PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les réseaux sociaux dans nos écoles

Selon le magazine Numerama, ont dit qu'en 2008 un couple sur huit aux États-Unis s'est rencontré à travers un médial social. Pour atteindre 50 millions d'utilisateurs, la radio à dû attendre près de 38 ans, la télévision 13 ans, l'internet 4 ans, les i-pods 3 anx. Facebook quant à lui, a obtenu plus de 100 millions d'utilisateurs en moins de neuf mois. Si ce dernier était un pays, il serait le quatrième pays le plus populeux au monde. Un étudiant sur six, est désormais embauché grâce à un curriculum vitae qui a été envoyé en ligne. En lisant ces statistiques et ces faits, on peut remarquer rapidement que les réseaux sociaux sont très présents dans le mode de vie des individus sur la planète. Pour cet essai, il sera question de : Est-ce que les réseaux sociaux sont exploités comme il le devrait dans le milieu scolaire? J'aborderai en premier lieu, le phénomène des réseaux et ses origines. En second lieu, je parlerai de la place des technologies actuellement dans nos écoles. Finalement, je donnerai des idées de changements à adoptés.

La vague 2.0

Les réseaux sociaux découlent de Web 2.0. Selon M. Cavazza consultant chez SQLI Agency et bloggeur, ce terme est tout simplement l'internet que nous connaissions, auquel on a ajouté une plate forma collective. Effectivement, n'importe qui peut donner son opinion, enrichir des informations, mettre en ligne des photos et beaucoup plus. Ces nouvelles possibilités accessibles à tous se font par l'entremise de nombreux concepts comme les blogues, les wiki, les tags, les réseaux sociaux. Ce nouveau type de fonction avec internent, a fait en sorte que les utilisateurs sont désormais beaucoup plus présents dans le monde de la technologie. Il se sentent probablement plus concernés et plus touchés qu'autrefois. En tant qu'utilisatrice d'un réseau social et d'un blogue, je me sens beaucoup plus interpelée en pouvant écrire mes pensées, afficher des photos, rester en contact avec des amis éloignés, etc. Les prinicpaux réseaux que nous connaissons en Amérique du Nord sont: My Space, HI5, Facbook, Twitter, Linked in et plusieurs autres. Sur le site mentionné ci-bas, j'ai trouvé un schéma qui représente assez bien les fonctions possibles et les nombreux réseaux existants: Vous pouvez observer le schéma à la deuxième page de ce site internet.

  • On peur remarquer sur ce schéma, plusieurs types de réseaux possibles. De plus, selon leur fonction ils sont reliés à l'aide de branches. Toujours avec la même source, selon une étude effectuée lors de la dernière année, l'endroit dans le monde où il y a le plus grand nombre d'adeptes de réseaux sociaux est l'Amérique Latine avec un taux de fréquentation de 95% de la population. Pour ce qui est des réseaux lesplus populaires, on retrouve bien sûr en première position Facebook avec 51% des internautes inscrits mondialement, en deuxième position My Space avec un total de 20% et en troisième place Twitter avec 17%. C'est certain ces chiffres sont en constants changement.

