PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Facebook en classe: oui ou non?

facebookDepuis le début de la session, je m’ouvre aux diverses technologies et logiciels. Je ne suis vraiment pas une adepte de l’informatique, mais je suis consciente que je devrai intégrer cette discipline à mon enseignement. Pendant un de nos cours d’initiation aux technologies, le sujet de l’utilisation de Facebook en classe a été abordé. Ma première réaction fût : « Ben voyons donc! Facebook dans ma classe, avec mes élèves du primaire? Je ne croirais pas. » Finalement, en y repensant bien et en essayant de jeter un regard objectif sur la bête, je me suis rendu compte qu’il y avait peut être une façon de le faire. C’est pour partager mes idées avec vous que j’écris ce texte. Tout d’abord, je vais essayer de décrire un peu ce qu’est Facebook et les différentes applications qu’on y retrouve. Ensuite, je vais vous donner un aperçu de l’utilisation personnel que je fais de Facebook. Après, je vais vous expliquer comment j'utiliserais Facebook dans ma classe. Finalement, je parlerai des choses à faire attention sur cette plate-forme pour les enseignantes. Je vos ferai aussi part de l'avis de deux enseignantes de mon entourage face à l'utilisation de cet outil dans leur classe.

Qu’est ce que Facebook?

Pour commencer, Facebook est un réseau social. Selon Wikipédia, un réseau social est :

« Un ensemble d'identités sociales telles que des individus ou des organisations sociales reliées entre elles par des liens créés lors des interactions sociales. »

Pour avoir une idée plus claire de ce qu’est un réseau social, vous pouvez aller voir la vidéo suivant sur "youtube". On y explique très clairement le concept de réseau et on y décrit les plus populaires. Donc, Facebook est un réseau social où il est possible de faire une multitude de choses. Vous pouvez retrouver vos amis du secondaire, entretenir des amitiés à distance, rencontrer de nouvelles personnes, partager des liens, des photos ou des vidéos, étaler votre vie au grand jour et épier celle de vos amis, jouer à des jeux de toutes sortes, faire partie de groupes selon vos intérêts et vos goûts, etc. Les possibilités de divertissement sont énormes. Pour vous donner une petite idée du nombre d’applications disponibles sur Facebook et ce à quoi elles servent, vous pouvez cliquer sur ce lien. Les applications sur ce site sont classées selon l’appréciation des internautes ou selon des catégories spécifiques. Vous pouvez même proposer de nouvelles applications. Facebook est aussi muni d’un outil de clavardage qui permet de communiquer en temps réel avec vos amis. Le "MSN Messenger" devient alors facultatif. L’outil clavardage peut être très utile lorsque vous utilisez un ordinateur public où vous ne pouvez pas installer de logiciels. Pour ce qui est de la messagerie, vous retrouvez des options semblables à celles qu'offre "Hotmail". Vous pouvez joindre des fichiers, des photos ou des vidéos. Vous avez aussi la possibilité de créer des groupes, d’y mettre des liens, des images et des photos et aussi de faire des discussions sur différents thèmes. Les paramètres de sécurité peuvent être réglés pour que seulement les membres du groupe puissent accéder au contenu.

