PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Une radio étudiante... au primaire ?

Introduction

Je dois avouer avoir écouté abusivement l’émission Radio Enfer présentée à Canal Famille de 1995 à 2001 (Wikipédia, 2010). Celle-ci présentait les péripéties d'un groupe d'étudiants qui voulaient se faire entendre par l'entremise d'une radio étudiante. J’aimais la complicité des personnages et j’affectionnais particulièrement la variété des émissions que ceux-ci proposaient. Depuis quelque temps, j’ai découvert que certaines écoles primaires utilisent aussi la radio étudiante pour stimuler les intérêts de leurs élèves. Au début, je croyais que les enfants étaient beaucoup trop jeunes pour réaliser le tout. Je me demandais si cette activité pouvait réellement être efficace. Après plusieurs recherches, j’ai vite compris que la réponse était affirmative. Avant d’argumenter sur les bienfaits de celle-ci, de petites explications en ce qui a trait à la radio étudiante et à l’installation qu'elle impose seront présentées. S’en suivront trois arguments qui soutiennent mon opinion, imbibés d’une série d’activités qui découlent de ce média. Celles-ci sauront probablement vous charmer en tant que futurs enseignants.

Développement

L'installation

Tel que précisé précédemment, certaines recherches ont été très fructueuses et m’ont permis de découvrir que plusieurs écoles primaires permettent aux enfants de s’exprimer par l’entremise de la radio. L’une d’entre elles est particulièrement intéressante. Il s’agit de l’école Notre-Dame située à Saint-Jérôme, dans les Laurentides. Celle-ci offre aux enfants de 10 à 12 ans la possibilité de concevoir plusieurs émissions radiophoniques. Elles sont disponibles sur Internet ou sur les ondes du 101.9 FM (École Notre-Dame, 2010). Cette entrevue radiophonique réalisée par Catherine Pépin présente bien les projets réalisés par plusieurs animateurs en herbe de cette école(2010).

L’installation d’une radio étudiante fut très complexe pour l'école Notre-Dame. Monsieur Gilles Comeau, un passionné de la radio, a muni celle-ci de conseils efficaces et avisés pour que le projet puisse se mettre en marche en 2006. Avant de faire quoi que ce soit, l’école devait recevoir l’approbation du CRTC (Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes). Celle-ci a été obtenue le 21 septembre 2007. Dès lors, monsieur Comeau a installé une antenne de 80 pieds sur le toit de l’école qui permet aux personnes avoisinantes d’écouter les émissions des élèves. Par la suite, l'équipe technique d’Industrie Canada volet Communications a du approuver les installations. Lorsque ce fut le cas, tout a commencé (École Notre-Dame, 2010). Depuis ce jour, l’école présente, entre 11h00 et 14h00, différentes émissions variées animées par des journalistes, des publicistes et des animateurs en herbe. Afin de pouvoir garder l’antenne, de la musique doit être continuellement présentée. Pour ce, les enseignants doivent dresser des listes musicales, principalement françaises, qu’ils présentent durant la nuit et durant les heures de cours.

Il est entendu que cette installation est très imposante et que certaines écoles n’utilisent pas le même équipement. Beaucoup d’écoles, comme l’école Notre-Dame-du-Sourire de Jonquière, utilisent le multivox pour présenter de l’information aux élèves durant la semaine. Les jeunes félicitent leurs copains qui se sont démarqués durant la semaine ou informent les gens des activités à venir dans l’école (École Notre-Dame-du-Sourire, 2010). Si l’idée d’une radio étudiante vous intéresse, je vous propose de lire cette présentatique : «En ondes !». Dans celle-ci, madame Marie-France Laberge, de l'équipe du programme de français au MELS et ex-animatrice du RÉCIT, et le professeur André Roux vous offrent une multitude de ressources pour connaitre toutes les facettes de la radio. Ils traitent de l’installation de celle-ci et des différents métiers envisageables par cette approche, en passant par le matériel nécessaire (2006). Le document explicatif de la Commission scolaire Marie-Victorin, «la voix pour apprendre», est aussi très complet (2008). Le logiciel audacity, utilisé par plusieurs écoles, y est présenté. Ce dernier est un logiciel libre efficace pour l’enregistrement audio (Audacity , 2010). Vous pouvez aussi télécharger la trousse pédagogique «radio enfant» de l’Atelier Radio Enfant sur le Web au coût de 35 $. Un chapitre de cette trousse se concentre sur toutes les façons de diffuser de l’information (2008).

