PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mouvement "libre": Retour sur les propos du professeur Jacques Daignault

J'avais annoncé une conférence sur les logiciels libres, mais notre conférencier a décidé de traiter du sujet un peu plus largement. C'est plutôt du mouvement du libre et de son importance en éducation qu'il a parlé. Il fait ici référence plus largement à l'importance de libérer le savoir et la culture autant que l'outil.

M. Daignault nous a évidemment mis en contexte. Il a d'abord postulé qu'il y a deux menaces à l'éducation: le fanatisme sous toutes ses formes et l'indifférence. L'éducation serait un rempart nécessaire ou devrait être un rempart à ces menaces... M. Daignault propose dans sa conférence que le mouvement du libre peut aider l'éducation à s'imposer comme un rempart contre ces deux menaces. Dans les faits, je crois que l'existence même du mouvement du libre est nécessaire pour garder l'éducation en équilibre entre le fanatisme et l'indifférence... J'y reviendrai plus tard.

Mais qu'est-ce que le mouvement du libre?

Il explique que le mouvement du libre, à sa base, est un mouvement social complexe qui défend la connaissance comme étant un bien universel ou un bien commun auquel tous devrait avoir accès sans restriction. Pour M. Daignault, le mouvement du libre semble donc s'incarner dans le domaine du logiciel, mais il est beaucoup plus profond et large. Plus tard, il rappelle les quatre libertés qui sont au coeur du mouvement du libre, que l'on peut certainement appliqué à la connaissance:

  • la liberté d'exécuter le programme pour tous les usages (ou la liberté d'utiliser la connaissance acquise par mes ancètres...)
  • la liberté d'étudier le fonctionnement du programme et de l'adapter à ses besoins (ou la liberté d'étudier la connaissance, sa constitution et son mode de production et de l'adapter à de nouveaux besoins)
  • la liberté de redistribuer des copies du programme, ce qui implique la possibilité aussi bien de donner que de vendre des copies (ou la liberté d'enseigner ou de distribuer la connaissance, peu importe comment)
  • la liberté d'améliorer le programme et de distribuer ces améliorations au public, pour en faire profiter toute la communauté (ou la liberté d'améliorer la connaissance et de la distribuer aux autres)

Mais pourquoi défendre ainsi la connaissance?

On y pense rarement, mais la connaissance et la capacité de ce la passer d'une génération à l'autre est ce qui distingue l'humain des autres animaux, tout simplement. C'est par la connaissance et les outils que l'humain produit avec les connaissances acquises tout au long de son histoire qu'il se distingue. Le rat de laboratoire, par exemple, sait apprendre. Ce qu'il n'arrive pas à faire, ou pas aussi bien que l'homme, c'est de passer son savoirs à la prochaine génération afin qu'elle n'ait pas à tout réinventer. Dans l'état actuel de leur potentiel, chaque nouvelle génération de rat recommence plus ou moins à zéro! L'homme, au contraire, recommence plus ou moins là où la génération précédente s'est arrêtée.

Comment le mouvement du libre peut-il défendre la connaissance et, du même coup, l'éducation?

Le domaine du logiciel est un lieu où s'est produit le pire... C'est un lieu ou un domaine dans lequel on a réussi à s'approprier la connaissance et à l'embarrer derrière des lois et des mécanismes afin que personne, les propriétaires mis à part, ne puissent y accéder. Pour utiliser ce savoir et les outils qui en découlent, les non-propriétaires doivent payer un droit d'utilisation et accepter de respecter des contraintes.

Imaginer que la même chose se produise pour d'autre types de savoirs? Les mathématiques? la littérature? La chimie? La physique? La médecine?

Les propriétaires de ces connaissances pourraient interdire la production de certains outils qui découlent de ces connaissances ou, plus largement, décider qu'ils aiment le statu quo et ralentir le développement de la société et l'évolution de la race humaine...

J'exagère?

Presque pas!

Que ce serait-il passer si les religions et les interdits gouvernementaux et légaux avaient réussi à interdir l'autopsie du corps humain? Serions-nous encore ici?

M. Daignault expliquait que le mouvement du libre réagit aux tensions produites par les positions "fanatiques" ou trop extrêmes et aux manques de tensions qui résultent de l'indifférence.

Chacun à leur manière, les acteurs du mouvement du libre réagissent aux tensions qui sont créés par les fanatiques ou les défendeurs de dogmes en rappelant qu'on a le droit et le devoir de remettre en question. Ils soulignent aussi à ceux qui ont tendance à ne pas s'en soucier ou à être plutôt indifférent qu'il est dangereux de ne pas protéger la connaissance et le libre accès à la connaissance parce que nous pourrions la perdre. Nous deviendrions alors rien de plus que des rats que d'autres humains (ceux qui ont la connaissance!) pourraient utiliser dans leurs expérimentations. À ce titre, la connaissance est encore plus importante pour l'homme pour M. Daignault que l'air ou l'eau.

Lien vers la conférence: http://adobe.uqac.ca/p8bvr1t1bog/

pgiroux

Auteur: pgiroux

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Une suite bureautique qui s'adapte aux apprenants

Je dis constamment à mes étudiants qu'il faut choisir le bon outil... Qu'ils ne sont pas tous équivalents. Certains ont compris!

Lire la suite