PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les contraintes de l'intégration des TIC dans les écoles primaires et secondaires.

À l’annonce de cet essai, j’ai eu une longue réflexion par rapport aux technologies éducatives. Je me suis penchée sur bien des sujets, mais je revenais toujours à l’intégration des TIC dans les écoles. Par contre, l’intégration des TIC est un sujet très vaste et peut contenir beaucoup d’information. Je me suis aperçue que mes questions se dirigeaient plutôt vers les difficultés à intégrer les TIC dans les écoles. Cela m’a donc amenée à vous parler des contraintes de l’intégration des TIC dans les écoles primaires. Lorsque je parle de contraintes, je crois que nous pouvons mentionner, le manque de budget dans les écoles et du peu de temps alloué au laboratoire d’informatique. Ensuite, les enseignants plus âgés, qui sont souvent moins alaise avec les technologies, ont beaucoup plus de difficulté. Ainsi que les futurs enseignants, qui ont eux, une bonne maîtrise des technologies, mais ont-ils pour autant les bons outils pour bien intégrer les TIC dans leurs classes. Je crois qu’il est temps de changer les choses et de surmonter ces contraintes. Nous vivons dans une société remplie de technologie, il est donc essentiel que l’école, établissement ou nous avons droit à une éducation, sois capable de remplir ce contrat. Dans ma réflexion, j’ai sélectionné quatre contraintes qui à mon avis sont les plus importantes. Je vous en parlerai en ordre d’importance.

Tout d’abord, le manque de budget dans les écoles, le financement des TIC constituent une préoccupation de premier plan pour la plupart des écoles primaires. Selon une recherche faite par statistique Canada en 2003-2004 : « Près de 67 % des directeurs estiment que l’obtention de fonds suffisants pour les technologies représente un obstacle considérable à l’utilisation des TIC dans leur école. » Comment faire pour que les élèves aient accès des ordinateurs et des périphériques qui sont à jour sans l’obtention d’aide financière? Il faut être conscient que la technologie évolue continuellement et que ce n’est pas tout, d’acheter des ordinateurs, il faut penser les renouvelés et à l’entretien. Un bon technicien est un coût de plus pour les écoles. Lorsque j’ai fait mon premier stage à l’automne 2010, j’étais dans un milieu défavoriser, je me suis informée auprès de ma directrice du budget accordé aux TIC. Elle m’a répondu que l’école n’avait pas d’aide financière concernant les TIC et qu’elle devait utiliser le budget de l’école. Il n’est vraiment pas facile de répartir le budget dans l’ensemble des domaines. Pour le cas de cette école, elle devait enlever de l’argent pour en ajouter aux TIC. Comment savoir où mettre l’argent, qui a droit à quoi? Après avoir regardé tout cela, je crois qu’il serait essentiel d’avoir un budget spécial dans toutes les écoles pour les TIC. Il est certain qu’avant les technologies étaient beaucoup moins présentes dans nos vies donc, dans les écoles aussi. Je crois que c’est pour cela qu’il n’y a pas beaucoup de budget accorder aux TIC. Par contre, la société a évolué, mais on dirait que les écoles non pas suivie le mouvement. Le budget n’a pas eu assez de grosses modifications pour l’évolution que nous avons faites.

Le manque de budget dans les écoles est en lien direct avec le peu de temps alloué à chaque jeune à l’ordinateur. Il est certain qu’une école qui manque de budget ne peut pas se permettre d’avoir un ordinateur pour chaque élève. Donc, pour la plupart des écoles, il y a un laboratoire informatique qui contient environ une quarantaine d’ordinateurs. Durant la semaine chaque classe a dans son horaire un temps environ heure pour aller au laboratoire. Une heure par semaine d’ordinateur c’était suffisant il y a quelques années, maintenant ce ne l’est plus. Dans chaque classe, nous retrouvons normalement un à deux ordinateurs. Vous me direz que c’est positif, que les enfants y ont accès rapidement. Oui bien sûr, mais comment faire pour contrôler cela en tant qu’enseignant, deux ordinateurs pour trente élèves, c’est ridicule. L’enseignant doit donc interdire l’accès à moins d’avoir une permission spéciale puisqu’il n’y a pas assez de place pour tout le monde et cela cause de la chamaille. Nous revenons donc au point de départ, les enfants n'ont toujours pas accès assez souvent aux ordinateurs même si nous en retrouvons dans les écoles, elles sont trop peu nombreuses. Lorsque j’allais à l’école secondaire, nous avions droit au laboratoire durant l’heure du midi, dans notre école nous étions environ 2000 élèves, ce laboratoire comptait 60 ordinateurs. Bien entendu, les ordinateurs étaient toujours pris et c’était toujours les mêmes personnes qui étaient là. Je me suis dit cette semaine, pourri ne pas aller voir à mon école, si les choses ont changé depuis. Après avoir vérifié avec la responsable, nous avons constaté que l’école a ouvert un deuxième laboratoire qui contient environ une trentaine d’ordinateurs. Nous sommes donc rendus à une centaine d’ordinateurs mise à la disposition des élèves. Il y a une belle amélioration, mais ce n’est toujours pas suffisant.

