PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Un avenir prometteur

Par rapport au métier que j’ai décidé d’exercer qui est l’enseignement dans le milieu préscolaire, primaire, je crois que le fait de connaître et de me servir des TIC est tout à mon avantage. Pour commencer, la plupart des technologies se retrouvent déjà dans le milieu scolaire, donc, il reste simplement à apprendre à s’en servir lors de nos situations d’apprentissage. De plus, la génération C, à qui nous aller enseigner, en connaît déjà beaucoup sur le sujet. Il suffit donc « d’apprivoiser » le monde du web et d’approfondir l’utilisation de celui-ci.

Le web 2.0 est une nouvelle méthode de travail qui nous facilite la vie. En effet, il n’y a plus rien à voir avec les anciennes méthodes qui consistaient à télécharger des tonnes de fichiers pour pouvoir utiliser une application. De ce fait, la méthode qu’utilise le web 2.0, c’est que tout est à notre portée. Il est donc beaucoup plus facile de l’utiliser et de faire partager ce savoir à nos futurs élèves. Puisque la plupart des sites sont gratuits et demandent peu de temps de téléchargement, on peut plus prendre le temps de se familiariser avec ceux-ci et même si quelques fois le milieu-socioéconomique est plus faible, il peut quand même être à notre disposition.

Puisque, dès leur naissance, ces jeunes sont nés avec « un ordinateur dans les mains », ils connaissent la plupart des « gadgets » qui sont sur le marché et c’est un sujet qui les touche et qui les intéressent tout autant. Donc, comme enseignante, si nous voulons aller chercher les élèves d’aujourd’hui, pourquoi ne pas investir de notre temps dans des activités autour des TIC qui seront à la fois réelles et signifiantes pour eux? Tout ce que cela nous prend, c’est un peu de notre temps, un ordinateur ou autres outils si vous vous sentez à l’aise et quelques connaissances de base pour pouvoir monter votre projet. Par contre, ce qui est le plus désolant dans l’histoire, c’est que les écoles manquent souvent de budget, donc de matériel pour tout le monde. Heureusement, grâce au cours d’initiation aux techniques éducative, j’ai pu découvrir les nombreuses facettes du web et de remarquer des nouveaux sites qui m’ont paru forts intéressants.

Pour commencer, il y a Google document qui, selon Wikipédia « est une suite des évolutions de Google Spreadsheets, …, logiciel de traitement de texte. Ces programmes fusionnés permettent un travail en ligne et collaboratif … et composent l'un des nouveaux fer de lance des applications du Web 2.0. En effet, cet outil permet à plusieurs élèves de travailler en équipe sans être nécessairement sur le même ordinateur mais également au même endroit. Ils peuvent faire leur travail en coopération et s’aider en discutant en ligne. Il y a donc qu’une seule copie, et une mise en page faite par toute l’équipe et non peaufiner par une seule personne (comme c’est souvent le cas). Ensuite, il y a google wave qui, encore une fois selon Wikipédia «s'agit d'une application web dont le concept mélange les notions de services de courriel, de messagerie instantanée, de wiki et de réseautage social, le tout associé à un correcteur orthographique et un traducteur instantané, lesquels peuvent travailler de concert. Ce site permet une plus grande ouverture pour les jeunes parce qu’ils peuvent s’en servir à des fins pédagogiques mais aussi sociales. Les jeunes ont l’opportunité de partager leurs savoirs, dans tous les recoins du monde et ainsi élargir leur bagage de connaissances.

Par la suite, il y a les fils RSS qui sont d’une grande utilité surtout pour les professeurs. C’est une sorte de fils conducteur qui trouve les nouveautés par rapport aux sites choisis et selon Wikipédia « est un fichier dont le contenu est produit automatiquement (sauf cas exceptionnels) en fonction des mises à jour d’un site Web ». Donc, en utilisant google Reader qui permet de lire les flux, il est facile de donner des mots clés et toujours être à l’affut de l’actualité au niveau de diverses sujets. Par conséquent, plusieurs situations d’apprentissage peuvent découler des différentes applications utilisées. Comme par exemple, dans mon stage d’observation, le thème de l’année était les jeux olympiques. Alors, ils auraient très bien pu se créer des fils RSS avec différents sites internet intéressants et pertinents et suivre le déroulement de cet événement. Dans le même ordre d’idées, on peut retrouver également les fils RSS dans des sites pédagogiques. Par exemple, au niveau préscolaire/primaire, il y a le site http://www.les-coccinelles.fr/ qui contient un flux et qui permet de connaître les nouvelles activités ou commentaires affichés sur la page en question. Tout cela pour dire qu’une fois qu’on maîtrise un peu le contenu, il y a plusieurs possibilités qui s’offrent à nous.

