PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les avantages de la correspondance scolaire

Vous êtes surement au courant, étant donné que vous êtes en train de me lire, que les technologies sont très présentes dans notre société. Les technologies sont d’autant plus importantes pour les jeunes enfants qui ont grandi avec elles. Prenons l’exemple de la génération C qui comporte un million et demi de jeunes de 12 à 24 ans (CEFRIO, 2010). Ces jeunes utilisent les technologies dans toutes les sphères de leur vie; familiale, professionnelle, sociale et scolaire. Personnellement, je me suis attardée à la sphère scolaire. Suite à la réflexion que m’a apportée la lecture du rapport CEFRIO, je me suis demandé comment je pourrais amener les jeunes à être plus intéressés et du même coup plus motivés à l’école. Ensuite, je me suis demandé quel moyen technologique les jeunes préfèreraient. Puis, je me suis demandé comment je pourrais l’intégrer dans ma future classe. Après tous ces questionnements, j’en suis venue à me dire que le courriel était très intéressant pour les élèves et aussi pour les professeurs. Je me suis dit que si les élèves pouvaient communiquer entre eux et ainsi pouvoir échanger de l’information, ils seraient plus motivés à faire un travail scolaire. Mais encore, je me suis dit que si les élèves communiquaient avec une autre classe dans un autre milieu, ils pourraient en apprendre davantage sur une culture différente. Comme professeur, j’ai trouvé l’idée très bonne pour faire pratiquer une matière qui n’est pas toujours appréciée des élèves : le français. Alors, la correspondance scolaire m’est apparue comme étant toute désignée pour le sujet de mon travail. En faisant une recherche, je me suis aperçue qu’elle avait plusieurs avantages à être utilisée dans une classe. Je vous présenterai, donc, les avantages de la correspondance scolaire en classe primaire dès le 2e cycle.

Tout d’abord, il existe plusieurs formes de correspondance scolaire. Pour trouver la meilleure forme que l’on veut intégrer dans notre classe, il faut se poser plusieurs questions. Par exemple, est-ce qu’on veut organiser une rencontre de la classe à la fin de l’année? Est-ce qu’on intervient sur le sujet des courriels? Est-ce qu’on veut un projet de groupe entre les deux classes, etc. Ce sont les enseignants qui conviennent de ce qu’ils veulent pour leur classe. Pour ce qui est de l’échange, à la fin de la correspondance, j’ai personnellement vécu cette aventure et j’ai trouvé cela formidable. C’était dans ma classe de 5e année. Nous correspondions avec des élèves de même niveau dans une ville différente du Québec. Tout au long de l’année, nous nous échangions des lettres sur des sujets de notre choix. La correspondance était très libre. Nous savions que nous allions nous rencontrer et cela a donné un sens à nos échanges. De plus, le professeur ne nous contraignait pas sur le choix de nos sujets. J’ai bien aimé pouvoir en apprendre davantage sur une autre jeune fille et ainsi pouvoir me faire une nouvelle amie. La rencontre de nos deux classes a été le point culminant de notre échange. Tous étaient très contents de se voir enfin. J’ai donc gardé une image très positive de cette aventure et je n’hésiterais pas à le faire vivre à mes futures élèves. J’utiliserais cependant le courriel plutôt que les lettres afin d’attirer les élèves et je donnerais également un sens à leur correspondance. Par exemple, l’échange entre eux serait libre, mais il y aurait des travaux communs aux deux classes. C’est sous cette forme que je décrirai les avantages de la correspondance scolaire dans les prochains paragraphes.

En effectuant des recherches sur le sujet, j’ai découvert qu’il existe des sites Internet pour que les professeurs puissent entrer en contact avec des collègues désirant participer à une correspondance scolaire. C’est le cas de Prof-Inet qui est chapeauté par la commission scolaire de Laval. Ce site offre un service de projets de télécollaboration. On entend par télécollaboration : « une activité structurée qui se réalise à distance. Les classes utilisent un ou plusieurs des moyens de communication et de collaboration d'Internet pour échanger, rassembler et analyser des informations dans le cadre de la réalisation d'une tâche. La correspondance est simplement une forme de télécollaboration parmi plusieurs autres». Avec ce service, il est plus facile pour un enseignant de trouver un professeur désireux de participer au même projet éducatif.

De plus, j’ai trouvé un site permettant aux professeurs de jumeler leurs élèves à d’autres correspondants. C’est le site de l’International Pen Friends (IPF) ce site offre la possibilité d’inscrire des élèves de 10 à 17 ans, à faibles coûts soit 5,50 $ pour chaque élève. Cependant, ce site n’offre pas la possibilité d’entrer en contact avec une classe complète. Il jumèle quatre correspondants de différents pays.

