PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Des projets éducatifs à la saveur 2010

Un système, est un ensemble d’élément, c'est-à-dire un environnement, des émetteurs, des récepteurs et des médias, qui possèdent un but commun. C’est du moins la définition que nous avons établis, à l’aide de notre professeur Patrick Giroux, durant le cours d’intégration des Tics. J’aime l’idée d’avancé ensemble vers un même objectif. Selon Edgar thill, un but est essentiel pour qu’il y ait apprentissage. D’ailleurs, je crois que sans la motivation générée par un objectif réel et signifiant, un système ne peut être fonctionnel. C’est sans doute pourquoi les écoles primaires se munissent de projets éducatifs, maximiser les performances de leurs élèves tout en gardant leurs motivations. Une des choses essentielles pour obtenir un projet éducatif pertinent et intéressant est de savoir suivre la mode. En 2002-03, la mise en place d’un projet pédagogique portant une thématique sportive aurait été appropriée, car en novembre 2002, les Alouettes de Montréal ont remporté la coupe Grey. Ce genre d’évènement a d’immense répercutions. En effet, l’engouement qu’il a généré a fait presque triplé les inscriptions au football scolaire. Par ailleurs, selon Wikipédia, c’est en 2002 et 2003 que les Universités de Montréal et de Sherbrooke on réactivé leur programme de football. Cet intérêt pour le football aurait pu propulser beaucoup de projet sur les sports et la condition physique. Une autre bonne idée aurait été d’établir un projet de scène et/ou de chant en 2004. C’est durant l’hiver de l’année 2003, toujours selon Wikipédia, que Julie Snyder et son équipe ont envouté le Québec avec l’émission de téléréalité à succès Star Académie. La folie engendrée par cette émission de télé aurait motivé bien des jeunes qui auraient voulu s’instruire sous une thématique de chanson. On ne se le cachera pas cette année là, tous le monde avait le goût de chanter la fameuse chanson thème : et c’est pas fini! Composé par Stéphane Venne. Bien entendu je ne dit pas que les commissions scolaires manque d’opportunisme. Au contraire, je les félicite pour leur Projets écologiques. Quand nous avons entendu parler du trou dans la couche d’ozone, beaucoup de jeunes se sentaient concernés par la pollution. Grâce à ceux qui ont développés ces projets, une multitude de jeunes idéalistes ont effectués leur cheminement scolaire tout en étant sensibilisé au respect de notre planète. Heureusement pour eux, le réchauffement planétaire est encore à l’ordre du jour. Je suis encore plus enthousiasmé par les projets un peu plus récent qui porte sur l’acceptation et l’estime de soit. L’hypersexualisation est un parasite qu’il faut exterminer à tout prix. C’était capital de réagir face à l’omniprésence des publicités/films/vidéoclips/jouets tous plus obscènes les uns que les autres. De plus, il est indispensable pour un enfant de grandir en ayant confiance en lui et en se respectant. Dove a aussi répondu à l’appel avec un programme appelé le fond de l’estime de soi. Ils ont fait leur entrée en scène avec une publicité percutante que voici. Ce genre de projet est utile pour les étudiants et intéressant pour les parents qui ont à cœur le développement personnel de leur enfant (la majorité du moins j’espère.) Avec la naissance du web 2.0, l’opportunité de créer un projet éducatif intéressant est évidente. Quelque chose qui sera utile pour les années à venir. Un projet motivant qui donne le goût aux jeunes de s’impliquer. Je fais bien sûr allusion à l’élaboration d’un projet pédagogique qui porte sur les technologies d’aujourd’hui et sur le web 2.0. J’imagine qu’un tel projet existe déjà quelque part dans le monde, mais suite à une recherche que j’ai effectuée, je ne crois pas qu’il y a quelque chose de semblable dans ma région (02-Saguenay-Lac-Saint-Jean.) Pourtant il est important de prendre conscience que même si les jeunes sont devenus meilleurs que les moins jeunes sur l’informatique, ils ont tout de même besoin de guides et de conseils. Probablement que si un tel projet a de la difficulté à voir le jour, c’est parce que certaine embuches sont à prévoir. Évidemment, un tel projet nécessite beaucoup d’argent. La plupart des écoles primaires possède un à deux ordinateurs par classe. L’achat de plusieurs ordinateurs ainsi que certains logiciels, serait indispensable afin de rendre le projet intéressant. La plus grosse difficulté est toutefois le manque de connaissance des enseignants au primaire. Malencontreusement, le nombre de professeurs doué en informatique frôle le point de congélation. Anecdote : J’ai fait un stage durant la session d’hiver 2010 dans une école du Saguenay. Un jour, une enseignante que je croise me demande comment on fait pour monter un texte sur notepad. Elle voulait en fait savoir comment on procède pour effacer un saut de ligne. Je l’ai aidé avec joie et sans rire malgré la facilité de sa question et de son outil, car j’imagine qu’elle n’a jamais reçu de formation ce n’est donc pas sa faute. De plus, j’aime bien aider les démunis même si pour ce cas, il s’agit d’un itinérant technologique. Tout ça pour dire que la préparation d’un projet qui porte sur les technologies commence par la formation des enseignants en la matière. C’est dans une pareille situation qu’on remarque certaines incohérence dans la formation de nos futurs enseignants. En effet, un seul cours en technologies pour nous préparé à faire face à une génération, qui est tombé dans l’informatique quand ils étaient petits, est insuffisant. En ce moment, je crois qu’un projet informatique serait le plus pertinent car nos jeunes sont dans l’œil de l’ouragan 2.0. Face à une aussi grande simplicité de création, de coopération et de partage, il est facile d’entretenir une mauvaise identité numérique. De plus, l’arriver des fameux réseaux sociaux séduit les jeunes qui, ne vous inquiété pas, possèdent déjà un compte Facebook et/ou Twitter. Notre rôle est de les conscientiser aux dangers que comporte une telle exhibition sur internet ainsi que les répercutions qu’elle peut entrainer sur notre vie future. Nous n’avons qu’à nous rappeler de l’enseignant qui a perdu son poste suite à une photo publier sur Facebook. Nous pourrions aussi en profiter pour sensibiliser nos élèves à l’importance d’un français écrit soigné. Beaucoup de parents redoutent les SMS par ignorance et par crainte de voir le français de leurs enfants se détériorer ainsi que leurs aptitudes sociales. Il est compréhensible quand on prend en considération la difficulté du français, mais je crois que l’utilisation surveillé de SMS en classe pourrait mener les jeunes à adopter des habitudes d’écritures plus adéquates. Les jeunes, qui sont nés avec internet croient que ce dernier détient la vérité absolu. Cependant, à la radio, dans les journaux, à la télé comme sur Internet il faut prendre l’habitude de vérifié la source de l’information. Ce n’est pas parce que c’est écrit que c’est vrai. Je crois que c’est le rôle des enseignants et des parents d’informer les jeunes sur ce sujet. Ce que les écoles primaires ont besoin de nos jours, ce n’est pas une réforme à la Courchesne mais un petit coup de jeunesse. Les techniques sont devenu archaïques et ne réponde plus à une clientèle qui est habitué d’obtenir réponse à ses questions rapidement. Il est plus que temps que les professeurs parlent le même langage que leurs élèves. Cette cure de rajeunissement est peut-être la solution au décrochage que nous attendons depuis si longtemps. Un projet éducatif technologique serait l’occasion d’enseigné aux élèves comment organiser un blogue par le biais de la réalisation d’un cyberjournal étudiant. On peut aussi construire un wiki sur l’histoire de la région de l’école ou d’une équipe sportive de la région. Confié la charge de rénové le site internet de l’école peut aussi être une bonne façon d’intégrer les Tics. Bien entendu, des conversations par Internet en conférence avec des experts sur les réseaux sociaux et autre sont inévitables. Ce serait là une bonne façon d’enseigné aux enfants car pour eux, obtenir de l’information par internet est tout à fait normal. Se servir des réseaux sociaux et/ou des SMS pour communiquer avec sa classe ou avec les parents serait beaucoup plus simple, intéressant et surtout plus efficace. On sait très bien que malheureusement, seulement une feuille sur dix réussi à effectué l’aller retour de la maison à la classe. Pour conclure, je dirais que le devoir d’un enseignant est d’instruire mais avant tout d’outiller ses élèves pour le reste de leur vie. Sur le plan personnel, intellectuel et professionnel. C’est évident que la formation administrée dans les écoles primaires publiques est impertinentes quand on voit ce qui les attend. Le web 2.0 est une immense force débordante de possibilité. Si il est mal utilisé il peut faire d’immense ravage, mais si nous guidons adéquatement nos jeunes, ces derniers pourrons s’épanouir sans danger.

