PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les TIC et les enseignants du préscolaire et du primaire

De nos jours, nous avons accès à plusieurs moyens pour communiquer et pour être informé dans l'instant présent. En effet, au Québec par exemple, qui n'a pas en sa possession une télévision à la maison? Qui n'a pas accès à un ordinateur au moins une fois par jour ou même au téléphone? Ceux qui répondront non à ces questions font partis d'un très faible pourcentage de notre population. On constate donc qu'à peu près chaque personne est capable d'accéder à ces technologies au moins une fois par semaine. C'est pourquoi, on peut dire que dans la société d'aujourd'hui, celles-ci prennent une place inestimable en plus d'être toujours appelée à être en expansion. Il est donc important, d'être à l'affut de ces nouvelles technologies et ce dans tous les domaines qui touchent au développement de notre société.

Depuis 1996, dans les écoles du Québec, les enseignants doivent inclure dans leur enseignement les TIC et ce pour les clientèles du préscolaire, primaire, secondaire, formation professionnelle et adulte. Ce changement est dû au ministère de l’éducation, des loisirs et des sports qui s'est senti interpelé suite à une conférence sur ces nouvelles technologies. Le ministère a donc trouvé important d’inclure celles-ci comme nouvelle compétence dans le programme de formation de l’école québécoise. Tout au long de son cheminement l’élève doit donc à l’aide des technologies de l’information et de la communication se les approprier, les utiliser pour effectuer une tâche et être capable d’évaluer l’efficacité de l’utilisation de la technologie.

La question que je me pose par rapport à cette compétence transversale que les enseignants doivent inculquer à leurs élèves est de savoir si ceux-ci sont suffisamment outillés pour bien l'implanter dans leur enseignement. Effectivement, je crois qu’il y a un manque à ce niveau puisqu’il ne s’agit pas de tous les enseignants qui connaissent les multiples possibilités qui s’offrent à eux pour bien développer cette compétence. Dans ce texte, j’exprimerai mon point de vue à savoir si les enseignants sont suffisamment informés sur les TIC, s’ils les intègrent adéquatement dans leur enseignement et finalement s’il existe du matériel à leur disposition pour qu’ils puissent former leurs élèves.

Premièrement, selon moi les enseignants ne sont pas assez informés sur les technologies de l’information et de la communication parce que je crois qu’il ne s’agit pas seulement de montrer à nos élèves comment fonctionne un ordinateur. Bien sûr, ceux-ci doivent le savoir. Toutefois, dès leur arrivée à l’école, plusieurs sont déjà aptes à le faire. Les composantes de la compétence que l’enseignant se doit d’enseigner aux élèves se rapportent principalement au fait de savoir comment bien utiliser les multitudes de choses que l’on peut faire grâce à un ordinateur comme par exemple ; savoir utiliser un jeu et un cédérom, être capable d’utiliser un logiciel de dessin et de traitement d’image ainsi que le traitement de texte et d’un tableur, de naviguer dans internet et utiliser un courrier électronique, de faire des présenta-tiques à l’aide d'un logiciel comme celui de Microsoft power point, de développer une éthique face à l’utilisation de l’ordinateur et d’Internet et de finalement savoir conserver l’information recueillie. Il s’agit là de l’ensemble des composantes que l’enseignant doit enseigner aux élèves. Selon moi, celles-ci sont importantes et elles devraient être utilisées dans tous les domaines de formation, car elles sont présentes partout dans la société et elles comprennent en effet beaucoup de potentiels didactiques.

Effectivement, dans le but de développer les compétences, il existe un bon nombre de logiciels et de projets qui peuvent aider les enseignants du primaire dans leur enseignement des matières que ce soit en univers social ou en français ou du préscolaire à la sixième année. Toutefois, comme une enseignante qui fait partie de la commission scolaire du Lac-St-Jean me l’a mentionné, les professeurs qui accède à une formation de qualité par rapport aux TIC doivent s’adresser à l’enseignant s’occupant des technologies de l’information et de la communication pour que celui-ci demande à la commission scolaire afin d’avoir une formation. Celle-ci sera donnée lors des congés pédagogiques. Cependant, les enseignants ne sont pas obligés d’y assister, ce n’est que sur une base volontaire.