Mon utilisation de Facebook

Comme je le disais au début de mon texte, je ne suis vraiment pas une adepte de l’informatique. Par contre, il y a déjà quelque temps, je me suis laissée tenter par Facebook. Au début, j’y allais rarement et je ne voyais pas vraiment pourquoi tout le monde était si intéressé par ce phénomène. Il faut dire que je ne participais pas beaucoup à enrichir l’outil de mes commentaires. Je naviguais sans vraiment m’impliquer. Après quelque temps à apprivoiser le concept, je me suis mise à y aller plus souvent, à laisser des commentaires un peu partout, à devenir adepte de certaines pages, à faire des jeux et même à créer un groupe! À ce moment, j’ai commencé à voir toutes les possibilités de divertissement offertes sans pour autant voir comment l’utiliser en classe. C’est en construisant le groupe de mon corps de cadets que j’ai vu des options possibles. En effet, les adolescents sont très technologiques et il nous fallait un moyen facile pour leur diffuser de l’information. C’est pour cette raison, au départ, que la page a été montée. Ainsi, même s’ils sont appelés à chaque semaine, ils ont une place supplémentaire pour aller chercher de l’information. Le groupe a aussi permis de retrouver d’anciens cadets qui ont laissé des témoignages de leur passage dans l’organisation. Ce phénomène a aidé à créer un sentiment d’appartenance plus fort chez les jeunes. C’est finalement en réfléchissant à cette façon de partager les expériences que j’en suis venue à me dire que ce serait peut-être possible de l’utiliser dans ma classe.

Utilité dans la classe

Suite à cette expérience avec les cadets, je peux donc dire que Facebook est efficace pour transmettre de l’information. Il s’agit aussi d’un réservoir de données puisque tout y est enregistré. C’est en me basant sur ce que j’ai appris que je me dis qu’utiliser Facebook dans ma classe pourrait être bénéfique pour l’apprentissage des élèves. Voici donc ma vision de la chose. Tout d’abord, je voudrais souligner que mon objectif en utilisant dans ma classe serait de créer une communauté d’apprentissage. En effet, dans le programme de formation de l’école québécoise, on peut lire ce qui suit :

« Faire de la classe et de l’école une communauté d’apprentissage…Concertation pédagogique, collaboration interdisciplinaire, projets partagés, activités communes sont autant de formules à exploiter pour faire en sorte que l’apprentissage soit l’objectif vers lequel tendent toutes les énergies. À ce titre, le Programme de formation de l’école québécoise se veut un outil d’harmonisation et de convergence des interventions de l’ensemble du personnel scolaire, un outil qui suscite le partage de l’expertise professionnelle pédagogique et didactique entre enseignants. Il se veut également une occasion d’aborder l’apprentissage dans une perspective de coopération, la préoccupation devant en être partagée par tous les membres de l’équipe-école, élèves comme enseignants, cadres comme professionnels. Tous doivent collaborer pour créer les conditions d’enseignement-apprentissage les plus favorables et faire de l’école une véritable communauté d’apprentissage. »

Qu’est-ce qu’une communauté d’apprentissage? Sur le site du TACT (Télé Apprentissage Communautaire et transformatif) qui s’intéresse justement aux communautés d’apprentissages en réseau, j’ai trouvé une définition assez complète et facile à comprendre :

« Une communauté d’apprentissage c’est un groupe d'élèves et au moins un éducateur ou une éducatrice qui, durant un certain temps et animés par une vision et une volonté communes, poursuivent la maîtrise de connaissances, d'habiletés ou d'attitudes. »