__Dans nos écoles

L'évolution

Autrefois, l'enseignement dans les écoles était faite de façon très marginale et autoritaire. Effectivement, les élèves devaient apprendre des quantités énormes d'information afin de performer le mieux possible devant l'inspecteur à la fin de la semaine.Heureusement, ce n'est plus cette réalité dans nos écoles aujourd'hui. Le monde scolaire et les mentalités ont évoluées et cela à fait en sorte que les façons de faire ont grandement changées jusqu'à aujourd'hui. Maintenant, en 2010, je crois qu'il serait temps d'effectuer un autre changement majeur vers l'exploitation des technologies éducatives dans le réseau scolaire. Sur cette vidéo, beaucoup de statistiques sont mentionnées et je crois qu'ils conscientisent les gens à la popularité grandissante des technologies dans notre vie quotidienne. Toutefois, les informations sont inscrites en anglais, mais ce n'est pas trop difficile de comprendre et de saisir l'essentiel du message. Comme on peut le constater dans la vidéo, ce ne sont pas seulement les adultes qui sont interpellés par les réseaux sociaux, mais bien toutes les tranches de la population mondiale. De ce fait, il faut être conscient que les élèves dans nos classes vivent cette même réalité à la maison. Je trouve que nous sommes trop fermés ;a l'idée d'intégrer les TI dans nos démarches pédagogiques. Au contraire, nous devrions s'ouvrir davantage et les utiliser de façon positives et constructives dans le processus d'apprentissage des élèves. Peut-être direz-vous que je suis trop extrémiste, mais l'utilisation des TI dans nos classes pourraient faire en sorte que les garçons démontreraient un plus grand intérêt envers l'école. le taux de décrochage scolaire diminuerait conséquemment.

Génération C

Dans le cadre du cours initiation aux technologies éducatives, nous devions lire un document : Génération C. Ce dossier a été fait par le centre de liaison et de transfert : CEFRIO, plusieurs données étaient qu'en à moi très intéressantes en ce qui à trait à l'utilisation manquante des technologies dans nos écoles québécoises. Voici se que révèle l'enquête: " Selon l'enquête Génération C, l'ordinateur demeure un outil relativement sous-exploité dans les classes au Québec. Ainsi, seulement un élèves ou étudiant sondé sur cinq (21%) affirme que "la plupart de ses enseignants lui fond utiliser un ordinateur durant les cours" Au chapitre de l'utilisation d'un ordinateur en classe, 45% des "C" déclarent que " quelques enseignants seulement" leur permettent de le faire, tandis qu'un sur trois (33%) dit ne jamais recourir à cette technologie pendant ses cours" Je trouve inconcevable de penser que dans notre province, pourtant très développée dans les médias, l'utilisation de technologie personnel comme le cellulaire, m'ait pas encore intégrer de façon intégrale les technologies dans les écoles. Il y a comme un décalage entre la réalité et le monde scolaire. Les jeunes doivent avoir l'impression de reculer 10 ans dans le temps lorsqu'ils entrent en classe. D'ailleurs, dans la commission scolaire des Découvreurs dans l'arrondissement Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge, la directrice adjointe du service des technologies, Josée Cloutier affirme avoir eu a s'ajusté ;a la nouvelle génération en intégrant les réseaux sociaux dans les classes et aucun incident n'est survenus. Je suis tout à fait d'accord avec la démarche qu'a entreprit cette commission scolaire. Parce qu'en ayant l'accès à ce type de site, les enseignants ont le pouvoir d'éduquer les jeunes à en faire une bonne utilisation.

Toutefois, j'ai l'impression que les enseignants plus anciens se sentent dépourvus et manquent de ressources. les réseaux sociaux sont quand même difficiles à intégrer dans les classes. Parce qu'ils faut s'assurer que ce soit éthiquement correcte, qu'on entre pas dans l'intimité des gens,etc. Il y a effectivement beaucoup de points à considérer avant d'en faire l'utilisation avec les élèves. En faisant mes recherches, j'ai trouvée un article dans Cyberpresse qui représente assez bien l'erreur que les directions font depuis l'arrivée plus massive des technologies. Voici un petit extrait: "Selon une compilation réalisée à l'initiative du Réseau d'information sur la réussite éducative, 14 des 21 commissions scolaires recensées interdissent l'accès à Facebook sur les bancs d'école. C'est le cas de la commission scolaire des Navigateurs, sur la Rive-Sud, qui bloque aussi l'accès à Twitter. "on veut éviter que les élèves propagent des propos inappropriés à l'intérieur de nos murs", affirme la porte-parole, Louise Boisvert. Cette dernière précise toutefois que ces règles ne sont pas "coulées dans le béton" et reconnaît que "les jeunes s'Informent de plus en plus par ces réseaux"."

