PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Pourquoi utiliser les médias sociaux au CÉGEP?

Hier, j'ai fait une présentation et discuté avec des aides pédagogiques individuels de différents Cégeps dans le cadre du Colloque Annuel de l'APAPI (Association Professionnelle des Aides Pédagogique Individuels - http://www.apapi.org/). Le but de la présentation était d'expliquer à des personnes pas encore convaincues pour quelles raisons on devrait utiliser les réseaux sociaux dans les Cégeps.

J'ai commencé ma présentation par définir le contexte... J'ai parlé de la génération C et j'en ai clarifié les caractéristiques tout en déconstruisant quelques mythes. Ça m'a aussi amené à parler de la vitesse à laquelle les technologies évoluent et de la place importante qu’elles occupent dans notre vie. J'ai ensuite parlé de l'effervescence qu'il y a dans le domaine de l'enseignement et de l'apprentissage sur le plan des théories, des approches pédagogiques et des outils. J'ai utilisé quelques graphiques provenant d'une étude menée au Cégep de Jonquière pour ramener tout ça au niveau collégial.

Référence et lien pour ce rapport: Thivierge (2011). Jeunes, TIC et nouveaux médias. Une étude exploratoire au Cégep de Jonquière. Rapport de recherche. Jonquière, Cégep de Jonquière, 74 pages. Accessible en ligne le 25 mai 2012: http://edupsy.uqac.ca/crre/?p=644

En gros, j'ai présenté 3 raisons principales pour lesquelles je crois que l'on devrait intégrer les réseaux sociaux au niveau des Cégeps. Évidemment, j'ai mon chapeau d'enseignant, de pédagogique et de personne préoccupée par l'éducation aux médias et aux technologies sur la tête... Mes raisons peuvent ne pas plaire aux administrateurs ou aux responsables des services technologiques. Dommage! Les Cégeps sont des maisons d'éducation et elles ont, selon moi, un rôle à jouer n'en déplaise à ces personnes. Je dois avouer que tous les participants n'étaient pas d'accord avec moi et que je n'ai pas su tous les convaincre. Ça aussi c'est dommage!

Raison 1: Parce que les jeunes sont déjà sur les réseaux sociaux. Pas besoin de courir après eux, pas besoin de les chercher, ils sont presque déjà tous là!

Apprendre à faire du vélo  Source: SanFrancisco Bicyle Coalition (2007) Http://www.flickr.com/photos/sfbike/397918710/ Raison 2: Parce qu'il y a plusieurs choses à apprendre qui sont importantes et que les jeunes peuvent apprendre en utilisant les réseaux sociaux. J'ai donné quelques exemples comme la gestion du temps, développer son esprit critique par rapport à Internet, mieux gérer les droits d'auteurs et mieux gérer son identité numérique. J'ai ensuite expliqué que les réseaux sociaux, c'est comme le vélo. On peut apprendre seule en courant le risque de sérieusement se casser la gueule en tombant ou en faisant du vélo à un endroit qui n'est pas approprié ou on peut apprendre avec l'aide et la guidance d'un adulte. Devinez pourquoi la majorité des enfants apprennent avec l'aide et la supervision d'un adulte? et pourquoi ce serait différent avec les réseaux sociaux? Vous savez comme moi que l'on peut sérieusement se casser la gueule si on fait des conneries en ligne... Les Cégeps, comme les autres maisons d'éducation (primaire, secondaire, universités) devraient jouer le rôle du parent en étant présents, donnant de bons exemples et en intervenant si on croise un jeune qui "prend des risques inconsidérés" ou utilisent mal cet outil.

Enfants dans une ruelle Source: http://radicarl.net/webalbum/une-question-de-point-de-vue Raison 3: Parce que les médias sociaux sont un lieu commun d'interactions, de rencontres et de conversations et qu'il s'agit d'occasions potentielles d'apprendre, d'enseigner, de guider, d'accompagner... C'est un peu comme la ruelle de mon enfance. On y apprenait à vivre ensemble, à jouer, à respecter les règles... Mais il y avait toujours un parent qui jetait un oeil, qui intervenait quand les cris devenaient soudainement trop forts... Les professionnels du réseau éducatif québécois pourraient jouer une partie de ce rôle. Surtout, les théories de l'apprentissage et les approches pédagogiques récentes mettent toutes de l'emphase sur l'aspect social de l'apprentissage, sur le besoin de s'interconnecter ou sur la nécessité ou le potentiel associé au fait d’abattre virtuellement les murs de la classe... Pourquoi s'en priver alors que c'est si facile en 2012? Les Cégeps, comme les écoles primaires, secondaires et les universités devraient embrasser cette réalité et exploiter ce potentiel. Ça ne veut pas dire de plonger tous en même temps. Mais si quelques-uns plongent à gauche et que d'autres plongent à droite pendant que certains restent en observateur sur le bord, les jeunes apprendront comment bien utiliser ces outils en plus d'apprendre pleins d'autres choses en maths, en français, en anglais...

Voici finalement le document utilisé comme soutien visuel. Il a été réalisé avec le logiciel Inkscape (http://inkscape.org) et l'extension Sozi (http://sozi.baierouge.fr/wiki/sozi), deux applications libres. Pour visualiser la présentation, cliquez sur l'image et/ou utilisez les flèches de votre clavier pour avancer et reculer. La roulette de votre souris permet aussi de zoomer (in/out) La présentation a été testée et fonctionne avec Firefox, Chrome et Opéra.

***Crédits pour la photographie d'une mère aidant son enfant à faire du vélo dans un parc: SanFrancisco Bicycle Coalition (2007) Http://www.flickr.com/photos/sfbike/397918710/

***Crédits pour la photographie d'une ruelle: Carl Boileau (2010) http://radicarl.net/webalbum/une-question-de-point-de-vue

pgiroux

Auteur: pgiroux

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Fake news et autres

Partage de mon visuel de conférence et retour sur ma présence au colloque 2018 de l'adaptation scolaire de l'UQAC.

Lire la suite

Vos comportements en ligne comptent!

Je vais au Séminaire à Métabetchewan demain. Je rencontre les étudiants pour leur parler des réseaux sociaux, d'identité numérique, etc. C'est un message que j'ai déjà porté dans plusieurs écoles et à plusieurs reprises. Je suis d'ailleurs déjà allé il y a quelques années. Donc rien de bien neuf... Mais ce sont tout de même des choses très importantes à savoir!

Lire la suite