Même si les avantages de ce média sont nombreux, je dois tout de même vous faire part d'un désavantage. Beaucoup de ressources sont disponibles sur le Web pour aider les enseignants qui veulent développer un projet comme celui-ci, mais le tout demande de la rigueur et du temps. À cet effet, plusieurs enseignants de l’école Notre-Dame précisent que la préparation à cette activité est très exigeante (École Notre-Dame, 2010). Par contre, ceux-ci sont très satisfaits lorsqu’ils se concentrent sur les résultats de leurs démarches. Certains autres enseignants de mon entourage croient qu’ils n’ont pas assez d’aptitudes pour cela. À cette affirmation, je réponds que les choses doivent changer. Notre formation continue doit refléter toutes les démarches que l’on entreprend pour s’instruire davantage et pour rejoindre les intérêts de nos élèves. Tel que précisé dans le cours Introduction au programme et à la recherche en éducation :

«le développement professionnel est un processus éducatif nécessitant l’engagement actif et attentif de l’individu. Les enseignants qui le désirent peuvent trouver une foule d’occasions d’enrichir et d’élargir les horizons de leur art » (Holborn , Wideen et Andrews,1993, p.35).

Tous les enseignants doivent chercher à se perfectionner, que ce soit en français ou en science et technologie. Alors, lorsqu'un enseignant maitrise moins tous les concepts associés à la radio étudiante, il doit s’outiller efficacement afin de répondre aux besoins de ses élèves. Il ne faut pas négliger ou résister à toutes les possibilités qui stimulent notre développement professionnel (Holborn , Wideen et Andrews,1993, p.35).

Utilisation de la radio étudiante au primaire

Dans le même ordre d’idées, je crois pertinemment que la radio étudiante doit être utilisée au primaire. Imaginez toutes les activités qui en découlent ! En plus d’intégrer les TIC efficacement, plusieurs autres compétences peuvent être développées. L’enfant qui fait de la radio s’approprie tous les concepts qui y sont rattachés, développe une intelligence critique des médias et beaucoup de compétences langagières. En effet, quoi de mieux qu’une émission de radio pour mesurer la communication orale de l’enfant ? Nous sommes très loin des exposés oraux en classe dans lesquels apprendre par cœur est un atout. Le directeur Roberto Gauvin précise dans son article que : «les élèves engagés dans ce processus utilisent le français dans des situations de communication authentiques. Quoi de mieux pour étendre le répertoire linguistique des élèves?» (2007). De ce fait, les enfants doivent se préparer et ils doivent entreprendre des recherches pour être de bons animateurs. Deux autres compétences en français peuvent être développées: écrire des textes variés et lire des textes variés. En effet, dans une émission de radio, les sujets proposés sont très diversifiés. Les enfants doivent parler de sport, de culture, de la météo et ils présentent les nouvelles régionales et provinciales. Ils doivent lire des articles qui se rapportent à ces sujets et préparer leurs chroniques. Gilles Comeau précise aussi, dans l’entrevue radiophonique de Catherine Pépin, que les enfants développent beaucoup leur sens critique lorsqu’ils se concentrent sur certaines nouvelles. Par exemple, lorsqu'une jeune fille avait été enlevée par un homme, deux enfants ont expliqué ouvertement qu’ils ne comprenaient pas comment un homme âgé pouvait s’en prendre à une personne plus jeune. Cet enseignant précise qu’il était très touché de percevoir toute la pureté de leur message et toute l’argumentation concise qu’ils soutenaient(2010).

La radio étudiante et ses possibilités

De plus, ne croyez pas que seuls la musique et le français peuvent être touchés par la radio étudiante. Vous pouvez demander aux enfants de faire un radio-roman, des publicités, des entrevues avec leurs parents, des recherches, etc. En mathématiques, les jeunes peuvent faire des sondages et s’initier aux statistiques. En science et technologie, ils peuvent parler des OGM, de la pollution et de différentes recherches avant-gardistes. En univers social, les enfants peuvent se concentrer sur les réalités sociales et comparer celles-ci avec celles du passé. Le tout rejoint bien les assises du Programme de formation de l’école québécoise dans lequel l’univers social fait davantage l’objet de recherches comparatives (2001). Alors, des sujets comme la démocratie ou la liberté peuvent alimenter plusieurs débats. Beaucoup d’autres leçons sont proposées dans le document «La voix pour apprendre» (Commission scolaire Marie-Victorin, 2008), dans le document «En Ondes ! » (Marie-France Laberge et André Roux, 2008) et sur le site du réseau pour le développement des compétences par l’intégration des technologies (Récit).

