PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les TIC, ça peut être un DANGER…!!

De nos jours, le métier d'enseignant est un sujet délicat en ce qui concerce l'ère des médias sociaux. Avec l'ensemble des sites internet, les utilisateurs sont libre d'afficher en ligne leur propre contenu. Effectivement, avec la venue du WEB 2.0, plusieurs plates-formes servant aux réseaux sociaux sont apparues (Facebook, Twitter et youtube). Le problème avec les réseaux sociaux est que les utilisateurs n’ont souvent pas conscience à quel point les informations déposées sur ces derniers sont très publiques et consultées par des milliers d’utilisateurs en un rien de temps. Selon la "Charte canadienne des droits et libertés de la personne", il est vrai que la liberté d,expression est un droit fondamental reconnu dans notre société démocratique, mais à quel point les enseignants d'aujourd'hui sont en mesure d'avoir leur libre expression?

Depuis le 1er janvier 1994, l’article 2088 du Code civil du Québec a été dicté, obligeant tous les enseignants et enseignantes à un devoir de loyauté envers son employeur.

« 2088 : Le salarié, outre qu’il est tenu d’exécuter son travail avec prudence et diligence, doit agir avec loyauté et ne pas faire usage de l’information à caractère confidentiel qu’il obtient dans l’exécution ou à l’occasion de son travail.

Ces obligations survivent pendant un délai raisonnable après cessation du contrat et survivent en tout temps lorsque l’information réfère à la réputation et à la vie privée d’autrui. »

L.Q. 1991, C.64

Le professeur Christian Brunelle nous propose la définition suivante de ce qu’est l’obligation de loyauté :

« (…) De façon sommaire, l’obligation de loyauté implique qu’un employé agisse avec discrétion, bonne foi et fidélité et qu’il s’abstienne d’épouser délibérément une conduite qui serait préjudiciable aux intérêts ou à la réputation de l’employeur. (…)

(…) Selon l’entendement usuel, le salarié « ne doit pas s’attaquer à la réputation de son employeur ou dénoncer les pratiques qu’il n’accepte pas ou étaler sur la place publique les différend qui l’opposent à son employeur. »

Christian BRUNELLE et Mélanie SAMSON, « La liberté d’expression au travail et l’obligation du salarié : plaidoyer pour un espace critique accru », Les cahiers de droits, vol. 46, no 4, décembre 2005, p. 847-904, p. 852,853

Avec la venue de cette loi, l’enseignant (e) se doit de ne pas porter atteinte à son employeur même dans son quotidien. C’est-à-dire qu’il (elle) porte son « manteau d’enseignant (e) » 24 heures sur 24 et ce, 12 mois par années. L’enseignant joue un rôle de modèle pour la société québécoise, il est perçu dans la collectivité comme l’intermédiaire par lequel passe le message éducatif, c’est une position de confiance et de responsabilité. Alors, une perte de confiance ou de respect de la part des élèves engendre une controverse qui perturbe le fonctionnement du système scolaire.

Le juge La Forest s’exprime au nom de la majorité :

« (…) Les parents délèguent aux enseignants (es) leur autorité parentale tout en leur confiant la responsabilité d’inculquer à leurs enfants une partie majeure du bagage pédagogique qu’ils acquerront durant leur développement »

R. c. Audet, 1996 2 R.C.S. 171

Nous avons lu des jugements rendus à des enseignants dont il y a eu congédiement pour des faits qui ont eu lieu en dehors des activités scolaires et même durant la période estival. Cela faits réfléchir…

Même une photo, publier sur des réseaux sociaux par une connaissance qui aurait prise cette dernière durant une soirée bien arrosée et qui pourrait compromettre la crédibilité de l’enseignant, pourrait mener à une sanction disciplinaire ou même le congédiement. Il faut aussi garder à l’esprit que même une photo retirée du réseau à été sauvegardée par plusieurs personnes, donc elle risque de circuler pareil…

La prudence est aussi de mise en ce qui concerne l’utilisation de l’adresse courriel fournie par l’employeur, car elle sert de signature de votre part et représente par le fait même l’organisme pour laquelle nous sommes à l’emploi.

Désormais, les tribunaux admettent non seulement en preuve de plus en plus fréquemment les pages d’utilisations ou tout autres éléments tiré des divers médias sociaux, mais retiennent ces éléments contre leurs auteurs.

