PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Contenus numériques et objets d'apprentissages: questions et commentaires

Je n'y peux rien, je suis fait comme ça. Face à des notions nouvelles, je me questionne. Je veux bien prendre position, mais ça (me) demande une réflexion. Et cette réflexion, elle me demande un certain temps...généralement, c'est plus long que ce que le délai nécessaire à la production d'un seul, voire même deux billets.

Mais bon, on y va ...

Réaction face aux textes de Denys Lamontagne:

D'abord les contenus numériques VS les objets d'apprentissages. LA grande quesiton que ça soulève, c'est : Est-ce que (tous) les contenus numériques sont objets d'apprentissages ? Ma réponse "de gars qui voudrait avoir une bonne note", c'est de dire Oui, MAIS...à condition qu'il y ait une intention pédagogique en bout de ligne. Mon autre réponse, instinctive et plus personnelle celle là, c'est de dire: Woooo!!!! Attends donc de valider la pertinence de l'activité pédagogique que tu choisiras, l'intention pédagogique qui en sous-tend, et le lien pertinent qui les unit au contenu numérique que tu choisiras. Question: Est-ce qu'un mauvais choix de contenu numérique comme objet d'apprentissage définit tout de même ce dernier comme objet d'apprentissage, ou le disqualifie ?

J'ai trouvé le texte un peu lourd à suivre, et je n'ai peut-être pas su retenir les idées essentielles. j'ai tout de même retenu certaines choses:

Contenus numériques...et contrôle de l'information VS le bon vieux livre

Effectivement, les quelques scénarios où j'ai utilisé des contenus numériques (recherche libre sur le net) comme objet d'apprentissage m'ont rapidement renvoyé une réalité. Il n'y a pas de limite, pas de contrôle à ce qu'on peut retrouver sur Internet. Mais attention, comme spécialiste de ma discipline, je considère que certains ouvrages "papier" dans mon domaine, pourtant validés par des éditeurs, voire des éditeurs pédagogiques, contenaient quand même certaines notions qui pouvaient être désuètes, ou même douteuses (à mon humble avis)... !!!

J'ai noté par ailleurs (j'en fais une parenthèse ici) que le phénomène de "liberté totale" de l'"auto édition" sur Internet déteint sur les apprenants. En ce sens qu'ils utilisent Internet pour répondre à leurs questions, trouvent une réponse SATISFAISANTE à leurs yeux, mais sans nécéssairement valider auprès d'une autorité compétente en la matière. Est-ce que c'est moi, ou les gens (disont certains apprenants pour éviter de généraliser) semblent s'auto satisfaire de bien peu de choses récemment ? Et ils s'indignent lorsqu'on leur présente des versions différentes où opposées à leur point de vue ? Internet offre une tribune bien importante à tout un chacun pour placer n'importe lequel contenu numérique, vous le saviez déjà...

Les ressources éducatives, les produits de formation

Nous voyons s'articuler, à la vitesse grand "V", toutes sortes de ressources éducatives à contenus numériques produites soit par des institutions d'enseignements, par des enseignants pour leur propre cours, ou par des collaborations. Mais la question la plus importante reste pour moi la suivante: Est-ce que les producteurs de ces ressources sont PLUS compétents comme enseignants (rappelons que nous sommes en Formation Professionnelle, mais ça s'applique à tous les domaines de formation) que ceux qui utilisent d'autres formes de ressources ? Je pense que non. Mais ça laisse entrevoir que la connaissance des TIC fera, fait partie des compétences de l'enseignant "contemporain". Enfin, de l'enseignant actuel.

Je vois également un gain pour les institutions. C'est très vendeur, un cours reproduisible , à la limite sans enseignant. Mais d'une autre façon, n'est-ce pas de se tirer dans le pied que de vanter les mérites d'un e-cours VS un enseignant en chair humaine ? Je ne crois pas que ça s'applique à tous les domaines.