Des enseignants de l’école St-Marc, à Montréal, résument bien toutes les possibilités offertes par la radio étudiante sur leur site Internet :

«La radio étudiante est un outil de communication incomparable servant au développement des compétences des jeunes sur les plans méthodologique, intellectuel, personnel et social et aussi au développement de compétences disciplinaires en français (lecture et écriture de textes variés, communication orale, ouverture sur l'univers culturel) et en musique (appréciation d'œuvres musicales, compte rendu d'expériences musicales)» (École St-Marc, 2010 ).

Si vous êtes un peu sceptique quant à la qualité des émissions que peuvent proposer les enfants, je vous invite à écouter quelques-unes d'entre elles sur le site Internet de cette école. Des jeunes parlent de leurs lectures, des kangourous, des chiens, des dents et ils interviewent même Pierre Falardeau. Le tout est présenté dans un bon français et fait l'objet d'un travail de qualité. Ils sont dynamiques et très divertissants.

À la lumière de toutes ces activités, vous vous demandez peut-être quelles compétences et quels savoirs essentiels peuvent être développés. Vous pouvez regarder ce petit document récapitulatif : Émissions de radio. Dans celui-ci, plusieurs leçons sont présentées et permettent de mettre en relief les compétences touchées. Le tout est présenté à titre informatif. Vos leçons seront peut-être différentes, mais il importe de comprendre que les enfants pourront inévitablement développer plusieurs aptitudes, plusieurs stratégies et certaines compétences. Ce média permet de faire vivre aux enfants une activité d’apprentissage et d’évaluation efficace en intégrant les TIC, en lien avec le Programme de formation de l’école québécoise et transférable dans la classe (Commission scolaire des Navigateurs, 2010). Les élèves seront en mesure « d’utiliser les technologies de l’information et de la communication pour effectuer une tâche» et de « s’approprier les technologies de l’information et de la communication» tout en développant beaucoup d’habiletés (MELS, 2001, p.29).

Certaines personnes croient peut-être que seuls les élèves du troisième cycle peuvent utiliser la radio étudiante, eh bien c’est faux ! En effet, plusieurs enseignants utilisent la radio dès la maternelle, mais les émissions présentées sont différentes (Sébastien Rock et Miles Muri, 2007). L’éducatrice Suzanne Dansereau, par exemple, a initié les élèves de son service de garde au bulletin de nouvelles radiophoniques. Ceux-ci étaient au premier cycle du primaire! Elle a utilisé le logiciel audacity et les émissions sont en ligne sur Internet (Dansereau, 2007). Je crois qu’il suffit d’avoir un peu d’imagination. Les élèves de la maternelle peuvent discuter de leur toutou préféré ou de leur rêve, tandis que les élèves de la sixième année se concentrent sur des sujets internationaux ou sur des recherches spécifiques.

Les avantages pour les élèves

Précédemment, j’ai davantage exposé tous les projets envisageables par ce média qui plaisent aux enseignants par leur diversité. Maintenant, je me pencherai un peu sur les jeunes et sur ce que ce projet peut leur apporter. Imaginez-vous au primaire en train de faire une émission de radio sur votre sujet favori en compagnie de votre enseignant et de votre copain. Comment vous sentiriez-vous? Vous seriez probablement très fier. Qu’en est-il vraiment pour tous ces jeunes qui vivent cette expérience? Eh bien, c’est très simple et les faits parlent d’eux-mêmes. En faisant de la radio étudiante, les jeunes mobilisent toutes les ressources disponibles, ils utilisent leurs connaissances aux bonnes fins et développent beaucoup d’habiletés. En développant celles-ci et en collaborant avec leurs pairs, la motivation des enfants est ascendante. Ils ont envie d’aller au-delà de leurs capacités pour plaire à leur auditoire. Monsieur Gauvin explique aussi dans son article, qu’avec le temps, les jeunes ont beaucoup plus confiance en eux et qu’ils développent un sentiment d’appartenance important envers leur école parce qu’ils sont actifs dans leur communauté (2007). Le seul fait de savoir que des personnes les écoutent est gratifiant et motivant. Les enfants veulent présenter de bonnes émissions et tentent sans cesse de trouver plusieurs sujets intéressants à aborder. Par contre, certains enfants sont plus timides au début. Je crois que cette timidité peut être réduite à mesure que l’enfant participe aux différentes activités qui se rattachent à la radio (recherche d’informations, préparation des émissions, etc.). Lorsque ceux-ci se sentiront plus à l’aise et qu’ils seront prêts, leur timidité se verra réduite. Ils pourront commencer en faisant de petites émissions afin d’y prendre goût. La collaboration est aussi de mise avec ce média et elle est appréciée des jeunes. Plusieurs tâches diverses sont attribuées aux enfants (faire de la publicité, aspect plus technique, animation, etc.) et leur permettent de s'entraider pour diffuser des émissions de qualité. Bref, tous les élèves y trouvent leur comble, selon leurs intérêts et leurs aptitudes.

