PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le web 2.0 dans toute sa splendeur

Vous vous demandez qu’est-ce que le web 2.0 ? Et bien, regardez dans quel monde technologique nous vivons et vous aurez votre réponse.

WEB 2.0

Le web 2.0 est un changement technologique, un nouveau réseau d’interaction sociale, une nouvelle génération d’internet centrée sur une participation plus active des internautes. Ceux-ci deviennent plus actifs sur le web. Ainsi, ils sont producteurs et diffuseurs de leurs propres informations. C’est donc l’internaute lui-même qui contrôle le contenu de ce qui se trouve sur les sites. Prenons par exemple, les réseaux sociaux, Twitter et Facebook, YouTube, sont des exemples de sites que l’internaute a entièrement le contrôle sur ce qu’il partage et dépose. Le travail ne se fait pas sur l’ordinateur, mais dans le serveur. « Le web 2.0 donne aux gens la possibilité de trouver, d’organiser, de partager et de créer de l’information d’une manière à la fois personnelle et accessible (internetactu, visité le 4 mars) ».

En comparatif, le web 1.0, datant de quelques années déjà, « c’était le gouvernement et les grosses compagnies qui avaient le contrôle pour des contenus consultatifs seulement. Donc l’internaute, dans ce web, ne pouvait pas apporter sa contribution au contenu (mce.gouv, visité le 4 mars) ».

Maintenant, rentrons dans le vif du sujet en parlant du web 2.0 et de ses applications que nous avons tendance à sous-estimer, mais qui peuvent être très utiles quand elles sont utilisées à bon escient. Peut-être avez-vous votre idée déjà établie, mais prenez le temps d’y réfléchir en lisant ces lignes.

Facebook

Commençons par « les réseaux qui facilitent le partage d’intérêts communs, de photos, de musique, de vidéos, avec un réseau d’amis plus ou moins étendu, soit l’effet du Facebook, Twitter, YouTube, etc. (mce.gouv, visité le 4 mars) ». Rares sont ceux pour qui ces mots sont inconnus. Peut-être qu’entendre le mot Facebook vous fait grimacer, vous pensez que c’est seulement un réseau que tout le monde y raconte leur vie, que c’est trop public, etc. Laissez de côté vos préjugés et essayez de voir le bon côté des choses. Facebook est un excellent moyen pour garder contact avec des amis, des personnes de longue date. Pour communiquer rapidement malgré la distance, c’est très efficace. Si vous avez à organiser une fête ou une rencontre, l’outil qui permet de créer un évènement vous sera très utile. De plus, vous pouvez suivre les réponses de chaque personne invitée avec leurs commentaires, leurs questions, qui peuvent aussi être bénéfiques pour les autres. Également, si vous cherchez à savoir l’opinion de vos amis sur un produit, vous êtes à la bonne place. Toutefois, comme chaque site, il y a des inconvénients. C’est bien important de ne pas être trop public dans ce type de réseau social, car tout le monde y a accès, donc il faut faire très attention aux photos et aux commentaires qu’on y met, même si vous pensez que votre compte est privé. Vous devez laisser une bonne image de vous.

Twitter

Ensuite, pour ce qui est du réseau social Twitter, il est très semblable à Facebook. Dans ce réseau, vous suivez les personnes qui vous intéressent seulement. Il permet de laisser des messages courts et directs, car les caractères sont limités à 140. Tout comme Facebook, c’est un outil très efficace pour communiquer rapidement et c’est un excellent réseau de collaboration.

Il est important de préciser que les réseaux sociaux ne sont pas mauvais dans le domaine de l’éducation. Il faut s’enlever de la tête l’idée que c’est inutile. Voyez toutes les caractéristiques de ces réseaux sociaux comme des avantages et des outils bénéfiques pour les répéter en classe par la suite. Par exemple, pour créer un contact avec les étudiants, pour partager des informations et pour rechercher l’opinion des élèves, c’est un très bon moyen. De plus, les jeunes d’aujourd’hui sont très à l’aise avec les technologies et les réseaux sociaux, alors pourquoi ne pas les utiliser à bon escient?

Aussi, dans ce monde du web 2.0, il existe des applications qui permettent aux personnes d’un même réseau de travailler en commun sur un même document. Cela s’appelle des wikis. Chaque personne utilise le même document, mais à différent moment. « Ils ont été conçus surtout pour des usages internes, pour partager entre employés des connaissances acquises pour faciliter la gestion du savoir et pour regrouper des idées. (mce.gouv, visité le 4 mars) »

Google Drive

En parallèle aux wikis, nous avons découvert une merveilleuse application qui s’appelle Google Drive. Dans le cadre d’un monde de travail comme le secrétariat, l’outil a été très utile. Cela s’explique par le fait que cette application est semblable aux logiciels comme Microsoft Word, Excel, PowerPoint, mais sans les outils de mise en page et d’autres outils moins utilisés, c’est une base. D’ailleurs, Alexandra (etu1) et sa collègue de travail ont utilisé Google Drive pour les permettre de travailler en commun sur le même document. Elles ont importé un fichier Excel et ont travaillé toutes les deux sur le même document, sans que ce soit compliqué au niveau du suivi des modifications. C’est également possible de partager votre document et donner les droits que vous voulez aux autres personnes. Par exemple, de consulter le document et non de le modifier ou vice-versa. C’est très efficace quand nous devons travailler en collaboration dans un même document, car ce n’est pas possible avec Microsoft. De plus, si vous désirez laisser des commentaires et y répondre, c’est possible. C’est une application très intéressante. En salle de classe, l’application peut être utilisée pour que les étudiants partagent des informations, travaillent en équipe et ce, pas tous au même moment. Pour eux c’est très pratique, car c’est gratuit et les élèves peuvent avoir accès partout où ils se trouvent.

Par la suite, voici quelques outils du web 2.0, où vous pouvez « stocker » une tonne d’informations sans remplir vos ordinateurs!

Diigo

C’est un logiciel qui garde en mémoire des informations directement sur le web. Il est d’abord gratuit, mais vous pouvez avoir la version payante si vous voulez en avoir davantage. Il sert principalement à l’indexation des ressources en ligne avec des mots-clés (tags) et celui-ci peut devenir une bibliothèque publique; ce qui peut vous permettre d’avoir des bibliothèques collectives. On dit de Diigo qu’il est « socialbookmarking ». « Le « social bookmarking » (en français « marque-page social », « navigation sociale » ou « partage de signets») est une façon pour les internautes de stocker, de classer, de chercher et de partager leurs liens favoris. Dans un système ou un réseau de « bookmarking » social, les utilisateurs enregistrent des listes de ressources Web qu’ils trouvent utiles. Ces listes sont accessibles aux utilisateurs d'un réseau ou d’un site web. D’autres utilisateurs ayant les mêmes centres d’intérêt peuvent consulter les liens par sujet, catégorie, étiquette ou même de façon aléatoire. En dehors des favoris Web, on peut trouver d’autres services spécialisés sur un sujet particulier (alimentation, vins, livres, vidéos, commerce en ligne, cartographie, etc.) (Wikipédia, visité le 5 mars 2013) ». Pour certains, il a un petit défaut, il est en anglais. Cependant, le nombre de mots sur cette page n’empêche pas une utilisation efficace pour les francophones. Nous pourrions même dire qu’il permet d’apprendre quelques mots en anglais. Il s’installe aussi dans la barre d’outils de votre navigateur et est donc très facile à retrouver parmi votre multitude de programmes sur votre ordinateur. Diigo vous permet entre autres de sauvegarder vos liens, de surligner ce que vous trouvez important directement sur le site, apposer des notes autocollantes (stickies) et même d’envoyer vos liens par courriel à vos amis ou connaissances. Cependant, petit bémol selon nous, la publicité qui se retrouve dans la version gratuite est désagréable.

Pearltrees

Il ressemble beaucoup à Diigo, mais on remarque que le graphisme a été énormément étudié, probablement pour attirer ceux qui préfèrent avoir un visuel attrayant. Pearltrees, comme son nom l’indique, fonctionne sous la forme de perles. La première vous représente et les autres représentent vos champs d’intérêts dans lesquels vous y joignez vos sites préférés par rapport à ce sujet. Tout ceci finit par créer une sorte d’arbre gigantesque, surtout si vous avez plusieurs passions. Tout comme Diigo, il sert à organiser vos sites web et à créer des réseaux de centres d’intérêt. Vous pouvez également partager vos perles et même contribuer à celle des autres. Petit bémol, puisque les créateurs ont misé sur le graphisme, nous trouvons dommage que l’on ne puisse pas changer les images de nos perles, selon le champ d’intérêt dans la version gratuite (on peut le faire dans la version payante). Il est aussi plus difficile de retrouver nos liens que sur Diigo (le moteur de recherche, recherche sur…internet et non dans notre Pearltrees). En fait, c’est ce qui a fait en sorte que Marie-Chantale (etu20) est revenue vers Diigo. Cependant, nous vous conseillons d’avoir tout de même un compte, parce qu’aux deux semaines environ, le site de Pearltrees vous envoie des suggestions de « chaînes » Pearltress qui ont rapport avec le nom de vos perles et qui sont souvent très pertinentes par rapport à vos intérêts.

Blogue

En plus de pouvoir y mettre des liens internet, des photos, des articles et tout ce qu’il est possible de retrouver sur le web et sur votre ordinateur, vous pouvez interagir avec d’autres internautes sur les sujets qui vous passionnent. Comparativement aux marques pages sociales, les articles (ou billets) sont placés de façon ante-chronologique, c’est-à-dire, que le billet le plus récent affiche en premier sur le blogue. Puisque dans un blogue nous partageons nos idées, avoir un blogue peut même vous faire changer d’idée sur certains sujets et c’est là le plaisir de la chose selon nous. Cependant, les conversations doivent se faire dans le respect mutuel et vous devez répondre à vos hôtes dans un délai raisonnable. Vous avez peur que certaines personnes viennent vous embêter? Eh bien, les « trolls » sont interdits sur les blogues (ils ne sont pas appréciés partout sur le web). Vous pouvez donc effacer leurs messages ou publicités s'ils ne sont pas faits dans les règles de l’art.

Voici quelques endroits pour créer votre blogue : Wordpress : Avec celui-ci, on peut acheter notre URL à peu de frais. Vous pouvez simplement utiliser les plateformes disponibles et jouer au programmeur, car il est possible de le faire. D’ailleurs, il est maintenant en français! Overblog : Il y a beaucoup de personnes qui l’utilisent et il est très facile à employer aussi. Il faut tout de même faire un certain apprentissage avant de pouvoir l’utiliser pleinement (comme tous les autres blogues).

Voici un article de commentcamarche, très intéressant si vous voulez approfondir le sujet : http://www.commentcamarche.net/faq/2647-comment-creer-un-blog (visité le 3 mars 2013)

