PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Adieu l'agenda...bienvenue blogue pédagogique!

Il y a de cela quelques années à peine, il était rare de rencontrer des gens qui avaient un accès Internet à la maison. Il était même assez difficile de pouvoir l’utiliser rapidement, par exemple, pour faire un travail. De nos jours, c’est plutôt le contraire: nous rencontrons de moins en moins de personnes qui n’ont pas d’accès, d’une manière ou d’une autre (bibliothèque, cybercafé, cellulaire) aux technologies de l’information, à savoir, dans ce cas-ci, à Internet. D’ailleurs, selon le rapport du CEFRIO sur la Génération C (2008), il est intéressant de voir qu’environ 74% des jeunes de 12 à 24 ans ont un ordinateur portable ou ordinateur de bureau. Il est donc facile de voir que les technologies sont de plus en plus présentes dans nos vies et, selon moi, ne cesseront d’accroître au fil du temps.

Lors d’un de nos cours sur les TIC, nous avons abordé brièvement le sujet dont je m’apprête à vous parler. Nous avons effectivement parlé de la possibilité qu’éventuellement on remplace les agendas scolaires par un blogue de cours. En tant que future enseignante, il est certain que ce point a attiré mon attention. Donc, la question que j’ai envie de poser est celle-ci : Devrions-nous laisser tomber les agendas pour les remplacer par un moyen de communication tel qu’un blogue pédagogique?

Je répondrai à cette question à travers l’essai qui suit, en espérant vous faire comprendre mon point de vue et en aspirant à ce que vous-même réfléchissiez aux avantages d’un tel projet. Premièrement, je vais définir ce qu’est un blogue pédagogique. Deuxièmement, je parlerai des avantages : l’omission de devoirs, le suivi parental, l’absentéisme, etc. Troisièmement, je parlerai des petits inconvénients que cette idée pourrait engendrer. Je finirai par une brève conclusion afin de faire un retour global sur les éléments traités.

Pour répondre à ma question, je dirais que mon opinion est fortement favorable, mais qu’il me reste une petite réserve à remplacer complètement l’agenda scolaire par un blogue de cours (blogue pédagogique).Vous le verrez à travers les différents points de mon essai :

Qu’est-ce qu’un blogue pédagogique?

Avant toute chose, je crois qu’il est important de faire la différence entre un blogue et un blogue pédagogique. Ayant trouvé plusieurs définitions au mot ‘’blogue’’, j’en ai pris une qui me semblait bien la résumer. Selon un article publié par le CRDP (centre régional de documentation pédagogique) d’Alsace (2008), un blogue « est un site Internet facile à créer et à utiliser, ayant la forme d’un journal en ligne et qui encourage une interaction auteur-lecteurs. Il est composé d’articles classés par catégories et organisés chronologiquement que le lecteur internaute peut commenter»

Ensuite, concernant le blogue pédagogique, il suffit de séparer les deux mots pour le comprendre. Il s’agit d’un « blogue utilisé à des fins pédagogiques (qui) permet de développer des pratiques collaboratives et de co-construction à l’intérieur d’espaces éducatifs toujours plus vastes. Il inscrit le travail des enseignants et des apprenants dans une logique possible de conception, de développement et de collaboration dans et hors la classe.» (Source : Wikipédia). Selon ces différentes sources (wiki et l’article du CRDP d’Alsace), le blogue pédagogique semble être destiné surtout à des échanges entre les enseignants et les étudiants sur des thèmes libres ou imposés.

Afin de répondre à ma question de départ pour l’essai, je propose une nouvelle approche du blogue pédagogique : faire de celui-ci un véritable agenda virtuel. Dans ce blogue, on y retrouverait de nombreuses choses telles que les devoirs et leçons, le suivi des matières qui ont été abordées en classe, des articles que les élèves pourraient avoir écrit, le suivi des projets qui ont été faits ou alors ceux qui sont encore en production, etc.


Avantages

Ils y a plusieurs avantages à remplacer l’agenda par un blogue :

Omission de devoirs

En premier lieu, je voudrais poser la question suivante : Combien de fois arrive-t-il qu’un jeune dans notre classe ait ‘’oublié’’ son agenda et s’en serve comme excuse pour ne pas avoir fait ses devoirs? Il est vrai que certains feront l’effort d’essayer de se souvenir de ce qu’ils ont à faire en devoir, alors que d’autres ne les feront tout simplement pas. Un autre cas d’omission de devoirs survient lorsque l’enfant ne veut pas les faire et qu’il dit à ses parents qu’il a ‘’congé de devoirs’’ ce soir-là (j’ai vu cette astuce utilisée maintes fois déjà par mes petites sœurs).

