PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le TBI en mathématiques au primaire

De nos jours, les technologies de l’information et de la communication occupent une place de plus en plus grande au sein de notre société. Même la plupart des écoles primaires intègre maintenant certaines de ces technologies dans les classes. Le tableau blanc interactif est une de ces nouveautés technologiques qui fait son apparition de façon graduelle dans les classes. L’essai qui suit portera donc sur l’usage du TBI en classe par rapport aux mathématiques. Selon moi, le fait d'utiliser cette technologie en mathématiques peut être très bénéfique autant pour l’enseignant que pour les élèves. En premier lieu, je vous parlerai de l’usage du TBI en mathématiques pour les enseignants. Nous verrons donc les façons d’intégrer ce type de tableau ainsi que les forces et les limites de cette technologie, toujours dans le cadre de l’enseignement des mathématiques. En deuxième lieu, je vous parlerai de l’usage du TBI en mathématiques pour les élèves. Cette partie se centrera sur deux aspects, soit, sur les avantages, puis sur les limites de l’usage du tableau blanc interactif dans cette matière pour les élèves.

Premièrement, l’utilisation du tableau blanc interactif est toute nouvelle pour les enseignants. Il me semble donc pertinent d’expliquer l’usage qu’ils peuvent en faire dans le cadre des cours de mathématiques. Tout d’abord, les enseignants peuvent intégrer le TBI dans plusieurs aspects des mathématiques tels que la géométrie, le calque et le calcul. En ce qui concerne la géométrie, certains logiciels, qui sont la plupart du temps gratuitement accessibles aux enseignants, peuvent être une excellente façon d’intégrer le TBI textuelles, les renseignements suivants proviennent de l'expérimentation que j'ai faite des logiciels présentés. En premier lieu, j'ai essayé le logiciel Géogébra. Celui-ci sert à dessiner des plans cartésiens ainsi qu’à enseigner aux élèves comment s’en servir. Pour ce qui est de Tracenpoche, il s’agit d’un outil permettant de créer et d’étudier les figures géométriques avec les élèves. Il existe également un programme permettant de construire, de visualiser, de désassembler et de reconstruire les solides, il s’agit du logiciel Cabri 3D. Aussi, l’outil portant le nom de Poly 1.11 sert à faire visualiser aux élèves les solides sous plusieurs angles ainsi qu’à décortiquer les différentes faces qui le forment. Aussi, il est possible pour l’enseignant d’utiliser un logiciel gratuit tel que Multi-e-math afin de travailler sur les calques avec les élèves. Plusieurs outils de calcul sont également accessibles aux enseignants afin que ceux-ci puissent faire exercer les élèves en ce qui concerne les algorithmes et le calcul mental. En plus de tous les outils didactiques que peut utiliser l’enseignant pour faciliter l’apprentissage des mathématiques chez les élèves, le TBI peut avoir d’autres usages tels que d’effectuer des exercices mathématiques ainsi que leur correction en ligne, d’écrire des annotations directement sur le TBI et envoyer aux élèves des notes de cours ou des documents mathématiques par voie électronique (Huin, 2010). Selon moi, toutes ces possibilités d’intégrer le TBI peuvent effectivement facilite la tâche del’enseignant au quotidien.

Il est certain que l’usage du tableau blanc interactif en mathématiques pour les enseignants comporte plusieurs avantages. On peut d’abord constater, en lien avec le paragraphe précédent, que la plupart des logiciels mathématiques pour le TBI sont gratuits et ne prennent que quelques minutes à télécharger. Aussi, ces logiciels sont souvent très intéressants car ils permettent à l’enseignant d’avoir une approche pédagogique de groupe. Par exemple, au lieu de corriger les cahiers de mathématiques des élèves, l’enseignant peut corriger le tout en ligne devant toute la classe étant donné que certains manuels sont maintenant accessibles sur internet (Huin, 2010). Aussi, l’usage du TBI en mathématiques peut être très pertinente lorsqu'on parle de l’enseignement du calcul des angles. Plusieurs outils permettent de faire le calcul des angles à l’aide d’une équerre virtuelle transparente. Ainsi, il est plus facile pour l’enseignant de faire des démonstrations avec ce type de logiciel étant donné que les enfants sont plus à l’écoute (ils sont souvent très ouverts à tout ce qui concerne les nouvelles technologies de l’information et de la communication). Nous pouvons ainsi nous mettre d’accord sur le fait que l’ancienne équerre de bois qu’utilisent encore la plupart des enseignants n’est plus très moderne ni attrayante pour les jeunes, comparativement à ce qu’on retrouve maintenant gratuitement sur internet. De plus, l’utilisation du tableau blanc interactif comporte d’autres cotés positifs en ce qui concerne les mathématiques, surtout en ce qui a trait à l’enseignement de l’aire des solides. Bien qu’il soit important que les enfants puissent manipuler des cubes, des pyramides à base triangulaires etc, il faut aussi qu’ils soient en mesure de se représenter mentalement tous les faces qui composent le solide. Plusieurs logiciels peuvent ainsi permettre à l’enseignant de faciliter son enseignement et l’apprentissage des élèves car ils permettent de découvrir les différents solides en les décomposant, en les décortiquant et en s’appropriant leurs différentes caractéristiques. Aussi, lorsque les enseignants utilisent, par exemple des exercices de mathématiques qui proviennent de l’Internet ou qui sont fait sur ordinateur, il est intéressant de procéder à leur correction en ligne, devant les élèves (Prevot, 2008). En effet, le fait de pouvoir corriger les exercices de mathématiques sur le TBI permet à l’enseignant de sauver beaucoup de temps en évitant d’écrire toutes les informations sur le tableau noir, ce qui s’avère ennuyant pour celui-ci. De plus, puisque l’on sait que les mathématiques demandent beaucoup de concentration, le fait de corriger les exercices en ligne peut aussi être une solution de gestion de classe pour les enseignants car ils n’auront pas besoin d’avoir le dos tourné pendant de longues minutes pour écrire les problèmes mathématiques au tableau. En plus, les différents outils de calcul qui existent pour le TBI permettent à l’enseignant de substituer aux exercices de calcul mental ennuyeux et souvent long à concevoir. Effectivement, plusieurs outils de calcul, en plus d’être éducatifs sont très ludiques, interactifs et suscitent l’intérêt et la participation des jeunes. Pensez-y, est il plus motivant pour les jeunes de remplir un feuille de calcul mental ou de jouer à des jeux interactifs en développant et en mettant à profit leur habiletés en calcul mental? En effet nous savons que plusieurs élèves trouvent que les mathématiques sont ennuyantes et difficiles. Quoi de mieux que le TBI pour faire naître la motivation des jeunes en ce qui concerne cette matière? Selon moi, il est clair que cet outil peut faciliter la tâche de l’enseignant car si les jeunes ressentent de l’intérêt, ils progresseront d’avantage dans leurs apprentissages puisque la motivation est à la base même de la réussite, donc des apprentissages.

Deuxièmement, cette partie de l’essai portera sur les avantages et les inconvénients de l’usage du tableau blanc interactif en mathématiques pour les élèves. En effet, il n’y a pas que des avantages pour les enseignants à utiliser le TBI en mathématiques, selon moi, les élèves aussi peuvent grandement bénéficier de cet outil technologique. Tout d’abord, l’usage de cette technologie dans le cadre de l’apprentissage des mathématiques peut grandement augmenter le niveau d’intérêt des jeunes. En effet, le coté interactif et animé du TBI suscite davantage de motivation à apprendre les mathématiques. Il est certain que cet outil est sans doute plus adapté aux jeunes d’aujourd’hui que le tableau noir ordinaire. Par exemple, les logiciels qui permettent de calculer les angles à l’aide d’une équerre numérique transparente permettent une compréhension plus claire de la notion que l’équerre de bois. Aussi, la transparence de l’équerre et la luminosité du TBI facilite l’assimilation de ce concept mathématique. Selon moi, les logiciels permettant de visualiser et de décortiquer les différents solides sont aussi très bénéfiques pour les élèves car ils leur donnent la chance de mieux se représenter mentalement la conception de ces solides. Par contre, lorsqu’ils manipulent des solides de plastiques, ils ne peuvent pas se représenter mentalement la composition de l’entité. De plus, on peut facilement constater que l’aspect interactif du TBI motive beaucoup les élèves à pratiquer le calcul mental, une activité qui s’avère habituellement assez ennuyante. Effectivement, la plupart des outils de calculs en lien avec le tableau blanc interactif propose des activités de calcul mental sous forme de jeux, ce qui augmente de façon marquée le niveau d’intérêt des jeunes. Aussi, je crois que le TBI utilisé dans le cadre des mathématiques rejoint davantage le monde de plus en plus technologique des enfants. Par exemple, le fait d’envoyer les notes de cours ou les devoirs de mathématiques par internet permet aux élèves de diversifier le support sur lequel ils auront à travailler et par le fait même, de susciter davantage de motivation (Prevot, 2008).