Les avantages



L’utilisation du courriel plutôt que des lettres est à prioriser dans notre société. Les jeunes aimeront davantage écrire un courriel qu’une lettre. De plus, il y a plusieurs avantages à celui-ci. C’est un moyen simple, rapide et économique. De plus, les jeunes peuvent inclure des vidéos, des photos et des images à leur courriel. Ce sont des fonctions très utiles pour la correspondance, car elles agrémentent les messages envoyés. Mais encore, étant donné que la majorité des jeunes ont accès à l’Internet de chez eux, ils peuvent entretenir une meilleure relation avec leur correspondant. L’échange quotidien aide au développement d’une amitié plus solide. Puis, selon le Programme de formation de l’école québécoise (PFEQ) ), les élèves apprennent, dès le 1er cycle, l’utilisation du copier-coller et ils apprennent également à faire des recherches simples sur le Web. Au 2e cycle, les élèves doivent apprendre l’utilisation de base de la messagerie électronique. Alors, les élèves de 3e année peuvent et doivent savoir utiliser les courriels. C’est avec eux que la correspondance peut réellement commencer.

Pour ce qui est des apprentissages reliés au programme de formation de l’école québécoise, le projet de correspondance scolaire touche principalement le français écrit dans le domaine des langues. Par contre, plusieurs autres domaines tels que le domaine de l’univers social (géographie, histoire, et éducation à la citoyenneté), le domaine des langues (l’anglais) et finalement le développement personnel (enseignement moral) peuvent être évalués. Ces domaines peuvent tous être touchés durant l’échange avec un autre élève d’un autre pays. Mais encore, les domaines de la mathématique, de la science et de la technologie peuvent également être touchés s’il y a un but à l’échange fait par les professeurs. Par exemple, les professeurs peuvent donner un tout autre sens aux travaux donnés. Lors d’un travail, les enseignants peuvent demander aux élèves de parler de leur pays tout en expliquant le climat et la végétation qui y règnent. Les élèves seront plus motivés à faire un travail s’ils ont un but précis : celui de renseigner leur correspondant sur leur pays. De plus, selon Claude Simard, la meilleure façon de donner une attitude positive face à l’écriture est de donner la chance aux élèves d’être lu par quelqu’un d’autre ou plusieurs autres personnes. Il faut selon lui « cultiver chez l’élève le sentiment de ce qu’on pourrait appeler l’«autorat», c'est-à-dire de l’amener à se voir lui-même comme un scripteur à part entière».( SIMARD, C. 1995) Ce processus donne d’autant plus de motivation à l’élève de donner le meilleur de lui-même. Ce qui fait de lui un scripteur engagé.

On sait que la motivation auprès des élèves joue un grand rôle pour leur réussite scolaire. Il est prouvé qu’un enfant motivé aura plus de chance de réussir qu’un enfant non motivé. On dit que la motivation est souvent la clé de la réussite pour un élève en difficulté d’apprentissage. Sans motivation, l’enfant ne donne pas les efforts pour s’améliorer.(STRICKLAND, D., GANSKE, K., et MONROE, J.K., 2009) Selon Germain Duclos, psycho-éducateur et orthopédagogue, la motivation à l’école permet une diminution de l’abandon scolaire. C’est un facteur fondamental et déterminant à l’apprentissage. Cependant, selon lui, elle se favorise à l’aide de moyens concrets. Monsieur Duclos dit que « les enfants de milieux plus pauvres économiquement, sont en général moins motivés. Ce n’est pas la pauvreté économique c’est la pauvreté culturelle ». Mais encore, selon lui le phénomène de relation est très important pour la motivation. En correspondant avec quelqu’un d’autre, il se crée un sentiment d’attachement surtout si les deux personnes se ressemblent ou s’ils ont des affinités. Toutes ces raisons me portent à croire que la correspondance scolaire peut aider un élève à être plus motivé. Premièrement, l’élève trouve un but à son travail et de plus, il est lié à son correspondant. Deux facteurs gagnants, selon monsieur Duclos, à la réussite académique. En enseignement, il faut toujours viser à motiver les élèves en leur présentant des situations d’écriture et de lecture réelles et signifiantes. Selon moi un élève qui n’éprouve pas d’intérêt à écrire ou à lire, aura plus de motivation à le faire s’il écrit ou lit sur un sujet qui l’intéresse ou qui le touche. Personnellement, un de mes amis m’a raconté que lorsqu’il était au primaire, il était très mauvais en français. Il n’aimait pas ça du tout. Pour lui, il était beaucoup plus intéressant de faire du sport et de jouer dehors. Un jour, son professeur lui a demandé d’écrire une lettre à une personnalité connue. Ce fut pour lui la meilleure expérience qu’il a faite. Il a pu écrire à la personne qu’il idolâtrait dans le monde du judo. Ce jeune garçon manquait seulement de motivation; c'est-à-dire une bonne raison d’écrire. En lui donnant la possibilité d’écrire sur un sujet qui l’interpelle, le professeur a provoqué chez lui une source de motivation à écrire. En transférant cette situation à la correspondance scolaire, les élèves ont une bonne raison d’écrire. Ils écrivent sur un sujet qu’ils aiment et qu’il leur tient à cœur. En plus, il y a quelqu’un qui va le lire et celui-ci enverra lui aussi une réponse du même genre.