Dans les deux cas, cela pourrait se régler avec le blogue pédagogique de classe. Dans un premier temps, le parent peut aller directement sur le site Internet pour savoir quels sont les devoirs et leçons de leur(s) enfant(s). Dans un deuxième temps, il peut simplement aller vérifier si l’enfant a réellement un ‘’congé de devoirs’’. De cette façon, nous risquons d’avoir de moins en moins d’enfants qui outrepassent le système et qui ne font pas leurs devoirs, ce qui pourrait éventuellement augmenter leurs notes. Il est certain que cette méthode n’est pas sans failles. Elle requerra une certaine collaboration de la part des parents ainsi que, par le fait même, une bonne implication de ceux-ci dans les apprentissages de leur(s) enfant(s).

Suivi parental

En second lieu, avec un tel projet, les parents pourraient avoir accès à ce qui a été fait en classe durant la semaine (les matières abordées, les projets faits ou qui sont encore en création). Ils auraient ainsi un bref suivi des apprentissages de leur(s) enfant(s). Il n’est pas rare de voir un enfant, surtout ceux du préscolaire et du premier cycle du primaire, dire qu’ils n’ont rien fait de leur journée lorsque leurs parents les interrogent sur le sujet. Les petits du préscolaire diront qu’ils ont joué toute la journée et qu’ils n’ont rien appris et ceux du primaire, qui ont tendance à vite oublier également, diront qu’ils ne s’en souviennent plus ou alors ne répondront pas du tout à la question. Et là, je n’ai parlé que des plus jeunes, mais cela peut être appliqué également pour les autres élèves un peu plus vieux : à la maison, ils n’ont pas toujours envie de parler de l’école eux aussi.

Dans le même ordre d’idées, le fait que les parents aient accès à ce qui a été fait en classe pourrait également augmenter le nombre d’entre eux qui s’impliquent dans la vie scolaire de leur(s) jeune(s). Ils ne seront pas obligés de participer activement, mais seront néanmoins au courant de ce qui se passe et pourront ainsi discuter avec lui (eux) pour savoir où ils en sont rendus, s’il(s) aime(nt) les projets de classe, etc.

Je vois déjà dans mon esprit les enseignants qui sont contre cette idée car ce serait une surcharge de travail (encore une fois). Je l’accorde : ce serait évidemment une autre chose de plus à s’occuper. Par contre, nous n’avons pas à écrire un roman sur le suivi des activités ; un simple résumé suffira pour donner l’information.

Absentéisme

En troisième lieu, un autre avantage de créer un blogue pédagogique de classe concerne l’absentéisme des élèves. En mettant sur pied ce projet, cela pourrait permettre aux enfants absents de reprendre le retard qu’ils ont pris en classe durant ce temps. Si ce n’est qu’un jour d’absence, il est certain que ce n’est pas très grave. Là où le problème s’installe, c’est lorsque l’absence perdure. C’est alors que le site gagne toute son importance, car l’enfant aura alors la possibilité d’aller voir la matière qu’il a manqué dans la journée ou dans la semaine sur le blogue de la classe.

Voici un exemple qui pourrait bien illustrer l’utilisation du site. Dans ma classe de stage, j’avais une élève qui ‘’décidait’’ de ne pas aller à l’école…et sa mère la gardait presque invariablement à la maison lorsque sa fille le lui demandait. Parfois, cette absence pouvait durer jusqu’à une semaine et ce, répété plusieurs fois dans l’année. S’il y avait l’existence d’un tel blogue de classe, la mère pourrait donc, au moins, faire faire les leçons de la semaine à sa fille et quelques devoirs. Je ne veux pas ici juger la façon de faire de la mère: peut-être que l'enfant ne sentait réellement pas bien...Cependant, avec le blogue de classe, l’écart avec les autres de la classe serait un petit peu moins grand lorsqu’elle retournerait à l’école.

