PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

À qui la faute?

À qui la faute?

À quoi ressemblaient nos vies avant l’arrivée d’internet? Je me souviens très bien de ma première recherche effectuée sur ce réseau, c’était merveilleux, car je n’avais plus à chercher dans plusieurs volumes : tout était là devant moi et à ma portée. L’avènement d’internet a apporté beaucoup dans les différents foyers du monde entier, mais il n’a pas apporté que du positif. En effet, la semaine dernière, internet a apporté beaucoup de problèmes à une enseignante, à la direction d’une école, à des parents et à des enfants. Mais à qui la faute. Je ferai une brève explication de la situation pour ensuite parler des rôles et responsabilités des enfants, des parents, du professeur, de la direction et de Facebook. Je poursuivrai avec mon point de vue en tant qu’enseignante et en tant que parent. Je poursuivrai en proposant des pistes pour prévenir une telle situation. Pour ensuite terminer par une brève conclusion.

Mise en contexte : La semaine dernière, lors du cours sur les TIC, notre professeur nous expliquait une situation bien particulière vécue dans une école près de chez nous. Des élèves étant mécontents de leur enseignante décident d’ouvrir une page Facebook avec la photo de l’enseignante allant jusqu’à inscrire son nom et ses coordonnées réelles. Histoire de se payer un peu plus la tête de l’enseignante, les jeunes décident d’inventer une double vie à l’enseignante en inscrivant des descriptifs de films pornographiques sur cette fausse page Facebook. De fil en aiguille, les propos sont devenus de plus en plus méchants. La direction a eu vent de l’affaire suite au fait que certains parents ont demandé de retirer leur enfant de cette classe sans raison particulière. La raison a été connue un peu plus tard, lorsqu’ils ont découvert la fausse page Facebook sur une certaine enseignante. La direction et l’enseignante venaient de découvrir que des élèves avaient fait un vol d’identité en utilisant les TIC par le biais d’une page Facebook. Maintenant, à qui la faute? Pour expliquer cet incident, tous se lancent la balle pour dire que c’est la faute de l’autre. Je souhaite que ce texte puisse vous permettrede réfléchir sur le sujet.

Est-ce la faute des enfants? Tout d’abord, une partie de moi dit oui et l’autre dit non. Je crois que les enfants sont responsables de leurs actes, car ils ont enfreint plusieurs règles. Si c’était un seul petit égarement ou une simple petite erreur, les enfants n’auraient pas commis tous ces gestes. Premièrement, les enfants n’avaient pas l’âge d’aller eux-mêmes sur Facebook, ils avaient encore moins le droit d’ouvrir une page pour une autre personne, ils n’avaient pas le droit de copier la photo de l’enseignante et encore moins le droit de voler son identité et d’inventer de faux commentaires de la part de l’enseignante sur des films. Je peux donc constater qu’ils ont couru après le trouble en franchissant plusieurs interdits. Deuxièmement, les enfants ont poussé leur audace jusqu’à commenter des films pornographiques avec des commentaires assez crus. Comment est-ce possible que des jeunes de cinquième année écoutent de tels films ou utilisent du vocabulaire aussi cru? Où était le sens moral de ces enfants? N’étaient-ils pas capables de prévoir la portée de leurs gestes? C’est à ce moment que je crois que les parents ont peut-être manqué en ne surveillant pas leurs jeunes. C’est pour cela qu’une autre partie de moi pense que les enfants ne sont pas tout à fait conscients et totalement responsables de leurs gestes. Je crois qu’il est possible que les enfants n’aient pas mesuré la portée de leurs actes. Peut-être ont-ils été contraints de poursuivre les écrits en étant mis au défi par d’autres? Il est certain que ces jeunes n’étaient pas au courant de la loi qui concerne l’usurpation d’identité, car j’ose espérer qu’ils n’auraient pas fait ces gestes. Je crois également qu’un meilleur encadrement fait par leurs parents aurait peut-être changé la façon de régler la situation par les jeunes. Est-ce que leurs gestes les poursuivront toute leur vie? J’espère que non, et j’ose croire que ces gestes étaient leurs premiers et derniers mauvais coups.

Est-ce la faute des parents?