Bien que le tableau blanc interactif comporte une multitude d’avantages, comme le paragraphe précédent le démontre, il y a également des limites à son utilisation. En effet, il est clair que l’apprentissage des concepts mathématiques ne repose pas seulement sur une approche informatisée. Dans certains cas, il est important que les enfants puissent acquérir certaines notions mathématiques à l’aide de l’expérience et de la manipulation. Selon moi, le TBI ne peut pas couvrir entièrement l’enseignement des mathématiques. Bien que le caractère interactif de cette technologie peut s’avérer être un avantage intéressant pour les élèves dans le cadre de cette matière, il faut aussi prendre en considération le fait que tous les élèves ne peuvent pas nécessairement interagir simultanément sur le TBI (Sarrasin, 2009). Il est clair que l’enseignant ne peut pas faire venir tous les élèves au tableau en même temps. Je crois donc qu’en ce sens, l’utilisation du tableau blanc interactif facilite d’avantage la tâche de l’enseignant que celle de l’élève, ce qui ne s’avère pas forcément le résultat souhaité. Aussi, je pense que le TBI doit être utilisé avec modération car les contenus des cours de mathématiques sont souvent assez chargés et complexes. Pour les élèves, le fait de toujours recevoir un enseignement informatisé peut créer un effet de lourdeur par rapport au contenu (Conte, 2005). De plus, la luminosité de ce type de tableau peut créer de la fatigue oculaire chez les élèves lorsque ceux-ci fixent trop longtemps l’écran. En étudiant l’utilisation du TBI dans les classes, il est également possible de constater que l’emploi du TBI en mathématiques pourrait créer des difficultés chez certains élèves. En effet, avec le tableau blanc interactif, la documentation mathématique se trouve à être beaucoup plus facile d’accès pour l'enseignant. Il faut donc que ceux-ci soit prudent quant à la surcharge d’information qu’ils pourraient présenter aux élèves (Sarrasin 2009). Cela risquerait d’entraîner la confusion et l’incompréhension de la matière. Bref, il ne faut pas penser que le TBI est une solution miraculeuse pour les élèves dans l’apprentissage des mathématiques. Celui-ci n’est qu’un outil parmis tant d’autres qui peut s’avérer utile lorsqu’il est utilisé de manière judicieuse afin que les élèves n’en ressentent pas d’inconvénients.

Pour conclure, on peut constater que l’utilisation du TBI en mathématiques comporte des avantages autant pour les enseignants que pour les élèves. Selon moi, lors d’une utilisation judicieuse de cet outil technologique et de logiciels appropriés, les nombreux avantages peuvent compenser aux quelques limites de l’utilisation du tableau blanc interactif dans cette matière. Il me semble donc que l’usage du TBI en mathématiques soit très pertinent. En effet, pour une efficacité optimale du tableau blanc interactif dans l’apprentissage des concepts mathématiques, il sera intéressant de songer à fournir des ordinateurs reliés au tableau pour que tous les élèves puissent participer de façon active aux cours.

Moi, Stéphanie Tremblay, certifie avoir fait attention pour rédiger un texte sans fautes.

Bibliographie:

HUIN, Fabrice. Un manuel, un tableau blanc interactif et un site internet. (page consultée le 3 octobre 2010), en ligne http://revue.sesamath.net/spip.php?article299 PREVOT, Christophe. Trois années d'utilisation d'un TBI en cours de mathématiques. (page consultée le 1er octobre 2010), en ligne http://revue.sesamath.net/spip.php?article181 SARRASIN, Louise. La table ronde sur le TBI. (page consultée le 1er octobre 2010), en ligne http://www.recit.qc.ca/spip.php?article393 CONTE, Bernard. Utilisation d'un tableau blanc interactif en SES pendant l'année scolaire 2005-2006. en ligne ftp://trf.education.gouv.fr/pub/educnet/chrgt/ses/rapportJanetti.pdf

Sandra

Auteur: Sandra

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (7)

Cindy Veilleux Cindy Veilleux ·  08 octobre 2010, 2:59:18 PM

Salut Stéphanie!
J'approuve ton opinion quant à l'utilisation du tableau blanc interactif dans la classe en mathématique. Il est très intéressant pour nous tous de pouvoir observer les logiciels disponibles et leurs fonctionnalités. J'adhère aussi au fait que, une utilisation trop longue du TBI pendant les heures de classe peut être très négatif pour les élèves et l'enseignant. Bravo pour ton essai!