Malgré le projet, il est possible que certains parents continuent d'agir comme ils ont l'habitude de le faire et on peut se poser la question à savoir si un tel projet ferait en sorte que les parents participent vraiment plus aux apprentissages de leur(s) enfant(s). Peut-être que oui…peut-être que non... Néanmoins, je crois qu’il serait intéressant de l’essayer, car après tout, ça ne peut pas nuire à personne.


Inconvénient

En dernier lieu, il est certain que les arguments précédemment donnés peuvent sembler de bonnes raisons pour l’établissement d’un blogue pédagogique qui remplacerait l’agenda. Par contre, une ombre s’installe dans le portait aussitôt que l’on pense aux familles les plus défavorisées. Il est évident que, même si nous sommes à l’aire des communications, certaines familles n’auront pas accès à Internet ou encore n'auront pas accès du tout à un ordinateur. Et là je ne parle pas seulement des familles les plus démunies. Il peut y avoir des gens qui, selon leurs valeurs ou leurs croyances (je ne parle pas ici de croyances religieuses, seulement de ce qu'ils désirent pour leur famille) ne veulent pas qu’il y ait d’ordinateur à la maison ou qu’il y ait Internet. Nous ne pouvons pas changer les gens. S’ils en ont décidé ainsi, nous n’avons rien à y redire.

Cependant, par rapport au sujet dont je parle, cela créerait un problème au niveau de la communication. On ne peut discriminer le fait que l’enfant n’ait pas accès à Internet à la maison en disant, par exemple : ‘’ Bon…tout le monde, les devoirs sont inscrits sur le site de la classe. Ceux qui n’ont pas Internet à la maison, débrouillez-vous!’’ Ce ne serait pas juste et ce ne serait surtout pas professionnel de notre part.

Bref, cet inconvénient, qui est non-négligeable, fait partie de ma ‘’petite réserve’’ dont j’avais au début de cet essai. Et même si je viens d’élaborer des avantages du projet, j’en suis présentement à une impasse dans ma réflexion car ce dernier facteur ne peut être changé/amélioré à notre guise…


Conclusion

À la lumière de cet essai, j’espère vous avoir fait voir qu’il y aurait plusieurs avantages à créer un blogue pédagogique pour remplacer l’agenda scolaire. Pour faire un bref rappel de ceux-ci, il y a d’abord le fait que les enfants ne pourront plus omettre de faire leurs devoirs car leurs parents vont pouvoir vérifier ce qui a été fait via le site Internet de la classe. Ensuite, les parents pourront également être au courant des activités accomplies durant la semaine et ainsi plus s’intéresser aux apprentissages de son (ses) enfant(s). Finalement, en cas d’absentéisme, les élèves pourront rependre leur retard plus facilement puisqu’un résumé des choses effectuées en classe sera sur le blogue. Avec tout cela, je crois que l’on ne pourrait renier l’aspect pratique de ce genre de blogue. De plus, avec tous les arguments apportés, il est évident de voir que les parent joueraient un grand rôle quant au succès d’un tel projet: ils devraient collaborer avec l’enseignante et s’impliquer plus dans les apprentissages de leur(s) jeune(s) si ce n'est pas déjà le cas.

Il est certain que ma question initiale demeure, pour le moment, sans réponse car je ne peux mettre de côté l’inconvénient de la disponibilité des ressources que nécessite un tel avènement. Il ne reste seulement qu’à voir comment les choses vont se développer du côté des technologies. Peut-être qu’à force d’évoluer, celles-ci seront plus accessibles et ce, même pour des familles plus démunies. Pour les familles qui ne veulent tout simplement pas d’Internet à la maison, il y a peut-être aussi des chances pour que leurs valeurs familiales évoluent également en ce sens…

Ma façon de penser est peut-être utopique, mais sait-on jamais : peut-être qu’un jour, un tel projet pourra faire son entrée dans le système scolaire du Québec.

Caroline N.B. J'ai fait tous les efforts nécessaires pour écrire un texte sans fautes.

Sources:

etu79

Auteur: etu79

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Laisser la place aux jeunes pour apprendre

Mon activité favorites à Clair 20XX, c'est la période où les jeunes prennent le contrôle!

Lire la suite

Les choses changent!

Je suis souvent un peu désabusé par la vitesse à laquelle les choses changent (ou ne changent pas!) en éducation... J'ai souvent l'impression qu'on vraiment beaucoup de difficulté à tout aligner correctement pour créer un changement. Vous comprendrez donc que lorsque je constate un changement, ça me fait très plaisir!

Lire la suite