Cette définition suppose donc que l’enseignante, de concert avec ses élèves, décide de mettre les savoirs et les connaissances de chacun en commun pour atteindre le même but : augmenter les connaissances. Imaginons donc qu’une enseignante décide de créer une communauté d’apprentissage à l’aide de Facebook dans sa classe.. La première chose importante à faire serait d’avoir l’appui des parents pour l’instauration d’un tel système. Tout d’abord, pour qu’ils supportent leur enfant dans sa démarche à la maison et aussi parce qu’il faut l’accord des parents pour avoir un compte Facebook si vous avez moins de 13 ans. Une fois l’accord des parents et de l’école obtenues, le projet pourrait se mettre en branle. En quelques clics de souris, l’enseignante pourrait créer une page pour sa classe. Il serait très important de définir les paramètres de sécurité pour que seulement les personnes invitées puissent mettre du contenu sur la page du groupe. Une fois le groupe créé, il lui faudrait ajouter des liens utiles aux élèves pour un projet ciblé (une recherche par exemple). À partir de là, elle pourrait montrer aux élèves comment faire fonctionner l’outil. Pour garder un certain contrôle sur les discussions et le contenu mis en ligne par les élèves, l’enseignante pourrait nommer un responsable de la page par semaine. Cet élève deviendrait adjoint administrateur et pourrait avoir un droit de regard sur ce qui est acceptable ou non sur la page de la classe. En utilisant ce système, elle pourrait développer le sens des responsabilités sur internet de ses jeunes. Ils seraient au moins conscientisés au fait qu’on ne met pas n’importe quoi sur internet. Je crois que cette page pourrait devenir une vraie mine d’or d’informations pour les élèves. Ils pourraient discuter des sujets des travaux ensemble, poser des questions aux autres sur leur façon de faire, mettre en commun des idées pour les travaux d’équipe, etc. Il est bien entendu que cette méthode demanderait beaucoup de supervision de la part de l’enseignante et des parents. Le principe de communauté pourrait s’étendre à une école au complet où tous les élèves, peut importe leur niveau, pourraient échanger. Même des élèves de différentes écoles ou régions seraient mis en relation afin de mettre en commun leurs connaissances pour augmenter leur savoir. Une véritable communauté de partage, d’apprentissage pourrait ainsi être créée à travers le Québec.

J’ai trouvé une vidéo d’un enseignant en formation professionnelle à Laval qui explique comment il a intégré Facebook à son groupe de pâtisserie. À travers son discours, il y a de très bonne piste pour instaurer cette façon de faire dans une classe. Il est certain que son expérience s'est faite avec des adultes, mais on peut entrevoir ce que l'utilisation des réseaux sociaux pourrait amener dans les classes chez les plus jeunes.

J’ai aussi trouvé le blog d’une enseignante qui a utilisé Facebook dans sa classe pour un projet en histoire. Elle y mentionne plusieurs apprentissages, plusieurs thèmes qui peuvent être travaillés avec les élèves grâce cet outil. Je vous invite à y jeter un coup d'oeil.

À faire attention

Malgré toutes les possibilités qu’offre une plate-forme comme Facebook pour le partage des connaissances, il y a tout de même des choses à faire attention. Tout d’abord, le groupe créé ou le profil de la classe ne doit pas représenter l’enseignante ou être la page personnelle de celle-ci. Les risques que les élèves voient les photos ou les informations de l’enseignante sont moins élevés de cette manière. Si l’enseignante est elle-même sur le réseau, il pourrait être utile pour elle d’utiliser un pseudonyme pour éviter que ses élèves la trouve et veuillent devenir son ami. Pour prévenir un plus grand nombre de problème, l’enseignante devrait faire le ménage de ses photos et des liens qui apparaissent sur son profil. Ainsi, si un parent est ami avec un ami de l’enseignante et qu’il a accès à son profil personnel, il ne risque pas de voir des photos compromettantes. L’enseignante devrait aussi faire un travail de sensibilisation sur le vole d’identité avec les élèves pour prévenir des histoires comme il nous arrive parfois d’entendre (voir le billet de M.Patrick Giroux dans Pédagotic).