Pour conclure, la correspondance scolaire à l’aide de courriel est un moyen efficace de motiver les élèves à lire et à écrire. Elle offre la possibilité de donner un sens nouveau à l’écriture et à la lecture tout en variant les situations d’apprentissage. La correspondance avec un élève d’un autre pays aide également à la culture générale de l’enfant. Ceux-ci pourront échanger sur différents sujets tels que leur pays, leurs loisirs et leurs intérêts. Selon le PFEQ, les apprentissages peuvent être variés. Le français, l’univers social, les mathématiques et le développement personnel seront touchés en fonction de travail demandé par le professeur. En utilisant la boite courriel, les élèves pourront envoyer des messages en dehors des heures de cours à leur correspondant et ainsi, ils pourront développer un lien plus fort. Mais encore, les courriels sont faciles d’utilisation et ils ne coûtent rien. Je pense sincèrement que c’est une belle opportunité à vivre pour nos élèves. C’est enrichissant et cela stimule les élèves à mieux écrire. Finalement, les professeurs et les élèves y trouvent leur compte.

Références

SIMARD, C. (1995). Éveil du goût d’écrire Dans St-Laurent,L., GIASSON, J., SIMARD, C., DIONNE, J.J ROYER, É. Et coll. Programme d’intervention auprès des élèves à risque Une nouvelle option éducative (p.145-149). Boucherville : Gaëtan Morin éditeur

STRICKLAND, D., GANSKE, K., et MONROE, J.K. (2009). Les difficultés en lecture et en écriture. Montréal : Chenelière

Je certifie que j'ai fait tout ce qui est en mon pouvoir pour corriger mon français.

Cynthia

Mise à jour du 2019-01-10 par Pgiroux: Le lien vers le site www.ipfpenfriends.com n’est plus actif. Merci de le remplacer par www.ipfeurope.com

etu4

Auteur: etu4

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (4)

Suzieee Suzieee ·  14 octobre 2010, 10:14:59 PM

Wow Cynthia, tu me donnes énormément le goût de faire de la correspondance scolaire. Il me semble qu'une activité de ce genre permet d'écrire dans un contexte signifiant pour le jeune. En plus, tu donnes de bonnes idées et de bonnes ressources. Je pars faire mon stage en Belgique en 2011, crois-tu que je vais inviter les jeunes à correspondre avec des Québécois ? C'est certain :)

Ton essai est très intéressant

Sarah T Sarah T ·  26 octobre 2010, 10:18:11 AM

Ton essai reflète bien toute la dimension que peut prendre la correspondance scolaire. Il est vrai que l'utilisation du courriel est une belle alternative qui touchera davantage la motivation des élèves. De plus, c'est une belle façon de les informer et les sensibiliser à une bonne utilisation de ce médium. Un autre aspect intéressant de la correspondance est l'utilisaiton de Skype, plusieurs écoles de la région l'utilisent. C'est une façon de parler directement avec une autre classe, on se voit sur l'écran, c'est le principe de la «webcam», on peut alors pratiquer la communication orale, voir directement le contexte de l'autre classe, l'aménagement, etc.. Une école du Bas-Saguenay exerce même ce type d'échange avec une classe des Cévennes en Europe.

Cynthia Cynthia ·  01 novembre 2010, 7:26:34 PM

Merci beaucoup Suzie, c'est vraiment une bonne idée de les inciter à entrer en contact avec les Québécois. :)

Sarah T : Mon billet à été inspiré par mon ancienne professeure associée. Elle continuait d'enseigner via Skype à l'un de ses élèves qui avait déménagé en Floride. Il est vrai que j'aurais pu élaborer également sur ce sujet, mais je me suis attardée plus particulièrement aux courriels. Selon moi, tu parles d'un très bon moyen de renforcer le lien entre les deux classes. C'est une très bonne idée. Merci!

Jean Jean ·  02 janvier 2019, 6:11:07 AM

Le lien vers le site www.ipfpenfriends.com n’est plus actif.
Merci de le remplacer par www.ipfeurope.com

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment