PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les métiers non traditionnels, la formation professionnelle via la technologie...

Bonjour à toi, blogueur habitué, j'utiliserai un peu de ton espace pour pratiquer ce qui deviendra, peu à peu, notre espace partagé. J'ose espérer intégrer ces notions nouvelles à ma culture. Je connais déjà au moins un réseau social où je m'adonne parfois à un petit jeu interactif qui contient un espace pour la communication interactive appelé un «Mur», j'imagine que tu as déjà deviné de quoi je parle.

J'avoue avoir un certain penchant pour la nouveauté. L'aventure, pour moi, c'est la découverte. Comme le monde du «Net» est large, je pense que j'y trouverai bien mon nouveau dada, centré sur l'art du Blogue. Non mais sans blague? Me diras-tu...

J'ai besoin d'aventure comme d'autres de nourriture. J'ai commencé bien jeune dans un métier réservé aux hommes, grands et forts. Du haut de ma stature de cinq pieds et deux pouces, ne les oublions pas, avec des idées de romanciers j'ai pris des directions tous azimuts dans un monde parallèle. Il y avait moi, mes départs fréquents et toute une ribambelle de camionneurs. J'y ai passé ma vie avec une carrière en «dents de scie». Vacillant entre les livres et la route... l'instruction puis l'évasion... la maternité et l'ambition... le désir, le besoin et la motivation. J'ai cheminé, avancé et jamais je n'ai pu choisir, je les ai tous gardés. L'écriture, l'ouverture, l'évasion et à cela s'ajoute la technologie. Mon épanouissement pour les TIC sera révélateur d'un possible alliage de toutes mes ambitions.

Toute la vie durant, sans télévision à bord du véhicule, je lisais, j'avançais dans mes travaux. J'ai expérimenté de nouvelles façons de faire les choses. Je n'avais pas le choix, souvent c'était à cause de ma force physique qui n'était pas au rendez-vous. J'ai perdu de précieuses minutes à trouver la solution qui me sauverait les efforts démesurés, car je n'avais pas le physique de l'emploi.

J'ai fait l'enseignement maison pour les trois premières années du primaire de fiston à bord d'un poids lourd en direction du Midwest. Il est devenu spécialiste de son portable à six ans. Il pratiquait tout sur « Adibou » et les dictées sur Word. Il colorait sujet, verbe et complément en se posant les bonnes questions. C'était sa façon d'analyser les phrases. Il mettait ses questions en surbrillance pour m'en parler plus tard. Cette aisance avec l'ordinateur me fascinait grandement, autrement dit je le trouvais pas mal «HOT». On a vécu ça pendant l'année 2000. C'était l'époque de la Réforme scolaire, la technologie gagnait en importance. Le voir évoluer de la sorte me dépassait. Lui, à neuf ans il me dépassait grandement avec un portable dans les mains. Cela m'a donné un coup dans la motivation. Un besoin d'amélioration. J'étais finissante en Littérature en 2000. J'ai pris la Réforme aux mots. Les travaux d'équipes étaient ma hantise, j'ai fait de lui mon meilleur équipier. On a joint l'utile à l'agréable. Pour moi, lui enseigner, était une grande fierté. Conduire mon camion, c'était ma passion et les nouveaux horizons mon évasion. À six ans il m'a appris beaucoup de possibilités informatiques.

En 2003, j'ai commencé l'enseignement du camionnage, le DEP dans une école de conduite privée. J'ai commencé à m'initier à PowerPoint à force de l'utiliser à l'école et pour mes travaux d'université. Auparavant, j'utilisais l'«ordi» pour le traitement de texte, la messagerie électronique et très peu d'autres usages. J'ai appris à insérer des images et des fichiers dans des documents et je ne maîtrise pas tout à fait les « scan » ou la numérisation et maintenant, me voilà à découvrir «Moodle» pour le montage d'un portfolio universitaire !

