PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Génération C: l'adaptation scolaire, un groupe différent?

Bien que ces compétences transversales aient été récemment supprimées du programme de formation de l’école québécoise par la ministre de l’Éducation, Mme Line Beauchamp, elles demeurent pour le moment un sujet d’actualité dans notre formation professionnelle. L’intégration des technologies de l’information est l’une de ces compétences transversales mises aux rebuts. Les technologies sont-elles essentielles à la vie de tous les jours? Est-il important de sensibiliser les élèves de la génération C à l’utilisation de ces technologies? Que faisons — nous de l’adaptation scolaire dans cette génération? Est-ce une classe à part? Les jeunes nés depuis 1984 sont reconnus pour être des humains fondamentalement technologiques. Cette relation de cause à effet est bien simple à expliquer : il s’agit de la seule génération venue au monde avec Internet. Dans le milieu de l’enseignement, l’adaptation scolaire est omniprésente. Tout comme dans les classes régulières, il s’agit d’enfants issus de cette génération. Or, ceux-ci sont-ils aussi outillés? L’application et l’utilisation des technologies peuvent-elles se faire dans les mêmes contextes? Certes, ils proviennent de la génération où les utilisateurs sont habitués de naviguer, mais qu’en est-il vraiment? L’école est-elle adéquatement armée pour faire face à cette nouvelle réalité? Pensons aux personnes ayant une déficience physique ou psychologique, aux jeunes en foyer d’accueil, aux élèves autistes, etc. Le système éducationnel permet-il d’adapter l’environnement afin que ces jeunes différents s’épanouissent et se développent au maximum de leurs capacités? Je trouve, dans cet essai, intéressant de jeter un regard sur cette classe considérée trop souvent « à part ». Je crois aussi pertinent de me renseigner sur les outils et les ressources disponibles dans le domaine de l’adaptation scolaire afin de mettre à profit mes connaissances dans mes futures classes ou j’y accueillerai des jeunes particuliers de la génération C.

Les ressources disponibles pour intégrer les TIC aux élèves évoluant en adaptation scolaire.

Dans un cadre familial

Si j’amorce ma réflexion par rapport à mon expérience personnelle, je serais portée à croire que les élèves en adaptation scolaire partent désavantagés par rapport à l’ensemble de la génération C.. Pourquoi? La raison est simple. Les ressources financières sont déficitaires. Un enfant différent requiert des services spéciaux qui souvent nécessitent des frais afférents considérables ou requiert du temps pour tous les rendez-vous à l’horaire. Les parents sont alors appelés à débourser de leurs poches. Dans certains cas, un des parents est dans l’obligation de cesser son emploi pour subvenir adéquatement aux nombreux besoins de son enfant. Il devient alors difficile de rester à la fine pointe de la technologie et pouvoir se procurer les outils nécessaires. Prenons en exemple les jeunes provenant de familles défavorisées ou encore des familles d’accueil (nombreux dans le domaine de l’adaptation). Les ressources financières sont dans la majorité des cas trop maigres pour combler le désir technologique de ces enfants bien qu’ils reçoivent des subventions gouvernementales. Celles-ci sont utilisées pour répondre aux besoins primaires, mais insuffisantes pour combler les souhaits des enfants recueillis.


Dans un cadre scolaire

Les outils technologiques de nos écoles québécoises pour les élèves dans le besoin sont-ils adéquats et cohérents à l’environnement? À défaut d’avoir les ressources disponibles pour découvrir les technologies de l’information dans la sphère familiale comme la majorité des autres vivants de la génération C, je crois que certaines structures scolaires sont organisées de façon à pouvoir fournir les aides technologiques requises selon la problématique de chacun. De plus en plus d’argent est rendu disponible par le gouvernement, par certaines commissions scolaires et par certaines associations. Ces subventions en adaptation scolaire permettent l’intégration de certaines technologies qui fait cheminer les élèves plus rapidement malgré les difficultés quotidiennes. Ceux-ci peuvent donc profiter de certains apprentissages et par le fait même, être plus motivés à persévérer dans les apprentissages. Pour bien illustrer ma réflexion, pensons à un enfant dysphasique qui n’a toujours pas appris à lire. Ce jeune rencontre des épreuves quasi insurmontables dans tous les domaines qui nécessitent la lecture. À l’aide des TIC, ce jeune peut utiliser le logiciel Kurzweil. Ce logiciel est un lecteur de texte multilingue. Il est donc possible de faire la lecture d’un problème en mathématique, de réfléchir sur des questions d’éthique et même de travailler la conscience phonologique. Qui plus est, ce logiciel permet d’enregistrer un texte et de faire la relecture dans un moment postérieur. Le défilement des mots de couleurs différentes dans les phrases durant la lecture, les dictionnaires oraux, la lecture simultanée des pages web visitées sont aussi disponibles. Un logiciel comme celui-ci permet aux générateurs C en difficulté de se divertir et de profiter du web 2.0. Ils peuvent évoluer dans les domaines généraux de formation. Ce type de technologie fait vivre aux élèves en difficulté un contact différent avec la lecture et l’écriture. Cela donne aussi un avantage au jeune de profiter du plaisir de la lecture sans nécessairement avoir à surmonter un défi chacune des fois où une tâche lui est proposée.