Ensuite, lorsque tu choisis le métier d’enseignant comme tout autre métier, il se peut que tu enseignes pour le reste de ta carrière. Une carrière peut durer bien longtemps. Il est donc normal que les enseignants plus âgés ne soient pas à l'aise avec les nouvelles technologies et qu’ils aient plus de difficulté à s’adapter. Si je regarde ma mère par exemple qui est dans la cinquantaine, elle pouvait très bien être à la place d’une enseignante présentement et je peux vous assurer qu’elle ne maitrise pas vraiment bien les nouvelles technologies. Je ne dis pas que c’est impossible pour eux de bien s’adapter au contraire, tout s’apprend lorsqu’on le travaille et qu’on l’expérimente. Je crois seulement qui serait nécessaire d’obliger les enseignants à se performer dans le domaine et à se renouveler constamment. Le perfectionnement des compétences et des connaissances des enseignants est plus important que jamais, compte tenu de l’évolution constante. Je crois, que la plus part des enseignants possèdent les compétences techniques pour ce qui attrait à l’administration, faire les bulletins, compiler les notes, etc. Par contre, je crois que la plupart des enseignants ne se sentent pas assez à l'aise pour intégrer les TIC dans leur pédagogie. Mon opinion reste ferme, les enseignants, peu importe leurs âges, doivent avoir droit à des ateliers, des conférences, tout ce qui pourrait les aider à améliorer leur capacité à travailler avec les TIC et leur donner la chance de rester en contact avec les nouvelles évolutions.

Bien sûr, nous pouvons parler des enseignants plus âgés, mais il ne faut pas oublier les nouveaux enseignants et les futurs enseignants. Ils ont eux aussi des contraintes face au TIC. Pour la plupart, ce n’est pas les mêmes problèmes que les enseignants plus âgés. Les nouveaux enseignants et les futurs enseignants sont normalement très habiles avec les nouvelles technologies puisqu’ils sont en contact avec depuis leurs très jeunes âges. Durant toutes leurs études, ils ont utilisé les technologies, ils sont donc très bons avec les logiciels de présentation, les traitements de texte, les courriers électroniques et les recherches sur internet. Ils ont donc une bonne maîtrise des technologies. Cependant ont-ils les bons outils pour introduire les TIC dans leur pédagogie? Il n’est pas facile de faire des activités avec les technologies de l’information et de la communication en lien avec les apprentissages. En tant qu’enseignants, comment savoir si le site que vous avez trouvé est convenable pour les jeunes, s’il est véridique dans ses propos. J’ai la chance comme futures enseignantes d’avoir un cours sur le sujet et de pouvoir approfondir mes connaissances, par contre ce n’est pas tout le monde qui a cette chance. Il devrait être essentiel maintenant de donner aux enseignants la bonne méthode et les bons outils pour être capable d’utiliser les TIC convenablement dans leur classe. Je trouve que nous avons peu de cours sur le sujet et que c’est déplorable puisque nous aurons affaire avec des enfants qui seront très douer avec les technologies et plus les années vont passer plus nous allons avoir un écart entre les enseignants et les élèves, écart qui est déjà assez présent à mon avis. Dans une lecture que j’ai faite, j’ai trouvé quelque chose de très intéressant qui date de 2006, mais qui est à mon humble avis toujours d’actualité. J’ai trouvé cette énoncée sur le site de Mario tout de go où il nous révèle une vaste enquête réalisée auprès de 2 000 futurs enseignants, de plus d’une centaine de superviseurs et de 420 enseignants associés. Cette enquête a été réalisée dans le but d’observer l’intégration des TIC dans la formation à l’enseignement. Il y a un passage qui m’a beaucoup accrochée, car je trouve qu’il approuve un peu ce dont je vous ai parlé tout au long de mon essai : « Dans leurs stages, 42 % des étudiants disent se servir des TIC dans leur enseignement au moins à l’occasion; la majorité se trouve donc du côté «rarement» ou «jamais». Parmi les raisons invoquées, il y a «les difficultés d’accès, le manque d’activités déjà préparées (c’est très long bien construire une période d’activité d’intégration des TIC pour les élèves), le manque de temps et le sentiment de compétence plus ou moins présent.» Aussi, «le manque d’ordinateurs fonctionnels dans les écoles est la principale raison.» Un pourcentage de 42 % c’est déplorable en tant que futurs enseignants, il devrait avoir une plus grande majorité d’enseignants qui utilisent les TIC et non l’inverse.