Je crois sincèrement que les parents avaient un rôle à jouer pour contenir les actions de leurs enfants. Comment est-ce possible que les enfants puissent avoir accès à toutes ces informations à caractère sexuel aussi facilement? Les parents doivent se tenir au courant des activités de leurs jeunes, et ce, même sur internet. Il existe des programmes de contrôle parental facilement utilisables par les parents qui s’y connaissent moins avec les ordinateurs et internet. Il est certainement possible de trouver un endroit où placer l’ordinateur pour qu’il soit visible de tous. Ainsi, les parents peuvent garder un œil sur les activités du jeune et celui-ci reste peut-être un peu plus sage dans ses écrits et dans ses visites de site qui ne sont pas pour un jeune de cet âge. De plus, est-ce que les parents ont éduqué leurs enfants de manière à ce qu’ils soient capables de bien mesurer le bien et le mal, est-ce que le sens moral de ces enfants était bien développé?

Est-ce la faute du professeur?

À la base, ce n’est pas la faute de l’enseignante si les jeunes ont commis ces actes contre elle. Est-ce que l’enseignante peut avoir fait une si mauvaise intervention pour mériter ces gestes envers elle? Je suis certaine que non. Peu importe ce qu’a dit ou fait l’enseignante, rien ne peut motiver de tels gestes gratuits contre une personne. Elle ne pouvait sûrement pas imaginer que ses élèves feraient une telle chose contre elle. Est-ce que l’enseignante aurait pu avoir des indices lui démontrant la grogne qui était en train de se monter contre elle? Est-ce qu’à ce moment elle aurait été capable de désamorcer la bombe? Peut-être que oui, mais peut-être que non. Il est certain que les jeunes auraient pu mentionner leur mécontentement directement à l’enseignante en discutant avec elle du problème ou de l’injustice qu’ils vivaient. Ainsi, le problème se serait réglé tout de suite sans blesser personne. Mais non, les jeunes ont pris une autre façon de faire passer leur message et c’est malheureusement avec internet. Si les jeunes avaient été mis au courant des règles de respect sur internet, peut-être auraient-ils agi autrement? Pourtant, le programme de formation de l’école québécoise contenait dans son programme la compétence transversale d’ordre méthodologique qui dit : «Se donner des méthodes de travail efficaces; exploiter les technologies de l’information et de la communication.» De plus, on peut y lire dans l’évolution de la compétence :«Il parvient à transférer des données d’une application à une autre, à se repérer dans internet et à référer à son carnet d’adresses tout en comprenant l’étiquette et l’éthique du réseau.»Ministère de l’Éducation (2001b).Programme de formation de l’école québécoise (version approuvée).Québec : Gouvernement du Québec. Disponible en ligne (21 août 2006).De ce point de vue, je crois que l’enseignante avait un rôle à jouer pour démystifier les TIC. Peut-être avait-elle déjà fait mention de cela dans son cours et que les jeunes ont quand même fait fi de ce message? Peut-être n’avait-elle pas les ressources matérielles nécessaires pour offrir des situations d’enseignement pouvant mettre en pratique cette compétence transversale? Malheureusement, cet évènement laissera des taches dans la vie de cette enseignante, même si à mon avis elle n’a rien à se reprocher.

Est-ce la faute de la direction?

Indirectement il se peut que oui. Je me demande si la direction avait mis le budget nécessaire sur les ordinateurs pour permettre à l’enseignante d’intégrer les TIC dans ses situations d’enseignement. Est-ce que les enseignants ont eu la chance d’avoir des formations post-graduées pour leur permettre une mise à jour de leurs connaissances afin d’être en mesure d’intégrer correctement les TIC dans leur enseignement? Si ce n’est pas le cas, alors oui la direction est en faute elle aussi. J’espère que la direction veillera à ce que l’intégration des TIC puisse avoir lieu de façon optimale avec les jeunes.

Est-ce la faute à Facebook?