Pendajo

Auteur: Pendajo

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (4)

Arco-Iris Arco-Iris ·  14 juin 2010, 7:08:05 PM

J'aime beaucoup le fond humoristique de ton texte :) Aussi, je trouve que ton idée du projet éducatif basé sur les TIC est très intéressante ;)

mtremblay mtremblay ·  14 juin 2010, 10:10:33 PM

Allo Alex!
Ton billet est très intéressent et j'ai bien l'impression que ton enseignant aura aucune difficulté à vous faire intégrer les TIC dans votre milieu professionnel. J'ai appris bien plus dans ton billet que si j'avais fait une recherche personnelle sur Internet. Merci d'écrire avec autant d'intérêt. Merci Marie,

Cynthia Cynthia ·  16 juin 2010, 8:08:48 PM

Trés bon texte! Aussi, je suis tout à fait d'accord avec toi sur le fait qu'il manquerait peut-être un projet pédagogique dans la région! C'est dommage, car je crois réellement que si on va chercher des jeunes à risque de décrocher par l'entremise d'un projet, il y a plus de chance qu'ils restent sur les bancs d'école et persévèrent. Bien entendu, les technologies peuvent être un moyen efficace. Par contre, à l'école secondaire Jean-Gauthier, j'ai vu des jeunes qui voulaient quitter l'école, mais qui participaient ensemble à un projet en menuiserie. Cela était très efficace, car ainsi, certains, avaient atteint leur but en ce qui concerne leur niveau scolaire!

Marie-Pier Bouchard Marie-Pier Bouchard ·  21 juin 2010, 10:40:08 AM

Je trouve qu'il s'agit d'une idée très originale qui me plait mais qui malheureusement nécéssite beaucoup d'argent. Par conséquent, je doute que ce soit dans un avenir raproché que l'on voies un tel projet dans une école publique.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Fake news et autres

Partage de mon visuel de conférence et retour sur ma présence au colloque 2018 de l'adaptation scolaire de l'UQAC.

Lire la suite

Vos comportements en ligne comptent!

Je vais au Séminaire à Métabetchewan demain. Je rencontre les étudiants pour leur parler des réseaux sociaux, d'identité numérique, etc. C'est un message que j'ai déjà porté dans plusieurs écoles et à plusieurs reprises. Je suis d'ailleurs déjà allé il y a quelques années. Donc rien de bien neuf... Mais ce sont tout de même des choses très importantes à savoir!

Lire la suite