Il ne faut pas oublier que sur ces réseaux, vous publier votre vie ainsi que vos opinions et ces informations sont une mine d’or pour les employeurs qui veulent en apprendre sur leurs employés.

Pour conclure, voici un video pertinent avec le sujet traiter que nous vous conseillons fortement d'écouter:

Caroline Maltais (etu19) Pascal Savinsky (etu23)

Ce billet a été crée dans le respect du code d’éthique de blogueur et en suivant la procédure de rédaction pour les articles et les commentaires.

Macha Riverin Gagnon

Auteur: Macha Riverin Gagnon

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (11)

Patrick Giroux Patrick Giroux ·  25 février 2013, 11:15:25 AM

Bonjour vous deux,

Billet intéressant et bien documenté...

Il y a 2 choses distinctes dans votre billet. D'abord, on doit respecter son employeur même sur les réseaux sociaux et il ne faut pas lui causer de préjudice. C'est assez clair.

Il y a ensuite l'idée que les enseignants doivent être prudents pour ne pas briser le lien de confiance... Dans ce cas, je trouve que c'est moins évident. D'abord, les Québécois font-ils vraiment confiance aux enseignants? Ce n'est pas un emploi très valorisé après tout... Ensuite, je me demande ce que penseraient les Québécois des petits écarts de conduite des enseignants (par exemple, une photo d'enseignant dans un party avec de la boisson. ce n'est rien d'illégal après tout) si on les questionnait d'abord ou en même temps quant à leur droit à une vie privée?

Est-ce qu'il y a deux poids et deux mesures? Les enseignants doivent être sans reproches, mais pas les parents qui s’occupent des enfants le plus gros de la journée? Qu'est-ce qui est acceptable?

Qu'en pensez-vous?

Sur une note plus technique, pensez à me demander comment mettre les citations en valeur dans vos billets lors du prochain cours. Je vais vous montrer un petit truc... :-)

pascal savinsky pascal savinsky ·  26 février 2013, 6:14:05 AM

merci patrick pour les commentaires!!

moi je trouve que nous avons pas une grosse marge de manoeuvre...la société d'aujourd'hui voit l'enseignant comme une décharge à problème et à qui l'on remet la responsabilité d'éduquer leurs jeunes  «depuis qu'il va à l'école, il apprend toute sorte de niaiserie...» Donc l'image de l'enseignant est très important car les parents nous percoivent comme le «gardien» de leurs enfants et ne veulent pas confier à n'importe qui. Tout les raisons son bonnes pour dénigrer un enseignant...

Effectivement les parents peuvent avoir n'importe quel rythme de vie et c'est «correct» mais l'enseignant doit être irréprochable... non c'est pas logique mais c'est la philosophie du Québécois.

Si les étudiants perdent confiance en leurs enseignants pour une raison quelconque ou même deviennent trop «friendly», la crédibilité de ce dernier sera mise en doute et risque de perdre sérieusement le contrôle de sa classe.

pascal

etu22 etu22 ·  26 février 2013, 11:30:41 AM

J’apprécie vraiment votre article et surtout la totalité des informations qu'il m'apporte. Bravo! Cependant, sachant que cette opinion est de rigueur dans notre société, je trouve très lourde la charge du droit et sans reproche que doit être l'enseignant de nos jours. Cette attitude commune des parents renforcie par ces lois sont à mes yeux un manque d'évolution de la société à l'égard de la profession de l'enseignement. Je connais peut de gens qui choisirais en pleine connaissance de cause une profession qui doit être appliqué 24 heures sur 24 avec un salaire à quarante heures semaines seulement. Sachant d'avance votre obligation de droiture en tout temps, le jugement trop facile envers les enseignants et les obligations de clonage de l’image de l'entreprise, auriez-vous hésité avant de faire ce choix de profession ? Personnellement, oui, j'aurais pris un temps de recul avant d'avancer.

pascal savinsky pascal savinsky ·  26 février 2013, 12:49:25 PM

merci jennifer pour les commentaires!!

