y a aussi Wikipédia, l’encyclopédie collective sur Internet. Je pourrais l’utiliser comme une source de référence (parmi d’autres) pour la préparation de mes cours. Mes élèves aussi s’y réfèreront certainement ; je vais les encourager en ce sens puisque l’un des principes de cette encyclopédie est la neutralité et la publication d’informations vérifiables. Selon Protégez-Vous, ceux qui gèrent cet encyclopédie ont certains mécanismes pour protéger la crédibilité et l’intégrité de l’information, tels qu’une abondance d’administrateurs qui ont le privilège de bloquer les gens qui écrivent des propos insensés et le WikiScanner. L’article de Protégez-Vous (rapportant les résultats d’une étude de la revue scientifique Nature) compare aussi Wikipédia à l’encyclopédie en ligne Britannica. Il semble que leur niveau de fiabilité soit similaire. Wikipédia, c’est aussi une source qui nous mène souvent vers d’autres références via les liens en bas de page. Cela peut être est très intéressant pour les élèves, lors de la rédaction de rapports scientifiques, où l’on doit se baser sur plus d’une référence. Dans le même ordre d’idée, il y a Wikispecies, un « site frère » de Wikipédia, qui pourrait être une source d’informations non négligeable pour moi et les élèves en biologie puisque c’est en quelque sorte un inventaire des espèces que l’on retrouve sur la planète. Par exemple, un élève pourrait démarrer sa recherche d’information sur le serpent à sonnette pour un travail à remettre grâce à ce site Internet. Enfin, j’ai aussi découvert lors de ma petite recherche la Wikiuniversité qui vise à partager des documents pédagogiques tels que des cours, des exercices, des documents audio, etc.

Et pourquoi ne pas inclure une cyberconférence avec un scientifique spécialiste pendant une période de classe ? C’est très interactif, les jeunes peuvent poser leurs questions en direct au chercheur.

Je me suis amusée à faire une petite liste de quelques avantages et limites à l’utilisation des outils du Web 2.0 en enseignement.

Avantages

  1. Favorise la coopération entre les élèves (etherpad, google docs, zoho)
  2. Visuellement intéressant (animation, qualité d’image, vidéos etc.)
  3. Possibilité de communiquer rapidement et en temps réel (par exemple : blogue ; entre élèves, enseignant-élèves, enseignant-parents)

Limites

  1. Pas tous les élèves qui ont un intérêt pour la technologie ; nécessite un apprentissage (logiciels)
  2. Coûteux en termes de temps investi et de matériel nécessaire (ordinateurs etc.)
  3. Nécessite un plan B en cas de problème technique ou de panne d’électricité

Tel que mentionné dans le document de Duffy and Bruns (2006), je pense que l’utilisation des TIC en enseignement, notamment celles du Web 2.0, sollicitera des habiletés cognitives des élèves comme la résolution de problèmes sur support informatique, la collaboration, l’écriture, l’analyse critique, le fait de nuancer son opinion et de respecter les idées des autres lors d’un débat, etc. Ce sont des habiletés plutôt valables, non ? J’aimerais conclure avec ce questionnement : le but de tout enseignant n’est-il pas de rejoindre la plus grande proportion d’élèves ? Moi je répondrais que oui, bien sûr, et après avoir lu un article dans Infobourg qui mentionne que les élèves les plus timides en classe sont souvent les plus volubiles sur un blogue, je suis très enthousiaste à intégrer de nouveaux outils technologiques dans ma façon d’enseigner. Si, bien sûr, les enseignants ne disparaissent pas de la carte avant ma graduation (voir la vidéo) ! Néanmoins, je crois que l’une des tâches les plus importantes des enseignants est de donner les outils aux élèves afin que ceux-ci soient le plus autonomes possible dans leur apprentissage… et je serai plus à même de le faire grâce à mon apprentissage des nouvelles technologies et du Web 2.0.


Est-ce qu'il y aura encore des enseignants?
mbellemare

Auteur: mbellemare

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Laisser la place aux jeunes pour apprendre

Mon activité favorites à Clair 20XX, c'est la période où les jeunes prennent le contrôle!

Lire la suite

Les choses changent!

Je suis souvent un peu désabusé par la vitesse à laquelle les choses changent (ou ne changent pas!) en éducation... J'ai souvent l'impression qu'on vraiment beaucoup de difficulté à tout aligner correctement pour créer un changement. Vous comprendrez donc que lorsque je constate un changement, ça me fait très plaisir!

Lire la suite