L’enseignant doit donc éprouver de la volonté afin de monter divers projets comme par exemple en univers social, les élèves pourraient correspondre avec d’autres élèves, dans un autre pays afin de découvrir la culture, la religion et l’histoire du pays. Ils pourraient ainsi développer la composante à être capable d’utiliser un courrier électronique tout en découvrant de nouvelles choses en univers social. L’enseignant pourrait même à partir de ce projet développer la compétence écrire des textes variés en français en imposant une composition écrite portant sur ce qu’ils ont appris lors de leur correspondance. Au travers de leurs apprentissages, les enfants auront sans doute éprouvé un sentiment de plaisir et ce qu’ils auront appris sera rempli de sens. Avec l’aide des TIC l’enseignant peut donc monter des projets sur la matière qu’il désire et cela aura je crois beaucoup plus d’impact sur l’apprentissage des enfants, car ils auront appris en s’amusant. Bien entendu, ce n’est qu’un exemple de ce qu’on peut faire pour intégrer les TIC à l’enseignement. Je crois qu’il s’agit que les enseignants aient de la volonté à trouver des idées pour développer les compétences de leurs élèves, car ils n’ont pas de formation en soit sur comment intégrer les TIC. Il est donc primordial que l’enseignant s'engage dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel afin de ne pas être dépassé par l’évolution des TIC. Ceux-ci peuvent aussi se référer à leur conseiller pédagogique formé spécialement dans les nouvelles technologies.

Deuxièmement, l’enseignant doit intégrer les TIC adéquatement dans son enseignement. Pour se faire, les professeurs peuvent demander à leur commission scolaire d’avoir des formations ayant rapport aux nouveaux logiciels. Ils peuvent aussi trouver plusieurs informations sur l’intégration de ces technologies dans Internet. Par exemple sur le site recit.qc.ca on peut trouver diverses banques de projets qui sont accessibles pour eux. On peut aussi accéder sur ce site à divers logiciels éducatifs pour les élèves. De plus, dans les écoles du Québec, un conseiller pédagogique est à la disposition des professeurs pour les aider dans leur intégration. C’est donc pourquoi, je pense que l’enseignant y est pour beaucoup dans le développement de cette compétence, car il doit être capable de s’informer et de trouver des idées pour rendre sa matière réelle et signifiante pour l’élève et ce de façon à ce que les TIC soient intégrés correctement. Lorsque je mentionne d’intégrer les TIC de façon adéquate dans l’enseignement, je pense à la compétence professionnelle Intégrer les technologies de l'information et des communications aux fins de préparation et de pilotage d'activités d'enseignement-apprentissage, de gestion de l'enseignement et de développement professionnel . Par rapport à cette compétence l’enseignant doit être en mesure de; « de manifester un esprit critique et nuancé par rapport aux avantages et aux limites véritables des TIC comme soutien à l’enseignement et à l’apprentissage; de disposer d’une vue d’ensemble des possibilités que les TIC offrent sur les plans pédagogique et didactique, notamment par l’intermédiaire des ressources d’Internet, et de savoir les intégrer, de façon fonctionnelle, lorsqu’elles s’avèrent appropriées et pertinentes, dans la conception des activités d’enseignement-apprentissage; d’utiliser efficacement les possibilités des TIC pour les différentes facettes de son activité intellectuelle et professionnelle : communication, recherche et traitement de données, évaluation, interaction avec les collègues ou des experts, etc.; de transmettre efficacement à ses propres élèves la capacité d’utiliser les TIC pour soutenir de façon critique et articulée la construction personnelle et collective des savoirs » .

Comme on le constate, il s’agit d’intégrer ces nouvelles technologies comme une aide et non comme un fardeau de plus à enseigner aux élèves puisque selon moi, les TIC représentent une motivation intrinsèque pour l’enfant, car l’ordinateur est en soit quelque chose qui est pertinent pour chacun d’entre nous. En effet, c’est en les intégrants dans de simples activités qui peuvent être comme envoyer un message souhaitant la bonne année à un ami au lieu de le faire par papier comme on le faisait autrefois. C’est pourquoi, je pense qu’on devrait accorder une plus grande importance à l’utilisation des laboratoires dans les écoles. Ils ne devraient pas être utilisés comme un lieu de périodes libres ou les élèves pendant ce temps naviguent sur Internet en ne faisant pas grand-chose de pertinent. Au contraire, les enseignants devraient utiliser ces périodes en ayant en tête que ce moment sera enrichissant pour leur élève.