Dans mon domaine, le MELS, conjointement à un consortium des gens de l'industrie, et, finalement, du monde de l'Éducation (avec un grand "E"), a modifié le programme de formation. Parmi les changements, les apprenants doivent apprendre à utiliser certains appareils de "haute technologie" (appareils programmables = $$$) . J'en conviens, jusque là, pas de problème. Mais que les représentants de ces mêmes "outils" utilisent comme argument principal de vente aux clients qu'ils permettent de diminuer le coût de main d'oeuvre, oups !!! Là, j'ai un problème...ça ne colle plus tout à fait avec le reste des visées de mon programme de formation...

Modèles d'intégration et de diffusion

Je dois avouer que je n'ai pas fouiné pour voir ce qui se fait dans ma discipline. Mais j'ai déjà soulevé dans un billet précédent qu'il serait fort intéressant d'avoir recours à Skype avec vidéo comme moyen d'intégration. Dans la compétence Situation en en regard du métier et de la formation, chaque élève a à faire une visite d'entreprise et à réaliser une démarche . Avec »Skype", il est facile d'imaginer les élèves faisant une visite d'entreprise en Belgique, Suisse, Martinique, etc. Ça, ça me "branche..

(P.S. Bien que je sois dans le domaine de l'alimentation, j'ai du mal à faire des liens pertinents avec les images (tantôt propre, tantôt figuré) qu'utilise M.Lamontagne , à propos de l'effet Arcimboldo...ce que je comprends, c'est "grosso modo" que 1+1+1+1=1+1+1+1 et non quatre, mais avec un cadre autour, c'est ça ?)

lnormand

Auteur: lnormand

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (4)

jtremblay jtremblay ·  20 mars 2010, 10:18:20 AM

J'en conviens, lorsque nous écrivons un billet, nous n'avons pas toujours toutes les informations pour s'être forger une opinion précise. Cependant, si j'ai bien compris le but du blogue, il sert à confronter des idées, à tout mettre en perspective dans le but de développer des compétences ensemble. Il y a toujours place aux changements de perception, lorsque de nouvelles équations entre en jeu.

Patrick Giroux Patrick Giroux ·  20 mars 2010, 4:00:20 PM

jtremblay a bien compris...  Le blogue,c'est un autre occasion de s'expliquer, de se confronter, de découvrir les idées des autres.  Si chacun présente ses arguments clairement, il s'en suivra que chaque nouveau lecteur qui passera pourra confronter ce qu'il pense avec vos idées, tenter de les réfuter ou vous dire qu'il les trouve intéressantes. Les visiteurs pourront aussi vous poser des questions et vérifier s'ils ont bien compris ou tenter de mieux vous comprendre.

mbellemare mbellemare ·  22 mars 2010, 11:03:34 AM

Cette interrogation est totalement justifiée: "Est-ce que les producteurs de ces ressources sont PLUS compétents comme enseignants (rappelons que nous sommes en Formation Professionnelle, mais ça s'applique à tous les domaines de formation) que ceux qui utilisent d'autres formes de ressources ? Je pense que non."
Mon avis personnel semblable au votre, c'est-à-dire que ce n'est pas parce qu'on est en face d'une personne qui intègre et connaît bien les TIC que ça signifie qu'il est un bon pédagogue. Mais dans cet ordre d'idées, ce n'est pas parce que nous écoutons un bon orateur que celui-ci possède la sensibilité pour voir que son public ne comprend rien à ce qu'il dit (exemple). Selon moi, les TIC sont des outils pour améliorer un cours, tout comme l'étaient les affiches grand formats à leurs débuts dans les classes...

Patrick Giroux Patrick Giroux ·  22 mars 2010, 12:54:37 PM

et j'ajouterais... Un bon outil, s'il est mal utilisé, n'amènera rien de bon!

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Laisser la place aux jeunes pour apprendre

Mon activité favorites à Clair 20XX, c'est la période où les jeunes prennent le contrôle!

Lire la suite

Les choses changent!

Je suis souvent un peu désabusé par la vitesse à laquelle les choses changent (ou ne changent pas!) en éducation... J'ai souvent l'impression qu'on vraiment beaucoup de difficulté à tout aligner correctement pour créer un changement. Vous comprendrez donc que lorsque je constate un changement, ça me fait très plaisir!

Lire la suite