Pour ceux qui sont un peu plus à l’aise dans le domaine de l’informatique, il y a aussi les blogues et les wiki. Un blogue est selon Wikipédia : un site Web constitué par la réunion de billets agglomérés au fil du temps et souvent classés par ordre antéchronologique (les plus récents en premier). Chaque billet (appelé aussi « note » ou « article ») est, à l'image d'un journal de bord ou d'un journal intime comme le site de PédagoTIC. Ceci permet de divulguer de multiples savoirs et par le fait même, les élèves ont l’accès 24h sur 24 à condition d’avoir un ordinateur. Ces blogues peuvent devenir également très interactifs parce que chaque personne peut lire soit l’article ou un texte sur un sujet et donner ses commentaires personnels par la suite. On peut donc s’en servir comme situation pour créer un débat ou juste permettre de se forger une opinion et de développer son identité professionnel.

Une fois tous ces programmes choisis, il est bien beau de voir que les côtés positifs mais malheureusement, il y a plusieurs points négatifs. Je vais surtout parler au niveau du primaire. Je ne sais pas si vous avez déjà passé un peu de temps dans une classe du premier ou du deuxième cycle lorsqu’il est le temps d’aller au local de l’informatique, mais c’est le capharnaüm. La plupart du temps, ils savent très bien comment aller sur des sites de jeux en ligne, mais lorsque vient le temps de faire un « petit » travail soit sur Microsoft ou autre site de traitement de textes, ils semblent totalement perdus. Ils ne savent rien par rapport à l’enregistrement ou comment faire pour mettre tel ou tel écriture. Bref, c’est une grosse limite que les professeurs du primaire ont. En ce qui concerne les plus vieux, soient les cinquièmes ou sixièmes années, il est beaucoup plus facile de les faire découvrir du nouveau matériel et de les faire travailler avec. Et finalement, quand il s’agit du secondaire, je crois que les limites se réduisent grandement et qu’il est davantage facile de les faire travailler avec la nouvelle technologie. Ils sont plus conscients des avantages et ils ont la maturité nécessaire pour faire le travail. Ce qu’ils apprennent aujourd’hui, leur serviront dans un avenir proche, ça c’est certain.

Puisque l’informatique est sur le point de « dominer » le monde, il est vrai que le monde du web doit être découvert et travailler rapidement pour qu’une fois rendue à un certain niveau soit universitaire ou sur le marché du travail, que nous sachions nous débrouiller avec au moins le minimum attendu de tous, c’est-à-dire savoir naviguer sur internet et connaître la base de notre ordinateur (les Microsoft). Autrefois, il n’était pas rare de voir et même encore aujourd’hui, des personnes qui ne savent même pas ouvrir un ordinateur parce que cela ne les intéresse tout simplement pas. Pour nous, mais surtout pour la génération C, il est impensable de vivre sans avoir d’ordinateur, ou tout autre objet électronique (IPod touch, PSP, cellulaire ou toute autre console de jeux vidéo.) Ils les ont toujours eus dans les mains et ils se sont adaptés à cet environnement.

Finalement, il est bon de dire que la génération C est à l’aise avec les technologies mais dans le milieu de l’enseignement, il faut leur faire voir les différents aspects et leur montrer les savoir-faire d’une bonne utilisation de ceux-ci. Pour être apte à pouvoir gérer une telle situation, nous devons, être informés et se tenir toujours au courant de l’actualité qui se rapporte à ce sujet. Dans notre formation pour devenir enseignant, nous avons beaucoup de cours sur la dictature de différentes matières, mais l’enseignement des TIC est, à mon avis, totalement négliger et mis de côté. Il est de toute évidence qu’on ne peut pas intéresser tous les gens par rapport au web, mais plus on est exposé à travailler avec quelque chose, plus on devient confiant et plus on aime s’en servir.