J'ai pris plaisir à découvrir l'art de la BD, en 1995 lors d'un cours en Art & Lettres au collège, je me sentais de moins en moins «aniconète ». Selon Benoît Peeters, le père du mot aniconète :

... on a découvert des tribus primitives qui, n’ayant jamais été exposées aux images, se sont avérées incapables de faire le lien entre une chose représentée sur une image et son référent dans la réalité. Tout au plus y voient ils des couleurs bariolées. Des aniconètes, dirait d’eux Benoît Peeters, qui a fondé ce mot sur celui d’analphabète. Car non seulement apprend-on à lire, mais on apprend aussi à décoder les images, et ce, dès l’enfance...

Icône photo

Fruit (image trouvée ici:http://www.flickr.com/photos/pimousse3000/3408701879) Pomme verte en photo

Un peu plus tard, j'ai eu le même plaisir à apprendre la lecture de l'espagnol pour découvrir l'art poétique de nos voisins latins. Aujourd'hui, je me découvre encore de l'analphabétisme, mais, cette fois-ci, en technologies informatiques. Je me demande comment se nomme ce genre d'analphabétisme... Je n'ai pas trouvé de mot pour l'« analphabète informatique », serais-je une analphabète numérique ?

Il est à noter que ce texte respecte le « code d'éthique » et la règle sur le« plagiat ».

etu2

Auteur: etu2

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (6)

Patrick Giroux Patrick Giroux ·  21 janvier 2013, 7:36:19 AM

Très beau point de départ... Je crois que tu aimes écrire et, si je ne me trompe pas, tu vas probablement aimé et facilement comprendre à quoi peuvent servir une foule d'outils du Web 2.0.

Bon trimestre!

Suggestion de corrections: TIC est un nom féminin pluriel. Pas besoin besoin d'y ajouter un "s". Il veut toujours dire "les technologies de l'information et de la communication".

etu20 etu20 ·  23 janvier 2013, 10:50:37 AM

Wow! Quelle belle plume! C'est très agréable de vous lire! J'espère que le cours vous apportera les outils nécessaires pour réaliser vos cours avec des TIC.

etu2 etu2 ·  27 janvier 2013, 10:32:17 AM

Merci beaucoup pour les félicitations mais ce n'était qu'un essai. Je doutais de ma capacité de devenir blogueuse. Je ne suis pas certaine de vous répondre au bon endroit. Vous comprendrez donc, que je suis en expérimentation.
J'ai apporté des corrections à ce billets, sans biffer, car je n'ai pas changer d'idée mais changer la façon de les déposer dans le billets et j'avais quelques coquilles... laissées, à présent, derrière nous.
Merci encore pour les réponses, c'est «cool» l'interaction...

Patrick Giroux Patrick Giroux ·  08 février 2013, 10:58:01 AM

La prochaine fois, lorsque tu ajouteras des choses (car c'est toujours possible sur un blogue), indique les changements d'une manière ou d'une autre.

Ex.: (paragraphe ajouté le xx janvier 2013)

etu2 etu2 ·  15 février 2013, 8:54:47 PM

Merci beaucoup pour les commentaires et sachez que les TIC commencent à exercer un certain charme sur moi, ils me hantent comme un peu jusqu'au travail. Je suis à monter un programme de prévention en explorant plusieurs de vos trucs ou techniques apprises lors des mercredi.

Mon patron profite bien de ce cours, car j'apprivoise en rapport avec ce programme préventif, enfin de compte je travail soir et weekend maintenant !!!

Merci M.Patrick c'est bien agréable de greffer du nouveau dans mon vieux cerveau !!!

etu2 etu2 ·  17 février 2013, 8:34:56 AM

Comment est-ce qu'un indésirable est venu s'infiltrer dans mon lien ???

C'est comme du «chiendent» de la mauvaise herbe, alors il faut apprendre maintenant à désherber.

Merci à Akismet d'avoir filtré cet indésirable.

Bonjour.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Les choses changent!

Je suis souvent un peu désabusé par la vitesse à laquelle les choses changent (ou ne changent pas!) en éducation... J'ai souvent l'impression qu'on vraiment beaucoup de difficulté à tout aligner correctement pour créer un changement. Vous comprendrez donc que lorsque je constate un changement, ça me fait très plaisir!

Lire la suite

Une exemple SMAR + Google Apps vraiment intéressant

J'ai parlé du modèle SAMR avec mes étudiants... Voici un exemple intéressant.

Lire la suite