PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Et si Internet changeait la façon dont nous pensons?

Débutons par quelque chose de facile... Voici ce que j'ai découvert sur Internet ce matin:

InternetActu propose d'abord un dossier vraiment intéressant à propos d'Internet. Comment l'internet transforme-t-il la façon dont on pense? Ils ont questionné des scientifiques, des gens de l'industrie... C'est un dossier plutôt long, en cinq parties. Voici quelques extraits que j'ai aimés.

Dans la première partie du dossier, on explique qu'Internet est un réseau de machines et d'humains...

Pour le physicien Daniel Hillis, le réel impact de l’internet a été de changer la façon dont nous prenons des décisions. En permettant à des systèmes complexes de s’interopérer, de plus en plus, ce ne sont pas des êtres humains qui décident, mais un réseau adaptatif d’humains et de machines enchevêtrées.

Pour Marissa Mayer de Google:

L’internet a mis l’ingéniosité et la pensée critique à l’avant-garde et a relégué la mémorisation des faits à l’exercice mental ou au divertissement.

Paul Saffo explique que:

Les calculatrices électroniques n’étaient pas de simples substituts aux règles à calcul d’antan : elles ont rendu le calcul pratique et accessible à tous. L’internet change notre manière de penser en donnant le pouvoir de chercher au plus banal des utilisateurs. Nous avons démocratisé la manière de trouver le savoir de la même manière que l’édition du 18e siècle a démocratisé l’accès aux connaissances.

Dans la seconde partie du dossier, certains proposent qu'Internet augmente nos capacités d'attention.

Daniel Dennett, professeur au Centre d’études cognitives de la Tufts University, pense autrement...

À ce jour, mes tentatives pour parer à cette tendance indésirable en relevant le seuil de mon étanchéité n’ont pas réussi à me maintenir face à cette surenchère sans fin de sollicitations.

Dans cette section du dossier, Nicolas Carr compare livre et Internet et j'aime bien la distinction qu'il fait pour nous rappeler que l'expérience vécue dépend du milieu...

Un livre qui attire notre attention nous isole de la myriade de distractions qui remplissent notre vie quotidienne, alors qu’un ordinateur en réseau fait exactement le contraire. Il est conçu pour disperser notre attention.

Howard Rheingold explique quant à lui TRÈS bien pourquoi il faut faire de l'Éducation aux médias!

Pour lui, l’internet transforme profondément notre capacité de concentration, mais il est capable de nous rendre plus attentifs seulement si nous nous en donnons les moyens. “Les médias numériques et les réseaux savent renforcer les gens qui ont appris à les utiliser – et présentent des dangers pour ceux qui ne savent pas s’en servir.” Il est facile de tomber dans la distraction, la désinformation, la superficialité, la crédulité, la dépendance, l’aliénation… explique le chercheur qui se dit inquiet par le manque d’alphabétisme des internautes (qui savent mal se protéger, ont du mal à trouver des informations et ne savent pas les vérifier…). Autant de tentations qui menacent surtout les esprits non entraînés. Apprendre la discipline mentale qui convient pour utiliser ces outils à penser sans perdre sa capacité à se concentrer est l’un des prix que je suis content d’avoir payé pour accéder à ce que le web à a offrir.

“L’attention est l’alphabétisation fondamentale”, explique encore Rheingold. “Chaque seconde que je passe en ligne, je dois faire des choix pour savoir comment dépenser au mieux mon attention”. Et ces choix ne sont pas isolés : nos décisions sont visibles pour d’autres, profitent à d’autres comme les décisions des autres nous profitent. “Le partage des connaissances et l’action collective impliquent la collaboration dans l’alphabétisation.” L’évaluation de la crédibilité est une autre alphabétisation essentielle. Comprendre les paramètres de confidentialité de Facebook devrait être un autre enseignement essentiel, explique Rheingold parce qu’ils nous disent comment gérer le fonctionnement des réseaux, pour être capable de les maîtriser.

Pour le philosophe Thomas Metzinger, Internet a un effet très profond...

“Nous l’utilisons pour le stockage de notre mémoire externe, comme une prothèse cognitive, émotionnelle et autorégulatrice. Nous pensons avec l’aide de l’internet, et il nous aide à déterminer nos désirs et nos objectifs. Ses affordances nous infectent, érodant subtilement notre sentiment de contrôle. Nous apprenons à accomplir plusieurs tâches simultanément, notre capacité d’attention est de plus en plus courte, et beaucoup de nos relations sociales prennent un caractère étrangement désincarné.

À propos de l'attention, Metzinger explique...

Notre cerveau ne peut produire qu’une quantité limitée de cette précieuse ressource chaque jour. Aujourd’hui, les industries, la publicité et les spectacles attaquent les fondements mêmes de notre capacité d’expérience. Ils essaient de nous dépouiller de la plupart de nos ressources rares, et ils le font de manière toujours plus persistante et intelligente.

Dans la troisième partie du dossier, on suggère qu'Internet modifie notre rapport au monde réel...