Cindy Veilleux Cindy Veilleux ·  08 octobre 2010, 2:59:25 PM

Salut Stéphanie!
J'approuve ton opinion quant à l'utilisation du tableau blanc interactif dans la classe en mathématique. Il est très intéressant pour nous tous de pouvoir observer les logiciels disponibles et leurs fonctionnalités. J'adhère aussi au fait que, une utilisation trop longue du TBI pendant les heures de classe peut être très négatif pour les élèves et l'enseignant. Bravo pour ton essai!

pgiroux pgiroux ·  20 octobre 2010, 2:35:55 PM

Il est important de distinguer le TBI de l'ordinateur et des logiciels... Dans ce texte, combien d'avantages cités sont réellement associés au TBI et combien le sont plutôt à l'ordinateur ou aux logiciels?

etu42 etu42 ·  20 octobre 2010, 8:21:03 PM

Pour rédiger un essai sur l'intégration du TBI en mathématiques il est certain que les logiciels sont des éléments importants. Je ne vois pas comment j'aurais pu dissocier le TBI en soit et les logiciels car pour une utilisation optimale de ces technologies en mathématiques l'un ne va pas sans l'autre. De plus, il est assez rare qu'on parle de l'utilisation du TBI sans parler des logiciels qui l'accompagne. Merci

pgiroux pgiroux ·  21 octobre 2010, 7:54:42 AM

JE sais... et c'est exactement le point que je veux faire comprendre!

Le TBI apporte, par lui-même, peu de "nouveau".

Comme les logiciels peuvent être installés sur tous les ordinateurs du laboratoire, on a donc le choix entre (1) un outil qui permet de présenter (démonstration, centrer sur l'enseignant) ou à un petit groupe d'interagir et (2) aller au laboratoire pour que toute la classe soit engagée.

À mon sens, le TBI est une dépense presque inutile. Il serait plus utile d'investir les sous ailleurs. Une classe pourrait par exemple avoir 2 ou 3 ordinateurs supplémentaires à la place d'un TBI. Comme les logiciels sont souvent gratuits, on pourrait ainsi engager plus d'apprenants dans des tâches significatives simultanément.

Stéphanie Tremblay Stéphanie Tremblay ·  25 octobre 2010, 9:34:48 PM

Monsieur Giroux je vous trouve très pointilleux. Mais le but de mon essai n'étais pas de faire un choix entre le TBI ou des ordinateurs en fonction d'un budget donné mais plutôt de décrire les avantages du tbi en mathématiques (incluant le TBI et les logiciels) et c'est ce que j'ai fait et très bien fait selon moi merci !

pgiroux pgiroux ·  26 octobre 2010, 12:07:56 PM

J'ai lu plus haut que cet essai portait aussi sur les limites du TBI... Il me semble qu'il faut alors réfléchir à tous les aspects.

De plus, les limites que je pointe sont souvent citées lorsqu'il y un débat à propos des TBI.
Gilles en parle ici: http://www.gilles-jobin.org/jobiner...

Je ne fait que vous confronter à une réalité. Vous voulez apprendre non? Et bien les TIC, ce n'est jamais noir, ni blanc. C'est toujours en nuances de gris. Ça dépend toujours de l'angle, du contexte...

Notez aussi que j'ai parfois défendu les TBI en précisant que certains usages sont intéressants... http://pedagotic.ca/?post/2009...

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Les choses changent!

Je suis souvent un peu désabusé par la vitesse à laquelle les choses changent (ou ne changent pas!) en éducation... J'ai souvent l'impression qu'on vraiment beaucoup de difficulté à tout aligner correctement pour créer un changement. Vous comprendrez donc que lorsque je constate un changement, ça me fait très plaisir!

Lire la suite

Une exemple SMAR + Google Apps vraiment intéressant

J'ai parlé du modèle SAMR avec mes étudiants... Voici un exemple intéressant.

Lire la suite