mais il ne faut pas prendre ca avec trop de rigueur.... je pense que le métier d'enseignant est  le plus beau métier du monde pareil!!! moi personnellement, j'aurais fais les mêmes choix. Cela ne m'empêche pas d'avancer et d'aimer ma carrière, il s'agit tout simplement d'être un peu vigilant et surtout, penser qu'il y a aussi quelques lois pour nous protéger dans certains cas!! la vivre «low profile»!!

bye

caro caro ·  02 mars 2013, 11:44:56 AM

Pour ma part, je suis entièrement d'accord à affirmer que nous devons être prudent sur les réseaux sociaux, enseignant ou pas.
Cet immense plateforme de réseautage social laisse des traces et il est important d'être informé que ce qui est mis en ligne, à autant d'impact... et n'oublions pas que les écrits restent! ;)

Il est bien de vouloir s'exprimer mais je tiens à dire qu'il n'est pas nécessaire de tout dire sur les réseaux sociaux. Il importe peu de faire savoir à tous nos amis, notre état d’âme, ou encore moins, les chicanes de couple. S'il vous plaît abstenons-nous!
Rien à foutre non plus, de lire à chaque journée que vous aimez votre chum. Les statuts Facebook (en couple, célibataire, divorcé, partenariat domestique...) sont selon moi, une information qui n'est pas essentiel d'inscrire, si la stabilité amoureuse n'y est pas. Car le changement fréquent de statut amoureux peu engendrer des "blabla" inutiles.
Aussi je crois qu'il est important de bien sélectionner les amis. A quoi bon d'ajouter une personne que l'on a parlé seulement une fois dans une soirée quelconque?

Bref, pour toutes les "catégories" (adultes, ados, classes sociales....) Soyons intelligent: Des propos raisonnés, des photos acceptable, ainsi qu'un français "respectable" sont de mise sur les réseaux sociaux.

Patrick Giroux Patrick Giroux ·  03 mars 2013, 1:27:13 PM

Soyons intelligents... Exactement! Et comme enseignants, nous devons montrer l'exemple et enseigner à des plus jeunes ou des apprenants parfois plus âgés comment se comporter en ligne. Ils faut enseigner le "savoir-publier". http://zecool.com/2012/10/03/le-sav...

Évidement, certains cours rendent cela plus facile...

etu20 etu20 ·  11 mars 2013, 8:47:00 AM
Pour ma part, je crois que l’on doit loyauté envers notre employeur et collègues en enseignement et aussi dans tous les autres corps de métiers et surtout… envers nous-mêmes! Faire les fous dans un restaurant ou crier des propos homophobes sur une place publique, on ne l’évite pas juste pour notre travail, on le fait pour nous aussi! C’est de notre réputation en tout temps dont on parle ici. Je suis bien d’accord que l’on a droit à nos croyances et manières de penser, mais peut importe quel métier on pratique dans la vie, personne n’a envie de faire rire de lui parce qu’il a montré ses fesses sur Facebook ou de se faire «battre» parce qu’il a dit des propos indécents. Alors, pensons à nous avant de penser à notre employeur. D’autre part, je considère que oui, nous sommes des modèles pour la société puisque nous sommes des enseignants! Moi, j’ai pris ce contrat en même temps que celui de ma commission scolaire. Que diriez-vous de votre directeur s’il faisait la cour à votre collègue? Où si vous voyiez votre directeur en train de se rondir les bottines sur Facebook ou en public? Que diriez-vous à son propos? En tout cas, moi, je ne dirais pas de belles choses. On est aussi de durs juges envers les enseignants de nos enfants même si nous-mêmes sommes enseignants. Comme quoi, nous demandons aussi à ceux-ci d’être des modèles. Ce que je veux dire par là, c’est que notre réputation est importante autant sur internet que dans «la vraie vie». D’ailleurs, une phrase m’a marquée durant le cours sur l’identité numérique de M. Giroux: «Il faut au moins un endroit sur le web où il y a une bonne image de nous.» J’ai donc lu récemment beaucoup de choses sur l’«e-réputation» (réputation numérique) et j’aimerais vous en faire part. Comme l’indique un article rédigé par «Nous les geeks», «il faut d’abord se protéger de soi-même, protéger son Facebook et se protéger des autres sur le web». Vous pouvez lire le billet ici (lu le 7 mars 2013). J’ai ensuite trouvé un tableau (lu le 5 mars 2013) très intéressant à propos de la maîtrise que nous avons ce qui se dit de nous sur la toile. Cet article (lu le 5 mars 2013)abonde dans le même sens que M. Giroux : «L’e-réputation peut aussi bien vous servir que vous nuire, alors il est préférable d’en garder le contrôle». Parallèlement, dans notre vie, si quelqu’un dit quelque chose de négatif contre nous, nous pourrions facilement nous défendre par la réputation que l’on a avec nos amis et nos collègues, car celle-ci est visible. Alors, pour moi, c’est la même chose pour internet. Donc, je crois qu’il est primordial d’avoir un espace à nous sur le web où nous faisons bonne figure et il existe tellement de moyens d’y parvenir que personne ne peut dire qu’il ne trouve pas chaussure à son pied. Pour les plus frileux, il y a toujours les sites web statistiques  et pour les autres, les blogues, Twitter, Facebook font parfaitement l’affaire. J’ai trouvé un excellent article de Anne Schepp qui explique comment créer et cultiver son identité numérique. À lire absolument : «Comment créer et cultiver son identité numérique? En une dizaine de slide…» (lu le 28 février 2013)