Je crois que d’une certaine manière Facebook est responsable de laisser des jeunes s’ouvrir un compte Facebook sans avoir trouvé une réelle solution pour les en empêcher. Je crois qu’ils se ferment un peu les yeux sur le problème en inscrivant : « En cliquant sur Inscription, vous reconnaissez avoir lu et vous acceptez les Conditions d'utilisation et la Politique de confidentialité.» Il existe sûrement un autre moyen de restreindre l’accès à des jeunes sur ce site. Je crois que le phénomène Facebook est rendu trop gros et difficile à contrôler, car tous les contenus sont permis sur ce site. Voici mon point de vue en tant que parent et future enseignante. Il m’est difficile de penser que des enfants puissent faire autant de mal et ce, gratuitement à une personne. Ayant moi-même des enfants d’âge primaire, j’ai de la difficulté à m’imaginer qu’ils pourraient commettre de tels actes. Je croyais que les enfants de cet âge étaient encore à se dire, en cas de conflit :« Tu n’es pas fine ! Tu n’es plus mon professeur préféré !», ma bulle est vraiment éclatée. Qu’est-ce qui justifie une telle façon de penser pour régler un conflit ou plutôt pour se venger de quelqu’un? Je cherche également à comprendre, qu’est-ce qui pousse des jeunes à agir de cette manière ? Je me demande bien où le monde s’en va. On règle tout sur la place publique et on oublie de se parler pour régler les problèmes. Est-ce qu’ils ont eu des remords suite au premier écrit ? J’espère que oui. Sinon, le sens moral de ses enfants était où ? Comme enseignante, je me demande qu’elle serait ma réaction suite à une telle situation. J’imagine facilement que cette enseignante aura de la difficulté à retourner en classe. De plus, puisque la situation semble se régler à l’interne, qui renseignera les gens ayant visionné cette page pour annoncer que cette page Facebook est complètement fausse ? Une réputation est si facile à perdre, mais si difficile à construire.

Comment prévenir une telle situation ?

Il est clair que la prévention reste toujours la meilleure façon d’agir. De plus, il y a l’intégration des TIC(comme mentionnée plus haut par le programme du MELS) qui permettrait aux jeunes de mieux connaître l’éthique reliée au monde d’internet. Faire vivre aux jeunes des mises en situation et trouver la meilleure façon d’agir pour régler un problème et faire comprendre pourquoi certaines sont à proscrire. Aider les jeunes dans la résolution de conflit. Offrir aux parents des cours sur les TIC,(endroit où placer l’ordinateur pour observer nos jeunes, comment se servir des logiciels de base, comment bloquer certains sites à nos enfants…) et sur l’éthique en lien avec internet.

Conclusion

Enfin, il est malheureux que cet évènement soit arrivé, autant pour l’enseignante que pour les enfants et leur famille. Tous auront des séquelles en lien avec cette histoire. Je souhaite que tout s’arrange pour le mieux et que cet évènement n’entache pas pour toujours le futur de ces enfants et de cette enseignante. J’ose espérer que ces enfants tireront de bonnes leçons suite à leurs gestes et qu’ils tenteront de réparer ce qu’ils ont fait. Il est difficile de trouver le coupable, mais une chose reste importante, et c’est de cesser de jouer à l’autruche. Dès maintenant, il faut informer les jeunes et les parents sur l’éthique d’internet ainsi, de telles situations seront peut-être évitées.

Je certifie que j'ai utilisé tous les outils mis à ma disposition pour corriger la qualité de la langue et que j'ai fait le maximum pour respecter les règles de la nétiquette.

mireille

Pendajo

Auteur: Pendajo

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Marie-Pierre Marie-Pierre ·  19 octobre 2010, 8:45:50 AM

J'aime bien l'idée de ton billet qui mène à se poser des questions !

etu10 etu10 ·  08 novembre 2010, 2:11:21 PM

Ton billet est très intéressant. Après ma lecture, je me suis moi aussi posé plusieurs questions. En tant que future enseignante, il s'agit d'une situation très embarassante à laquelle j'espere ne jamais être confrontée. Lorsque tu mentionnes la faute des parents, j'ai énormément de difficulté à leur donner le blâme. Surtout dans la société actuelle, dans laquelle les deux parents sont dans l'obligation de travailler pour subvenir aux besoins de leurs enfants. Ce qui ne leur permet pas d'être aux côtés de leurs enfants à tout moment. Tu parles aussi d'ajouter un contrôle parental, mais je crois qu'il peut s'avérer difficile d'en installer un s'il ne sont pas familier avec l'utilisation des technologies. Je pense à ma mère qui a de la difficulté à seulement ouvrir un ordinateur...Nous pourrions discuter longtemps afin de trouver un coupable, je crois que l'esssentiel est de trouver un terrain d'entente qui convient à tous, mais que surtout cette situation permette de sensibiliser les étudiants ainsi que les enseignants. Afin que cela ne se reproduise plus.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Le premier "Salon techno-pédago" de l'UQAC

Le comité de pédagogie universitaire de l'UQAC a organisé le premier "Salon techno-pédago" de l'UQAC le 8 avril dernier. Voici ce que j'y ai présenté...

Lire la suite

Sujet des travaux de session pour le trimestre d'hiver 2011

Voici une liste de sujets que je souhaite voir traités durant le trimestre.

Lire la suite