Pour Brian Eno, un producteur, Internet change la nature du travail de l'expert...

Je note que l’idée de l’expert a changé. Un expert a longtemps été quelqu’un qui avait accès à certaines informations. Désormais, depuis que tant d’information est disponible à tous, l’expert est devenu quelqu’un doté d’un meilleur sens d’interprétation. Le jugement a remplacé l’accès.

Pour la philosophe Gloria Origgi, chercheuse à l’Institut Nicod à Paris:

“L’internet nous permet de penser et d’écrire d’une manière beaucoup plus naturelle que celle imposée par la tradition de la culture de l’écrit : la dimension dialogique de notre réflexion est maintenant renforcée par des échanges continus et liquides”. Reste que nous avons souvent le sentiment, coupable, de gaspiller notre temps dans ces échanges, sauf à nous “engager dans des conversations intéressantes et bien articulées”. C’est à nous de faire un usage responsable de nos compétences en conversation. “Je vois cela comme une amélioration de notre façon d’extérioriser notre façon de penser : une façon beaucoup plus naturelle d’être intelligent dans un monde social.”

Yochaï Benkler, professeur à Harvard, constate quant à lui que

...l’internet, en nous connectant plus facilement à plus de personnes, permet d’accéder à de nouveaux niveaux de proximité ou d’éloignement selon des critères géographiques, sociaux, organisationnels ou institutionnels. Internet ajoute à cette transformation sociale un contexte “qui capte la transcription d’un très grand nombre de nos conversations”, les rendant plus lisibles qu’elles ne l’étaient par le passé.

Benkler explique aussi à sa façon l'importance de l'esprit critique....

“Penser avec ces nouvelles capacités nécessite à la fois un nouveau type d’ouverture d’esprit, et une nouvelle forme de scepticisme”, conclut-il. L’internet exige donc que nous prenions la posture du savant, celle du journaliste d’investigation et celle du critique des médias.

Dans la quatrième partie, plusieurs personnes proposent qu'Internet n'a rien changé!

Je ne suis pas vraiment en accord, mais je dois avouer qu'un dossier sur le sujet n'aurait pas été complet sans leurs points de vue... De cette section je conserve néanmoins un passage qui explique la nature sociale et collective d'Internet.

Pour le célèbre biologiste évolutionniste, Richard Dawkins, “le web est une œuvre de génie, l’une des réalisations les plus élevées de l’espèce humaine, dont la qualité la plus remarquable est qu’il n’a pas été construit par un génie individuel, comme Tim Berners-Lee, Steve Wozniak ou Alan Kay, ni par une entreprise comme Sony ou IBM, mais par une confédération anarchiste d’unités largement anonymes situées partout dans le monde.

Qu'est-ce que j'en pense?

Je n'en sais trop rien. C'est une question tellement large, difficile à saisir de par la nature même d'Internet et la nature interne de la pensée.

C'est évident qu'Internet rend de jour en jour plus importantes nos compétences informationnelles et critiques. Il faut absolument devenir des chercheurs plus efficaces et critiques afin de faire face à la nouvelle masse d'information disponible. Avec mon collègue Mathieu, j'ai déjà écrit ici que ces compétences sont le principal défi technologique de l'École québécoise. Malheureusement, dans ce domaine particulier, je crois devoir attribuer un échec à la majorité des écoles et enseignants québécois...

C'est vrai qu'il est aussi de plus en plus facile de se laisser distraire. Encore une fois, il faut être critique, faire des choix éclairés... Il faut aussi de la discipline afin d'arriver à se concentrer. Mais, est-ce que je pense différemment? Je ne crois pas qu'Internet ait encore changé notre cerveau... Je crois plutôt que nous avons créé un outil qui s'adapte bien à notre cerveau, qui répond à certains de nos besoins. Internet est un marteau cognitif avec une poignée ergonomique. Il permet l'interconnexion tellement facilement et agréablement. Son utilisation est un plaisir pour les sens. Reste à apprendre à bien l'utiliser...

Si un aspect d'Internet m'amène à penser différemment, c'est probablement l'ouverture sur le monde qu'il facilite. Internet me met en relation avec une diversité d'opinions et de possibilités. Dès lors, je suis influencé par cette diversité et j'ai de plus en plus de difficulté à imaginer la simplicité. Je réalise plus facilement aujourd'hui toute la complexité du monde et des phénomènes auxquels je suis confronté...

pgiroux

Auteur: pgiroux

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Fake news et autres

Partage de mon visuel de conférence et retour sur ma présence au colloque 2018 de l'adaptation scolaire de l'UQAC.

Lire la suite

Vos comportements en ligne comptent!

Je vais au Séminaire à Métabetchewan demain. Je rencontre les étudiants pour leur parler des réseaux sociaux, d'identité numérique, etc. C'est un message que j'ai déjà porté dans plusieurs écoles et à plusieurs reprises. Je suis d'ailleurs déjà allé il y a quelques années. Donc rien de bien neuf... Mais ce sont tout de même des choses très importantes à savoir!

Lire la suite