Conclusion

À la lumière de cet essai, force est de constater à quel point une radio étudiante dans une école primaire est efficace. Pierre Poulin précise dans son article «Pierre Poulin, un enseignant branché sur la Radio Web » que tous les préparatifs qui s’y rattachent peuvent être complexes. Par contre, pour lui, «la technologie doit toujours être au service des élèves», quoi qu’elle impose (Sarrasin). Je suis d’avis que les enseignants et les élèves ont tout à gagner. En plus de disposer de beaucoup de ressources sur le Web pour bien instaurer ce projet, de nombreux enseignants proposent plusieurs leçons qui peuvent se rapporter à la radio étudiante. Je crois aussi que tout enseignant efficace trouvera des leçons pertinentes qui se conjuguent avec le Programme de formation de l'école québécoise et avec les intérêts de ses élèves. Que ce soit sur le Web ou sur une fréquence FM, une radio étudiante permet aux enfants d’aborder plusieurs concepts interdisciplinaires de façon motivante et constructive. En faisant mes recherches sur le Web, j’ai constaté que plusieurs écoles s’étaient déjà lancées dans ce beau projet, mais qu’en est-il de la télévision ? À quand une émission de télévision animée par des enfants du primaire ? Quoique, peut-être que le tout existe déjà. De nos jours, les enfants sont très à l’aise avec la technologie et les enseignants doivent trouver plusieurs façons de les intégrer en classe. Il ne s’agit plus d’une initiation. Les enseignants doivent aller au-delà de cela. Comme le précise Marie-France Laberge:

« On doit créer des liens entre le scolaire et l’extrascolaire avec les jeunes qu’on a dans nos classes. Ça veut dire prendre le jeune là où il est, avec ce qu’il fait avec l’ordinateur dans son monde, et l’amener un cran, deux crans plus loin» (Sarrasin).

La technologie évolue, nous n’avons guère terminé d'en apprendre sur celle-ci. Donc, en tant qu’enseignants, nous devons toujours garder les yeux ouverts pour ne pas manquer le bateau...

Suzie Tardif

J'ai fait tous les efforts nécessaires pour écrire un texte sans fautes et pour respecter les règles de la nétiquette.

Références

1. Livres

HOLBORN, P., WIDEEN, M. et ANDREWS, I. (1993). Devenir enseignant. À la conquête de l’identité professionnelle. Collection Formation des maîtres. Montrèal : Les éditions Logiques, p.34-37.

MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION (2001). Programme de formation de l'école québécoise (version approuvée), Gouvernement du Québec, Québec, 362 pages.

2. Sites internet

AUDACITY (2010). Le logiciel de montage audio libre et multi-plateformes. Disponible en ligne (27 novembre 2010) : http://audacity.sourceforge.net/?lang=fr

ATELIER RADIO-ENFANT INC.( 2008). La trousse pédagogique. Disponible en ligne (27 novembre 2010) : http://radioenfant.ca/trousse/index.cfm?Voir=menu&Repertoire_No=2137988560&M=2336

COMMISSION SCOLAIRE MARIE-VICTORIN (2008). La voix pour apprendre. Disponible en ligne (28 octobre 2010) : http://www.recit.org/wiki/ProjetSiteRadioWeb/download&file=ici.doc

COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS(2010). La radio à l’école. Disponible en ligne (28 octobre 2010): http://www.recit.csdn.qc.ca/recit/spip.php?article101

CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES (2010). Présentation de l’organisme. Disponible en ligne (27 novembre 2010) : http://www.crtc.gc.ca/fra/accueil-home.htm

DANSERAU, Suzanne (2007). Émission RADIO au service de garde. Disponible en ligne (28 octobre 2010) :http://www.recit.qc.ca/spip.php?article253#forum49