Conclusion

En terminant, j’ai recueilli l’avis de deux enseignantes de mon entourage, une au secondaire et l’autre au primaire. L’enseignante du secondaire n’utilise pas Facebook de façon officielle dans sa classe. Elle n’a pas de groupe ni de profil pour les élèves. Par contre, elle est amie avec certain d’entre eux et a gardé contact avec d’anciens étudiants. Avec ses élèves actuels, Facebook lui a permis de faciliter les communications (papier à ramener, argent pour sortie scolaire, etc.) entre la maison et l’école. Pour ses anciens élèves en difficultés, elle reste une personne ressource en qui ils peuvent avoir confiance même si elle ne leur enseigne plus. Du côté de l’enseignante au primaire, elle n’utilise pas du tout Facebook avec ses élèves et ne voit pas vraiment comment elle pourrait l’intégrer à sa classe. Elle ne voudrait pas être leur ami sur Facebook. Pour elle, il est important de garder une certaine distance avec ses élèves. L’opinion est donc partagée autour de moi. En général, par contre, je crois que le gens du secondaire seraient plus prêts à intégrer un outil comme Facebook dans leur classe. Les témoignages que j’ai trouvés sur internet allaient en ce sens. Au primaire, la réticence est plus marquée. Les enfants sont moins habiles et il faudrait un grand support des parents pour réussir cette expérience (ne serait-ce que pour inscrire les enfants sur Facebook. Pour ma part, je ne crois pas que j’essaierai d’intégrer cet outil dans ma classe tout de suite. Je ne maîtrise pas encore assez bien les technologies et, je l’avoue, j’aurais un peu peur de perdre le contrôle.

Bibliographie

http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9seau_social http://eco.ens-lyon.fr/sociales/reseaux_merckle_03_origines.pdf http://www.youtube.com/watch?v=e-DMTBuuRZ8 http://www.techno-science.net/?onglet=glossaire&definition=11019 http://www.web-libre.org/dossiers/reseaux-sociaux,4931.html http://www.applifacebook.com/ http://technaute.cyberpresse.ca/nouvelles/internet/201010/08/01-4330691-facebook-le-casse-tete-des-parents.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_boitePourAccueilCbp_10209_accueil_POS3

http://www.educnet.education.fr/dossier/eformation/notion-accompagnement-notion-collaboratif/communaute-apprentissage-virtuelle

http://www.tact.fse.ulaval.ca/fr/html/prj-7.1/commune2.html

http://www.tact.fse.ulaval.ca/fr/html/prj-7.1/commune3.html

http://www.mels.gouv.qc.ca/sections/programmeFormation/primaire/

http://www.cahiers-pedagogiques.com/spip.php?article6862

http://www.recitfp.qc.ca/spip.php?article524

etu47

Auteur: etu47

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (5)

Nathalie Nathalie ·  13 octobre 2010, 9:37:51 PM

Tu sais à la commission on a un portail où il est possible de créer des communauté. Les élèves y ont accès et l'enseignante peut communiquer par cet intermédiaire. Il peut même corriger leurs travaux, les élèves peuvent y retrouver leurs devoirs et leurs leçons. Chaque enfants de la csrs a ss propre adresse et nous leur mot de passe qu'ils ont jusqu'à la fin de leur secondaire.
Donc il n'est pas nécessaire d'utiliser facebook pour communiquer avec nos élèves.

Bye Nathalie

Émy Émy ·  16 octobre 2010, 1:05:53 PM

Merci de l'information Nathalie, je ne suis pas encore familière avec cet outil. Je vais tâcher de le découvrir lors de mon prochain stage.

etu41 etu41 ·  20 octobre 2010, 2:14:12 PM

Bonjour! Mon essai parle justement du portail Édu-groupe qui peut être utilisé pour créer des communautés d'apprentissages. Voilà le titre si cela vous intéresse : L’utilisation du portail Édu-groupe dans les écoles : avantages et inconvénients.

émy émy ·  26 octobre 2010, 8:19:44 AM

Merci pour l'information, je vais y jeter un coup d'oeil c'est certain!

pgiroux pgiroux ·  01 novembre 2010, 8:24:24 PM

Le billet auquel on fait référence dans l'avant-dernier paragraphe est ici: http://pedagotic.ca/?post/2010...!

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Le premier "Salon techno-pédago" de l'UQAC

Le comité de pédagogie universitaire de l'UQAC a organisé le premier "Salon techno-pédago" de l'UQAC le 8 avril dernier. Voici ce que j'y ai présenté...

Lire la suite

Sujet des travaux de session pour le trimestre d'hiver 2011

Voici une liste de sujets que je souhaite voir traités durant le trimestre.

Lire la suite