PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Qu'est-ce que ça mange en hiver ?

C’est pourquoi, entre autres, que j’ai décidé d’entrer pas à pas dans le monde complexe, mais fort intéressant du Web 2.0 et de l’explorer. D’ailleurs, mon opinion change rapidement et se complexifie concernant ces technologies éducatives au fil de mes nombreuses recherches et de mes nouvelles découvertes.

Tout d’abord, j’apprécie le fait que grâce à ce web, les internautes qui sont monsieur et madame tout le monde, ont le pouvoir de poser des actions, de modifier et d'ajouter des informations par le biais de Wiki et de Blogues par exemple. Que nous puissions agir de manière interactive et immédiate sur des sites donne un contexte social et très enrichissant au Web 2.0. D’ailleurs, grâce à ce genre d’application, nous pouvons facilement multiplier les informations et les sources dans un court laps de temps. Je trouve ça bien puisqu’en diffusant nos opinions, informations, recherches et travaux, nous favorisons l'échange professionnel et le partage de conseils précieux entre différents intervenants. Le Web 2.0 laisse beaucoup de place et de liberté critique à toute la communauté internaute ! Je trouve toutefois dommage que certains internautes, étudiants, et même certains futurs enseignants utiliseront ce web pour des fins de plagiat. Mais bon, que ce soit le Web 2.0 ou autres, je crois que ceux qui désirent plagier et qui sont trop lâches pour travailler auront toujours accès à quelque façon que ce soit d’y parvenir.

Retournons maintenant du côté des nombreux avantages et des ingéniosités du Web 2.0. Un autre fait fort intéressant est que la gratuité est de plus en plus possible sur le Web 2.0. On y retrouve des applications et des programmes de toutes sortes. Qu’on parle de connaissances, de cultures, d’actualité, de médias, de recherches, d’emplois, de communication ou de loisirs, on y retrouve souvent un fil RSS permettant de s’abonner à nos sites préférés et d’en avoir les mises à jour et les nouveaux billets grâce à Google Reader. Ensuite, il est possible d’utiliser des logiciels libres tels que EtherPad ou Google Docs afin d’éviter d’être obliger d’en acheter inutilement ou à de gros prix. Un gros avantage pour nos écoles où les budgets ne sont souvent pas très énormes, visibles et/ou accessibles. Parlant de budgets, nous savons que plusieurs enfants issus de milieux défavorisés n’ont pas la chance de travailler avec un ordinateur ou avec le merveilleux phénomène grandissant qu’est Internet. C’est une raison pour laquelle je crois primordial de rendre nos cours d’informatiques à la fois enrichissants et intéressants pour que ceux qui n’ont pas accès aux technologies à la maison puissent au moins les découvrir à l’école, donc être incités à interagir avec la planète.

La différence que cela peut faire dans mon enseignement ? Eh bien ! Je pense que grâce au Web 2.0, je pourrai sans doute faire un projet enrichissant qui va davantage capter l’attention de mes élèves en utilisant une des innombrables technologies tels que Skype, Youtube, Google, Wiki, Blogues, Twitter et/ou Netquiz Pro. De toute façon, nos jeunes sont tellement familier avec tout ce qui est gadget technologique, que si ce n’est pas moi qui leur en apprend et qui les utilise régulièrement, ce sont eux qui vont me prendre par surprise et me devancer technologiquement dans mon enseignement. Quoi ? Non pas question !

Par contre, il y a une chose que je trouve plutôt dommage, mais qui peut changer. C’est que la plupart de nos jeunes ne font pas de différence entre les multiples contenus trouvés sur Internet et ne savent pas comment démêler les informations pertinentes et justes de celles écrites par monsieur et madame tout le monde qui ne détiennent pas toujours la vérité absolue. Il est fort intéressant de constater qu’après une recherche donnée sur un même sujet, les élèves n’ont pas tous les mêmes réponses pour les mêmes questions très simples. Pourtant, lorsqu’on parle de cours d’eau, de kilomètres séparant 2 pays, ou du Canada, c’est-à-dire, de questions bien formelles, il n’y a pas 36 réponses différentes acceptables. C’est une des raisons, pourquoi nous devrions leur donner les bonnes méthodes et les meilleurs moteurs de recherches afin qu’ils fassent eux même le tri des informations et des sites potentiellement utiles pour leurs apprentissages. Et pour cela, nous devons nous-mêmes les connaître et savoir en faire bon usage !

