PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Portrait d'une société qui manque de vision?

Carte_du_Québec_au_sein_du_CanadaDurant les élections, la blogueuse Michelle Blanc a interviewé les principaux chefs politiques et j'ai pu constater, comme elle, que les technologies sont pratiquement absentes de la vision que les chefs ont du futur au Québec. Ils ne savaient même pas à quel point c'est important sur le plan économique actuellement. Je vous invite à aller écouter ces entrevues et lire les billets qui y sont associés, c'est assez parlant.

Pendant ce temps, en Estonie, les technologies, c'est du sérieux... On y apprend à coder dès 6 ans! (Début d'un ajout le jour même) Michelle Blanc parle plus en détail de l'Estonie dans son billet de ce matin. Elle explique qu'ils ont vraiment placé le numérique au coeur de leur préoccupation avec beaucoup de succès. (Fin de l'ajout le même jour)

C'est peut-être un peu trop tôt vous direz... Je vous l'accorde. D'un autre côté, ici, au même moment, on a pratiquement décidé que l'unique compétence portant sur les TIC que le programme scolaire compte n'était pas suffisamment importante pour qu'on se donne la peine de l'évaluer à l'école (quel message envoie-t-on aux enseignants?), on équipe nos classes d'une technologie déjà dépassée qui va probablement contribuer à perpétuer le paradigme dépassé de l'enseignement (centré sur l'enseignant plutôt que l'apprenant!) et on ne donne souvent qu'un ou deux cours relatifs aux TIC aux futurs enseignants que nos universités forment...

Dans cet autre article à propos de la même nouvelle, on utilise un titre assez intéressant... Guess who’s winning the brains race, with 100% of first graders learning to code? (Devinez qui gagne la course au cerveau avec 100% des jeunes de première année qui apprennent à coder?) C'est un peu exagéré comme titre, mais probablement pas autant que certains semblent le penser.

Hier, un collègue qui a récemment fait quelques voyages en Europe me laissait entendre que notre système scolaire prenait beaucoup de retard dans ce domaine. Quels en seront les impacts dans le futur?

D'un autre côté, je sais que plusieurs pays que l'on dit "en émergence" foncent dans cette direction la tête baissée, intégrant massivement les logiciels libres afin de se donner un meilleur futur...

Vous comprendrez le pourquoi de mon questionnement... La société québécoise manque-t-elle de vision au point de ne pas constater l'importance des TIC? Si ce n'est pas le cas, qu'attend-on pour réagir?

Crédits image: © Sémhur / Wikimedia Commons / CC-BY-SA-3.0 (or Free Art License) (http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Carte_du_Qu%C3%A9bec_au_sein_du_Canada.svg?uselang=fr)

pgiroux

Auteur: pgiroux

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Stephane Allaire (Ytsejamer) Stephane Allaire (Ytsejamer) ·  15 septembre 2012, 3:34:31 AM

À propos des chefs et du numérique, un seul mot: ouch!

Au sujet des cours TIC en formation des maitres: je crois qu'il est bien de conserver celui/ceux qu'on a mais le véritable enjeu à mon sens est l'intégration dans l'ensemble de la formation. Ça vaut aussi pour tout autre cours d'ailleurs. Le renforcement de la qualité de la formation initiale n'arrivera pas en ajoutant des cours, mais en amenant mieux les étudiants à faire des liens entre les cours, entre les stages, entre les cours et les stages et entre tout cela et la recherche. On a un bon travail à faire...

Patrick Giroux Patrick Giroux ·  16 septembre 2012, 9:13:41 AM

Oui... mais des fois, je manque d'idées à propos du "comment y arriver!"

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Tout ce que vous vouliez entendre (ou pas!) sur les TIC, les jeunes, l’apprentissage et l’enseignement!

Lundi le 28 mai, j'aurai une conversation-conférence avec André Gobeil (le directeur général du Cégep de Chicoutimi). Le titre dit tout!

Lire la suite

Faire le pont entre la recherche et la pratique

Je suis au Sommet du développement professionnel 2018 où j'animerai une table ronde (quatre fois en fait...) sur "Les liens entre la recherche et la pratique".

Lire la suite