Pour conclure, il y aurait continuellement des gens qui vont être en opposition avec le moindre changement et ils ne voudront jamais sortir de leur zone de confort. Avant d’aller à l’université, j’ai fait mon cours en coiffure et une de mes professeurs me répétait sans cesses « Jessica, il faut sortir de ta zone de confort, sinon tu ne laisseras jamais place à l’amélioration et tu n’iras jamais au-delà de tes performances personnelles. » C’est la même chose en enseignement, il peut arriver qu’une situation d’apprentissage, lorsqu’elle a été montée avec des TIC, ne fonctionne pas comme vous le voulez. Mais, ce n’est pas un échec mais une bonne façon de se remettre en question et de faire mieux la prochaine fois. Il y a également le fait de la diversité sur le web qui est un grand avantage pour tous. Il nous permet de nous remettre en question et de prendre conscience, des moyens qui sont à ma portée pour être encore meilleur. Il reste seulement à se faire poser des questions sur le comment nous voulons réussir notre cheminement personne ? Rester dans une même routine ne fait pas d’une personne un mauvais enseignant, mais investir du temps dans un domaine qu’on aime, je crois que c’est d’une importance cruciale.

etu14

Auteur: etu14

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (5)

Mélissa Mélissa ·  16 juin 2010, 7:24:58 PM

Belles réflexions et très bonne conclusion ! Je suis tout à fait d'accord avec l'idée de sortir de sa zone de confort. Effectivement, si nous n'apprenons pas à travailler avec les TICS et que nous n'expérimentons rien au risque de se tromper, il est peu probable que nous soyons confiant et enthousiaste à travailler avec ceux-ci.

Pierre-Marc Dufour 3tle108 Pierre-Marc Dufour 3tle108 ·  20 juin 2010, 9:08:50 PM

C’est vrai qu’il faut sortir de notre zone de confort cependant, je crois que nous sommes beaucoup mieux formés pour faire face au Tic ainsi qu’au web 2.0 que la génération d’enseignant avant nous. Ces outils vont nous permettre d’avoir un lien plus important avec nos élèves et peut-être mieux les comprennent. Des outils comme facebook et twitter seront des outils importants dans notre profession d’enseignant pour communiquer avec nos élèves.

Patrick Giroux Patrick Giroux ·  22 juin 2010, 3:39:30 PM

Je veux d'abord souligner ta conclusion par rapport à la zone de confort. ÇA me semble tout à fait juste!

J'aimerais ensuite rectifier les faits. Dans l'extrait suivant, tu dis décrire une limite à laquelle les enseignants du primaire doivent faire face au début du primaire:

"La plupart du temps, ils savent très bien comment aller sur des sites de jeux en ligne, mais lorsque vient le temps de faire un « petit » travail soit sur Microsoft ou autre site de traitement de textes, ils semblent totalement perdus. Ils ne savent rien par rapport à l’enregistrement ou comment faire pour mettre tel ou tel écriture."

Il est normal qu'ils ne le sachent pas encore. C'est un apprentissage qu'ils doivent faire et au premier cycle. Ce n'est pas une limite, c'est l'une de vos responsabilités...

Jessica Jessica ·  23 juin 2010, 3:19:01 PM

il est certain que c'est de notre devoir de leur montrer, mais par contre une des limites que nous avons, c'est que les classes sont très nombreuses et 30 élèves dans un laboratoire d'informatique pour 1 professeur... c'est du sport !!!!!

Patrick Giroux Patrick Giroux ·  29 juin 2010, 8:37:41 AM

C'est clair! Ce ne sera pas facile... Peut-être qu'un ou deux parents pourraient venir aider. Pourquoi ne pas collaborer avec un enseignant du 3e cycle qui pourrait envoyer quelques étudiants ou former une équipe de mentors TIC?

Ce ne sera pas facile, mais il me semble possible de trouver des solutions...

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Évolution

Le temps passe et les choses changent... C'est vrai aussi en éducation!

Lire la suite

Le retour des étudiants sur PédagoTIC

Ils sont de retour pour 8 semaines. J'espère que vous les lirez et m'aiderez en commentant leurs billets.

Lire la suite