Et pour ceux qui ne veulent absolument pas être présents sur la toile, rappelez-vous bien qu’il y a sûrement quelqu’un, quelque part qui parle de vous. C’est la réalité de la génération web 2.0.

Pour terminer, un site génial sur l’identité numérique : http://ereputation.paris.fr/  (lu le 28 février 2013)

Et celui-ci proposer par M. Patrick Giroux depuis son wiki: http://www.identite-numerique.fr (lu le 28 février 2013)


Bonne lecture et à vous de vous occuper de votre E-réputation!

Patrick Giroux Patrick Giroux ·  13 mars 2013, 8:51:41 AM

Bonjour "etu20"!

Il y a plusieurs liens intéressant dans ta réflexion sur l'identité numérique... Pourquoi ne pas devenir membre du wiki sur l'identité numérique ( http://webo-id-numerique.wikispaces... ) et ajouter celles qui manquent pour le plus grand profit des prochains étudiants?

etu20 etu20 ·  13 mars 2013, 2:09:30 PM

Ce serait avec plaisir, d'autant plus que je suis en train de créer un cours pour mes étudiants sur ce sujet, mais je n'ai pas les autorisations nécessaires. D'ailleurs, 2 de vos liens ne sont plus disponibles.

Merci et bonne journée!

etu15 etu15 ·  16 mars 2013, 11:19:44 AM

Je trouve vos propos très intéressants mais surtout très perturbants d'un point de vue de société. Je suis d'accord avec le fait que les enseignants ont une réputation soit disant parfaite à protéger puisque nous sommes des figures d'autorité auprès de jeunes qui sont en constante recherche de modèle pour évoluer dans la vie. Mais je suis aussi d'avis que peut importe la profession que nous avons, le professionnalisme doit nous dicter une manière d'agir et de réagir qui préservera notre réputation auprès de notre employeur mais aussi de nos collègues et de nos étudiants dans notre cas.
Il est d'autant plus vrai que certaines personnes ne prennent pas assez de précautions pour protéger leur intimité, sans oublier ceux qui veulent bien que leur vie soit étalée sur la place publique. Nous sommes de plus en plus conscients en tant que société des risques liés à ces plateformes publiques et plusieurs continuent de prendre des risques alors ils doivent être responsables de leurs actes en temps voulu.

Moi personnellement, je ne suis pas prêt à accepter le fait que des milliers de personnes aient un accès direct sur ma vie privée et je fais ce qu'il faut pour ne pas que ça arrive. Ce qui me fait peur par contre c'est de voir que certaines choses sont faites à l'insu des victimes (photos, enregistrements, création de faux profils, etc ) et qui peuvent mener très loin, voir même briser des carrières et des vies. Bref, on se sera jamais trop informé sur les avantages et les dangers de ces nouvelles technologies et nous ne serons jamais trop prudents non plus. Alors profitons des bienfaits tout en étant conscients de nos actions et ayons le bon sens de partager ces informations avec nos enfants et nos étudiants.

etu20 etu20 ·  20 mars 2013, 7:32:44 AM

Bonjour, je remets mon billet avec une mise en page correction vous n'aurez qu'à effacer l'autre. Merci!