Les directions d'écoles qui interdissent l'utilisation des réseaux sociaux dans leur école, me donnent l'impression qu'ils se ferment les yeux et ne veulent tout simplement pas faire face au problème. Je ne crois pas que c'est le bon moyen de faire. Le jour où l'accès à ces sites ne sera plus bloqué dans les écoles, les élèves ne seront pas comment s'en servir adéquatement. En interdisant, je crois que nous faisons seulement repousser le problème. Est-ce que nous attendons une crise pour agir?

L'intégration dans les classes

Tout d'abord, je crois que les directions d'écoles, les commissions scolaires ainsi que les enseignants devraient discuter afin que tous les paliers dans le réseau scolaire soient sur la même longueur d'onde quant à l'utilisation des réseaux sociaux. selon le site internet : Réseau-Média, plusieurs activités peuvent être vécues comme: -Amener les jeunes à faire preuve de sens critique, éthique et esthétique -Les amener à produire des dossiers médiatiques respectant des droits individuels et collectifs -S'approprier un blogue pour inciter les élèves à écrire tout en respectant les droits de tous. -Correspondre avec une classe venant d'un autre pays Ceci est une petite liste des choses intéressantes citées dans ce site, amis il y en a plusieurs autres très réalisables.

De plus, sur le site Usage pédagogique des MITIC, j'ai trouvé une vidéo qui aborde l'utilisation en classe des réseaux sociaux en classe, par Mm. Caroline d'Atabekian professeure en français en France. Je trouve cette vidéo, intéressante, car la spécialiste énumère concrètement des activités vécues en classe par elle ou d'autres enseignants de son entourage. L'idée d'utiliser Twitter pour faire faire écrire les élèves est géniale. En tant que futur enseignante, je crois qu'il faut aborder les réseaux sociaux comme étant une opportunité de faire travailler les élèves sur un projet commun. Cette vidéo a été produite en France, les exemples sont d'ailleurs tous tirés du pays. Est-ce que la France est plus avancé sur l'application des réseaux sociaux que nous?

En somme, avec toutes les informations trouvées lors de ma recherche, j'ai constaté que les réseaux sociaux ne sont pas assez exploités dans le milieu scolaire. En effet, les chiffres le démontrent très bien, les réseaux sont présents dans la vie quotidienne de la majorité des individus sur la planète et lorsque les enfants arrivent à l'école il n'y a plus rien. Je trouve ridicule de les bannir devant les yeux des enfants comme s'ils étaient mauvais. Il suffit seulement de leur enseigner à faire une bonne utilisation. Écrire cet essai, Ma permit de me faire une tête sur ce sujet que je ne connaissais pas et poser ma propre opinion. Cela me conscientisera certainement plus tard pour utiliser les réseaux sociaux comme alliés et non pas comme un ennemi. J'ai bien hâte de voir les changements qui seront fait dans les prochaines années dans le onde scolaire québécois. Qui sait les mentalité changeront peut-être aussi vite que l'implantation de Facebook dans le monde? Ah non, c'est vrai il est déjà trop tard...

je, Léa, certifie avoir tous les efforts nécessaire pour écrire un texte sans fautes.

etu57

Auteur: etu57

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Fake news et autres

Partage de mon visuel de conférence et retour sur ma présence au colloque 2018 de l'adaptation scolaire de l'UQAC.

Lire la suite

Vos comportements en ligne comptent!

Je vais au Séminaire à Métabetchewan demain. Je rencontre les étudiants pour leur parler des réseaux sociaux, d'identité numérique, etc. C'est un message que j'ai déjà porté dans plusieurs écoles et à plusieurs reprises. Je suis d'ailleurs déjà allé il y a quelques années. Donc rien de bien neuf... Mais ce sont tout de même des choses très importantes à savoir!

Lire la suite