ÉCOLE NOTRE-DAME (2010). Présentation de l’école. Disponible en ligne (31 octobre 2010) : http://www.csrdn.qc.ca/notre-dame/canvas2.asp?pageid=78

ÉCOLE NOTRE-DAME-DU-SOURIRE (2010). Présentation de l’école. Disponible en ligne (27 novembre 2010) : http://www.csjonquiere.qc.ca/page_ecole.php?section=16

ÉCOLE ST-MARC (2010). Radio étudiante de l’école St-Marc. Disponible en ligne (28 octobre 2010) : http://www2.csdm.qc.ca/st-marc/Projets/ProjetRadioEtudiante/ProjetRadioEtudiante.shtm

GAUVIN, Roberto (2007). Création d’une radio étudiante avec antenne FM. Diponible en ligne( 20 novembre 2010) : http://www.veltic.ca/pratdir.php?id=7737

LABERGE, Marie-France et André ROUX (2006). En ondes !. Disponible en linge (27 novembre 2010) : http://www.recit.cssamares.qc.ca/IMG/pdf/enondes.pdf

RÉSEAU POUR LE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES PAR L’INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES (2010). Qui sommes-nous ?. Disponible en ligne (30 octobre 2010) : http://www.recit.qc.ca/spip.php?rubrique1&id_secteur=1

SARRASIN, Louise. La compétence TIC vue par le programme de français. Disponible en ligne (30 octobre 2010) : http://www.recit.qc.ca/spip.php?article195

SARRASIN, Louise. Pierre Poulin, un enseignant branché sur la radio Web. Disponible en ligne (31 octobre 2010) : http://www.recit.qc.ca/spip.php?article349

WIKIPÉDIA(2010). Radio Enfer. Disponible en ligne (31 octobre 2010) : http://fr.wikipedia.org/wiki/Radio_Enfer

3. Entrevue radiophonique

PÉPIN, Catherine (2010). Une école pas comme les autres. Disponible en ligne (28 octobre 2010) :http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2010/CBF/LapresmidiPorteConseil201010151305_m_2.asx

etu38

Auteur: etu38

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (3)

Marie-Michelle Dubois Marie-Michelle Dubois ·  12 décembre 2010, 7:47:06 PM

Je trouve que ton essai est très bien documenté. Tu t'es basée sur une multitude de sources pour monter ton argumentation, c'est très bien. J'aime particulièrement la partie de ton texte où tu dis que les enseignants ne doivent pas s'arrêter parce qu'il leur manque des compétences, mais qu'ils doivent se former pour répondre aux besoins de leurs élèves. Vue de cet angle, la formation continue s'avère en effet essentielle, car la façon de penser et les habiletés de nos élèves ne font qu'évoluer avec les années. Il faut bien que l'on perfectionne nos connaissances et nos compétences afin de pouvoir les suivre. Je considère maintenant cela d'un autre oeil... Merci pour cette réflexion.

Sophie Tremblay Sophie Tremblay ·  13 décembre 2010, 2:44:15 PM

Je suis complètement d'accord avec ton point de vue. Je n'avais jamais entendu parler d'un projet de la sorte au primaire avant de lire ton essai. Lorsque l'on y pense, une radio étudiante a énormément d'avantages à offrir aux jeunes élèves! Je pense qu'apprendre dans un tel contexte ne peut que faire changement d'un cadre d'apprentissage traditionnel et même redonner le goût des projets à certains d'entre-eux! De plus, un projet de radio-étudiante s'insère à merveille dans l'optique plus moderne des écoles d'aujourd'hui. J'espère que ton essai donnera des idées aux enseignants de certaines écoles!
N.B. Quoi de mieux pour t'inspirer qu'une aussi excellente émission qu'est Radio-Enfer!

Suzieee Suzieee ·  18 décembre 2010, 12:43:44 PM

Merci pour vos commentaires les filles,

En lisant ceux-ci, j'ai l'impression que l'objectif de mon essai est atteint. :)

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Laisser la place aux jeunes pour apprendre

Mon activité favorites à Clair 20XX, c'est la période où les jeunes prennent le contrôle!

Lire la suite

Les choses changent!

Je suis souvent un peu désabusé par la vitesse à laquelle les choses changent (ou ne changent pas!) en éducation... J'ai souvent l'impression qu'on vraiment beaucoup de difficulté à tout aligner correctement pour créer un changement. Vous comprendrez donc que lorsque je constate un changement, ça me fait très plaisir!

Lire la suite