Pour ma part, je crois que l’on doit loyauté envers notre employeur et collègues en enseignement et aussi dans tous les autres corps de métiers et surtout… envers nous-mêmes! Faire les fous dans un restaurant ou crier des propos homophobes sur une place publique, on ne l’évite pas juste pour notre travail, on le fait pour nous aussi! C’est de notre réputation en tout temps dont on parle ici. Je suis bien d’accord que l’on a droit à nos croyances et manières de penser, mais peut importe quel métier on pratique dans la vie, personne n’a envie de faire rire de lui parce qu’il a montré ses fesses sur Facebook ou de se faire «battre» parce qu’il a dit des propos indécents. Alors, pensons à nous avant de penser à notre employeur. 

D’autre part, je considère que oui, nous sommes des modèles pour la société puisque nous sommes des enseignants! Moi, j’ai pris ce contrat en même temps que celui de ma commission scolaire. Que diriez-vous de votre directeur s’il faisait la cour à votre collègue? Où si vous voyiez votre directeur en train de se rondir les bottines sur Facebook ou en public? Que diriez-vous à son propos? En tout cas, moi, je ne dirais pas de belles choses. On est aussi de durs juges envers les enseignants de nos enfants même si nous-mêmes sommes enseignants. Comme quoi, nous demandons aussi à ceux-ci d’être des modèles. Ce que je veux dire par là, c’est que notre réputation est importante autant sur internet que dans «la vraie vie». 

D’ailleurs, une phrase m’a marquée durant le cours sur l’identité numérique de M. Giroux : «Il faut au moins un endroit sur le web où il y a une bonne image de nous.» J’ai donc lu récemment beaucoup de choses sur l’«e-réputation» (réputation numérique) et j’aimerais vous en faire part. Comme l’indique un article rédigé par «Nous les geeks», «il faut d’abord se protéger de soi-même, protéger son Facebook et se protéger des autres sur le web». Vous pouvez lire le billet ici. J’ai ensuite trouvé un tableau très intéressant à propos de la maîtrise que nous avons ce qui se dit de nous sur la toile. Cet article abonde dans le même sens que M. Giroux : «L’e-réputation peut aussi bien vous servir que vous nuire, alors il est préférable d’en garder le contrôle». 

Parallèlement, dans notre vie, si quelqu’un dit quelque chose de négatif contre nous, nous pourrions facilement nous défendre par la réputation que l’on a avec nos amis et nos collègues, car celle-ci est visible. Alors, pour moi, c’est la même chose pour internet. Donc, je crois qu’il est primordial d’avoir un espace à nous sur le web où nous faisons bonne figure et il existe tellement de moyens d’y parvenir que personne ne peut dire qu’il ne trouve pas chaussure à son pied. Pour les plus frileux, il y a toujours les sites web statistiques  et pour les autres, les blogues, Twitter, Facebook font parfaitement l’affaire. J’ai trouvé un excellent article de Anne Schepp qui explique comment créer et cultiver son identité numérique. À lire absolument : «Comment créer et cultiver son identité numérique? En une dizaine de slide…»

Et pour ceux qui ne veulent absolument pas être présents sur la toile, rappelez-vous bien qu’il y a sûrement quelqu’un, quelque part qui parle de vous. C’est la réalité de la génération web 2.0.

Pour terminer, un site génial sur l’identité numérique : http://ereputation.paris.fr/

Et celui-ci proposer par M. Patrick Giroux depuis son wiki: http://www.identite-numerique.fr

Bonne lecture et à vous de vous occuper de votre E-réputation!

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Fake news et autres

Partage de mon visuel de conférence et retour sur ma présence au colloque 2018 de l'adaptation scolaire de l'UQAC.

Lire la suite

Vos comportements en ligne comptent!

Je vais au Séminaire à Métabetchewan demain. Je rencontre les étudiants pour leur parler des réseaux sociaux, d'identité numérique, etc. C'est un message que j'ai déjà porté dans plusieurs écoles et à plusieurs reprises. Je suis d'ailleurs déjà allé il y a quelques années. Donc rien de bien neuf... Mais ce sont tout de même des choses très importantes à savoir!

Lire la suite