Troisièmement, je crois que l’enseignant n’a pas d’autre choix de se former un peu lui-même dans sa quête d’intégrer les technologies de l’information et de la communication. Effectivement, par le biais d’Internet, le professeur peut trouver des sites Internet tel que mentionné ci-haut qui donnent la possibilité de trouver des projets motivants pour les élèves. De plus, il existe un bon nombre de logiciels éducatifs dans diverses matières et dans plusieurs niveaux scolaires qui sont disponibles gratuitement sur le web comme le site Math en poche qui est conseillé par récit. Sur ce logiciel, on retrouve des exercices en mathématiques pour les élèves du primaire.

Ensuite, sur le site Internet de génération web on présente un logiciel appelé kidoz , celui-ci est un navigateur pour enfant. À l’aide de ce navigateur les enfants peuvent envoyer des messages à leurs amis qui sont eux aussi sur cette plate-forme interactive. Ensuite, il est possible pour eux de consulter des sites Internet et de visionner des vidéos qui sont préalablement choisis par un adulte. Ce logiciel s’installe facilement sur les ordinateurs et il est complètement gratuit. Il est cependant adressé aux parents. Toutefois, je pense qu’on peut facilement l’installer pour les enfants du préscolaire et de premier cycle dans les écoles. Je crois que ce logiciel peut être une bonne façon d’initier les jeunes au web. Pour ce qui est de l’accessibilité au matériel, je crois qu’il y a en effet un manque dans les écoles. Comme j’ai pu le constater lors de mon stage, sur un horaire de dix jours dans lequel on retrouve cinq périodes par jour. On accordait seulement deux périodes à l’informatique. Ensuite, dépendamment des écoles, on retrouve des ordinateurs dans les classes. cependant, la plupart du temps, il y en a qu’un ou deux et ils sont généralement désuets, ce qui est minime quand on considère qu’il y a environ 27 élèves dans chaque groupe. Pour obtenir plus de matériel, l’école doit faire une demande à la commission scolaire afin d’obtenir une subvention et celle-ci n'est pas toujours acceptée. cela dépend du budget de la commission scolaire. Pour minimiser les coûts par rapport aux TIC, le logiciel libre pourrait être en effet une solution puisqu'on peut le copier autant de fois que l'on désire. En plus, grâce à ceux-ci, les élèves pourraient découvrir comment les logiciels se font et ils pourraient ainsi se forger une pensée critique à leur égard. Le ministère de l'éducation aurait donc plus d'argent à accorder à ses commissions scolaire pour l'achat de nouveaux ordinateurs. Finalement, depuis 1996 le ministère de l’éducation , des loisirs et des sports alloue en moyenne 300 000 $ par année aux nouveaux projets qui innovent dans les technologies de l’information et de la communication.

En conclusion, je crois qu’il ne s’agit pas seulement que l’enseignant ait de la volonté et de la formation pour intégrer les TIC. il doit aussi être en mesure d’avoir une accessibilité aux locaux et au matériel quand il le désire. Pour être encore mieux informé à ce sujet, je vous conseille un court vidéo sur le site la vitrine technologie-éducation ou l’on dresse un panorama des TIC en éducation au Québec. Il serait aussi intéressant de voir quelle place occupe les TIC dans le nouveau programme de formation de l’école québécoise dû au fait que les compétences transversales seront inexistantes.

Marie-Christine Dufour Je certifie avoir porté une attention spéciale à une utilisation correcte de la langue française et à la correction des fautes

etu58

Auteur: etu58

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

étu41 étu41 ·  18 octobre 2010, 2:06:11 PM

Bonjour, j'ai bien aimé votre texte. Vous relevez un point important lorsque vous affirmer qu'il est possible de pouvoir intégrer les TIC dans diverses matières afin de faire des apprentissages. De plus, j'aime beaucoup l'idée d'utiliser les TIC dans un cours d'univers social afin de communiquer et d'apprendre avec des gens d'une autre culture. Je crois effectivement, qu'un tel projet stimulerait énormément les élèves et j'aimerais beaucoup le vivre plus tard dans ma vie professionnelle !

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Le premier "Salon techno-pédago" de l'UQAC

Le comité de pédagogie universitaire de l'UQAC a organisé le premier "Salon techno-pédago" de l'UQAC le 8 avril dernier. Voici ce que j'y ai présenté...

Lire la suite

Sujet des travaux de session pour le trimestre d'hiver 2011

Voici une liste de sujets que je souhaite voir traités durant le trimestre.

Lire la suite