Il est vrai que les enfants, qu’ils soient en première année ou en secondaire 5, ont acquéri avec les années une facilité surprenante et immédiate à trouver des informations voulues sur internet. Tel que mentionné plus haut, ce ne sont toutefois pas toujours les informations les plus véridique qu’ils trouveront. C’est ce que le Web 2.0 nous permet d’éviter, ou du moins de diminuer. Imaginez l’enfant qui a passé plusieurs heures de recherches sur son sujet d’exposé oral en sciences et technologies et qui arrive en avant de la classe en défilant les informations qu’il ou qu’elle a trouvé sur internet. C’est alors qu’un autre enfant de la classe est très bien informé sur ce sujet, et qu’il se rend compte que les dires de son camarade à l’avant de la classe sont erronés… C’est une situation qui pourrait s’avérer très embarrassante et décourageante pour le jeune qui avait pourtant passé beaucoup de temps sur le sujet. Avec le Web 2.0 et tous ses atouts, ce genre de situation sera de moins en moins fréquents, du moins s’il est utilisé correctement et bien guidé par l’enseignant.

Finalement, comme dans toute bonne chose, le Web 2.0 comporte ses limites et ses faiblesses, mais si les choses continuent d’évoluer de la sorte, le Web que l'on connaît aujourd’hui ne sera qu’une infime partie technologique de ce que nous connaîtrons demain. Les technologies sont des outils riches, précieux et utiles qu’on se doit de connaître et d’en apprécier les avantages. D’autant plus, en tant que pédagogue ayant pour but d’instruire et de partager des savoirs essentiels et des connaissances nouvelles, jour après jour dans un contexte réel et signifiant tel que nous offre le Web 2.0. Alors, laissez-vous transporter dans un grand voyage qui mène vers les TICS de cette génération C où tout est possible et accessible sur le Web et au plaisir de s’y retrouver.

etu31

Auteur: etu31

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (3)

Justine B Justine B ·  14 juin 2010, 10:00:04 AM

Effectivement, ce sera à nous enseignants d'apprendre aux élèves à chercher et à utiliser adéquatement les informations trouvées sur le web. Il faut développer leur esprit critique. Mais, si je ne m'abuse peut importe de quel média l'on parle, il faut inculquer un certain sens du questionnement, car les informations fausses et la manipulation médiatique est plus fréquente que l'on imagine !

Mylène Mylène ·  14 juin 2010, 8:12:05 PM

Bravo pour ton billet!
Je n'avais pas réaliser, avant de lire ton texte, du côté pratique et accessible de certains programmes du web 2.0. Oui c'est vrai qu'il peut être intéressant d'utiliser certains de ces programmes dans les écoles puisqu'ils sont gratuit, pour la plupart. Je vais garder ça en tête !!

Pgiroux Pgiroux ·  21 juin 2010, 3:12:26 PM

Comment le Web 2.0 peut-il empêcher la situation embarrassante décrite à l'avant-dernier paragraphe? Ton billet n'est pas très précis sur ce point et tes idées m'intéressent.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Fake news et autres

Partage de mon visuel de conférence et retour sur ma présence au colloque 2018 de l'adaptation scolaire de l'UQAC.

Lire la suite

Vos comportements en ligne comptent!

Je vais au Séminaire à Métabetchewan demain. Je rencontre les étudiants pour leur parler des réseaux sociaux, d'identité numérique, etc. C'est un message que j'ai déjà porté dans plusieurs écoles et à plusieurs reprises. Je suis d'ailleurs déjà allé il y a quelques années. Donc rien de bien neuf... Mais ce sont tout de même des choses très importantes à savoir!

Lire la suite