J’ai choisi le métier d’enseignante parce que je voulais faire une différence dans la vie des enfants. Je crois que les écoles sont là, bien sûr pour l’éducation, mais les enfants passe la majorité de leur temps là et c’est un peu leur lieu de travail là ou ils sont tous les jours. À mon avis, nous n’écoutons pas les besoins des enfants puisque maintenant les technologies font partie d’eux. Pour cette génération et pour les générations futures, les technologies sont dans leur quotidien. Il y a beaucoup d’avantages à introduire les TIC dans nos écoles et dans nos classes. Tout d’abord, plus les jeunes vont avancer dans leurs études, plus ils auront besoin des technologies. Déjà, au cégep, nous sommes obligés à travailler avec et encore plus rendus à l’Université. Les technologies sont partout dans le monde du travail et c’est normalement l’école qui doit nous aider dans nos futures carrières. Mais, il n’y a pas seulement cela, les technologies passionnent les jeunes, elle les motive et elle a une influence positive sur eux. C’est quelque chose qu’ils aiment que vous puissiez apporter à leurs études, c’est donc très motivant pour eux, cela leur donne le goût de travailler et d’aller à l’école. Cela peut donc les amener à s’impliquer et à être plus actifs dans leur travail. Amener l’intérêt des jeunes par exemple, utiliser des films, des animations pour leur faire comprend un concept. Pour les enfants qui sont visuelles, vous venez de leur donner une grande aide. Il y a donc plein de possibilités qui pourront susciter l’attention des jeunes ce qui est un grand avantage pour l’enseignant. Je vous ai démontré quelques avantages que nous pouvons avoir grâce aux TIC, il y en a bien sûr beaucoup d’autres.

Finalement, tout au long de mon essai je vous ai parlé des contraintes à l’intégration des TIC, par un manque de budget et un manque de technologie dans les écoles. Ensuite par le manque de formations et d’outils, que ce soit pour les enseignants plus âgés, les nouveaux enseignants ou encore les futurs enseignants. Je vous ai aussi démontré quelques avantages face à la technologie tout en vous donnant mon opinion sur l’ensemble des arguments. Il est certain que les écoles ont un énorme retard envers les TIC et toutes ces contraintes peuvent être en quelque sorte une raison de ce retard. Mais lorsqu’on regard les avantages, la passion et l’engouement que les jeunes ont par rapport au TIC c’est un très bon argument pour surmonter ces contraintes. En effet, nous devons les surmonter et faire en sorte que notre génération et les futures générations soient en mesure de profiter de l’évolution que la société a faite depuis des années. L’école doit maintenant évoluer avec les jeunes, puisqu'ils évolueront continuellement.

J’ai utilisée tous les outils à ma disposition pour corriger la qualité de la langue et j’ai fait le maximum pour respecter les règles de la nétiquette.

Stéphanie

Bibliographie :

-MARIO TOUT DE GO. (2006). L’intégration des TIC chez les futurs enseignants : un défi constant, un défi pour tous ! En ligne : http://carnets.opossum.ca/mario/archives/2006/03/lintegration_de_1.html.

- STATISTIQUE CANADA. (2003-2004).Connectivité et intégration des TIC dans les écoles élémentaires et secondaires au Canada : Premiers résultats de l’Enquête sur les technologies de l’information et des communications dans les écoles. En ligne : http://www.statcan.gc.ca/pub/81-595-m/81-595-m2004017-fra.pdf.

- MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DES LOISIRS ET DES SPORTS DU QUÉBEC. (2008). Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire. En ligne : http://www.mels.gouv.qc.ca/ministere/education/index.asp?page=education.

etu63

Auteur: etu63

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

Stéphanie Tremblay Stéphanie Tremblay ·  13 octobre 2010, 8:00:23 PM

Salut Stéphanie,
Je suis d'accord avec les propos de ton essai lorsque tu dit qu'il devrait être obligatoire pour les enseignants de suivre des formations concernant l'intégration des TIC dans les écoles. Aussi, je pense qu'il devrait y avoir des budgets spéciaux pour le matériel informatique et les autres technologies. Par contre, en ce qui concerne la structure de ton essai, je n'ai pas trop compris pourquoi à la fin tu parlais des avantages des TICS car ce n'était pas ton intention de départ et aussi il y avait beaucoup de fautes dans ton essai. Mais en gros, je suis d'accord avec tes opinions. Bravo, ton essai est bien réussi!

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Le premier "Salon techno-pédago" de l'UQAC

Le comité de pédagogie universitaire de l'UQAC a organisé le premier "Salon techno-pédago" de l'UQAC le 8 avril dernier. Voici ce que j'y ai présenté...

Lire la suite

Sujet des travaux de session pour le trimestre d'hiver 2011

Voici une liste de sujets que je souhaite voir traités durant le trimestre.

Lire la suite