J’estime que les jeunes cheminant en adaptation scolaire profitent des TIC offerts dans les milieux scolaires si ce n’est pas plus que la majorité des étudiants de la génération C. Les objectifs et les outils sont différents. La majorité des « C » utilisent les technologies à des fins de divertissement, de recherches et de développement tandis que plusieurs jeunes de l’adaptation scolaire des « C » utilisent les TIC pour se divertir, se développer et combler des besoins. Il s’agit donc d’une aide pour accomplir des tâches aussi cruciales que communiquer et établir des liens sociaux. Les TIC ayant pour fonction de divertir sont, à mon avis, moins présentes dans la vie des jeunes en difficultés.

Le temps disponible et alloué à la découverte des TIC en adaptation scolaire

Un autre point qui joue sur l’intégration des TIC en adaptation scolaire plutôt que dans la majorité de la génération actuelle est le temps qu’il est possible de consacrer à la découverte des médias présents dans l’environnement. Les jeunes ont déjà, dans la majorité des cas, un retard académique important et une concentration limitée alors les moments de travaux sont ardus. Par conséquent, il devient difficile de passer plusieurs périodes sur l’ordinateur afin de leur montrer les tâches qui sont normalement acquises à la maison telles qu’ouvrir l’ordinateur, naviguer sur Internet, copier-coller… alors, imaginez tenter d’introduire l’utilisation des blogues, du web 2.0, des wikis, les sources fiables, etc.. Il s’agit d’un défi de taille que plusieurs enseignants ne croient pas être en mesure ou suffisamment formé pour le relever puisqu’eux-mêmes ont des déficiences importantes quant à l’utilisation et à la mise à jour des technologies et de ces nouveautés.

Il faut ajouter que rares sont les classes qui possèdent les outils technologiques adéquats pour l’ensemble des élèves. Il est possible de réserver le laboratoire d’informatique qui est ouvert à toutes les classes. La complexité de s’introduire dans le système et d’avoir accès à suffisamment de plages horaires afin de monter un projet avec des TIC est ardu quand nous avons en tête que la majorité des enfants travaillent et apprennent moins vite que la moyenne. Les classes « régulières » ont donc, encore une fois une longueur d’avance sur la capacité d’utilisation des TIC. Autrement dit, c’est un cercle vicieux qui ne peut cesser de tourner. La façon de penser des enseignants devrait se modifier avec le temps, car nul n’ignore les bienfaits de l’utilisation des TIC. Les jeunes en adaptation scolaire devraient pouvoir s’intégrer avec le reste de la génération C. Les cours qu’ils perçoivent intéressants comme univers social, science et technologie et des projets à l’aide des TIC sont trop souvent oubliés au profit des domaines généraux de formation tels que les mathématiques et le français. Ces sphères sont souvent le sujet des écœurements aigus de la part des élèves puisqu’ils sont tellement en retard qu’ils font juste cela durant la journée. Pourquoi ne pas prendre un virage technologique et tenter d’inclure l’utilisation des TIC dans plusieurs projets? De cette façon, il sera possible de former les jeunes aux nouvelles technologies disponibles et ensuite pouvoir en profiter pour sensibiliser sur l’utilisation des réseaux sociaux, du web 2.0, de l’usurpation d’identité, de cyberintimidation, etc..

Autres types de technologie et l’adaptation scolaire.

Pour ce qui est des autres types de technologies tels que les guichets, le compte de banque, je crois que les jeunes en adaptation scolaire sont en mesure d’être formés pour l’utiliser adéquatement tout comme un élève de type régulier de la génération C. Un élève avec une déficience langagière, une déficience intellectuelle peuvent être suivis par les enseignants pendant l’acquisition des fonctions et cohéremment être plus autonomes dans la vie. L’utilisation l’interface simplifiée, déjà réfléchie par les professionnels du domaine ainsi que l’utilisation de cette technologie à répétition peut amener tous les gens à l’utiliser.

Pour ainsi clore ma réflexion quant à la comparaison des ressources disponibles, pour la majorité de la génération C et de l’adaptation scolaire, l’adaptation scolaire, selon moi, part désavantagée quant à l’intégration de TIC dans la vie de tous les jours. Les raisons sont simples : premièrement, les ressources financières sont moins fructueuses, les milieux socio-économiques sont souvent plus faibles, les parents se doivent d’arrêter de travailler par manque de temps pour subvenir aux besoins des enfants différents. L’accès restreint est ipso facto lié aux manques d’argent dans les familles ayant des enfants en adaptation scolaire. Pour ce qui est du milieu scolaire dans lequel les jeunes évoluent, ils sont de plus en plus adaptés aux problématiques que chacun rencontre. Les nouveaux logiciels permettent de compenser le déficit physique ou intellectuel et nous pouvons par la suite voir un cheminement important dans les domaines généraux de formation de nos élèves, et ce, grâce aux TIC. Il est aussi primordial de considérer le temps restreint des jeunes à pouvoir utiliser le local d’ordinateurs disponibles à l’école puisque le retard académique est souvent si important que toutes les minutes sont comptées pour faire cheminer l’élève dans les domaines principaux de formation. Le retard d’utilisation des TIC est souvent colossal. Les professeurs et spécialistes voient l’utilisation des TIC au quotidien comme une montagne impossible à gravir. Pourtant ne dit-on pas que la meilleure façon de manger un éléphant, c’est une bouchée à la fois?

etu85

Auteur: etu85

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Le premier "Salon techno-pédago" de l'UQAC

Le comité de pédagogie universitaire de l'UQAC a organisé le premier "Salon techno-pédago" de l'UQAC le 8 avril dernier. Voici ce que j'y ai présenté...

Lire la suite

Sujet des travaux de session pour le trimestre d'hiver 2011

Voici une liste de sujets que je souhaite voir traités durant le trimestre.

Lire la suite