Evernote

Selon Marie-Chantale (etu20), c’est un coup de cœur absolu. Il s’agit d’Evernote. Tout d’abord, le graphisme est impeccable (c’est important pour une fille) et les fonctions y sont très nombreuses. Pour en nommer que quelques-unes, il y a la sauvegarde des adresses de sites web, la capture d’article de la dimension voulue (on peut jouer amplement avec les dimensions), tout en gardant les liens actifs sur la page web, le chargement de photo, de document et la synchronisation possible sur internet, sur votre ordinateur et sur votre portable. Vous pouvez même partager vos notes et les envoyer très facilement par courriel. Il y a aussi l’application Skitch avec laquelle vous pouvez annoter, mettre des flèches et des formes sur vos images, dessins ou articles. Une autre fonction géniale pour ceux qui ont des tablettes avec stylets, Penultimate qui complète parfaitement le Skitch. Dans un autre ordre d’idée, les gens d’affaires aimeront Evernote Hello qui est une très belle solution pour éviter d’avoir les poches remplies de cartes professionnelles et aussi pour garder toutes les informations pertinentes des gens rencontrés. Une autre fonction qu’elle a bien aimée, c’est l’Evernote food pour les appareils mobiles, tablettes et cellulaires. Quand vous avez en votre possession tellement de livres de recettes, que vous ne retrouvez même plus celles que vous avez aimées, alors voilà une belle solution pour tout ranger vos recettes favorites en un seul endroit! Cependant, vous pouvez faire toutes les actions nommées ci-haut avec l’Evernote de base, mais Marie-Chantale (etu20) aime bien ces fonctions « à côté » qui sont tout à fait geek. Petit défaut (eh oui, il en faut un), le nombre d’espaces pour enregistrer nos données est de 60 Mb. Pour en avoir plus, il faut passer la version premium. Bref, Evernote ressemble à Dropbox mélangé avec un Diigo. Un genre d’hybride que l’on peut transporter n’importe où et où l’on peut mettre des adresses web, des images, des vidéos et pouvoir les retrouver avec des mots clés tirés de son propre cru.

Alexandra Bolduc et Marie-Chantale Pelletier, auteures

etu20

Auteur: etu20

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (5)

etu10 etu10 ·  20 mars 2013, 5:06:35 PM

Bravo!
Un très beau billet bien construit et très instructif, qui résume bien tous les outils suggéré en classe. Un aide mémoire qui me sera utile si jamais j'ai un blanc de mémoire concernant leur fonction ainsi que leurs avantages et leurs limites. C'est facile de s'y perdre et d'être étourdi lorsque le choix des outils est grand.

Merci pour cette synthèse! et encore Bravo pour votre excellent billet!

Marie-Chantale Pelletier Marie-Chantale Pelletier ·  20 mars 2013, 6:44:43 PM

Merci beaucoup pour ce beau commentaire! Je suis très heureuse, d'autant plus qu'il vous servira dans le futur!

Alexandra Alexandra ·  21 mars 2013, 8:58:51 AM

Merci ! C'est très gentil comme commentaire ! Très contente que vous puissiez l'utiliser si vous avez un blanc de mémoire qui fait surface.
Nous avons essayé de faire un bref bilan des outils que nous avons aimés utiliser!

etu10 etu10 ·  21 mars 2013, 7:35:52 PM

Et bien, Alexandra et Marie-Chantale, je vais sûrement utiliser le fruit de vos efforts pour en faire profiter à mes collègues au travail qui ne sont pas à laise avec la techno. Ce sera vraiment utile comme aide mémoire, la synthèse est concise et c'est facile de s'y retrouver.

Au plaisir de vous lire à nouveau!

Etu 21 Etu 21 ·  07 avril 2013, 4:56:26 PM

Votre billet est très pertinent. Le web 2.0 c’est gros, c’est même immense et peut se révéler très complexe pour quelqu’un comme moi. À part facebook, tout cela était à peu près inconnu pour moi. J’ai bien aimé faire un survol de tous ces outils qui nous pousse à vouloir en savoir encore plus et qui nous démontrent combien de choses intéressantes on peut faire avec toute cette nouvelle technologie, c’est incroyable!!!
À travers la lecture de ce billet, vous avez même réussi à modifier mon opinion qui était assez négative sur facebook. Je reste tout de même perplexe, mais je commence à y voir de plus en plus de positif comme, prendre des nouvelles de vieux amis, rester en contact avec la famille lointaine ou encore organiser des rassemblements divers. Avec la lecture de votre billet, j’ai pris le temps d’aller consulter ce qui se passait sur ce site et d’après ce que j’ai vu, je trouve intéressant de voir que les gens écrivent des choses, la plupart du temps positives, cela fait changement de lire le journal local ou encore de prendre les nouvelles à la télévision pour ne voir que des évènements négatifs.
Votre billet révèle beaucoup de connaissances sur le web qui sont à la fine pointe de la technologie. Merci de nous avoir fait partager tout cela…

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Les choses changent!

Je suis souvent un peu désabusé par la vitesse à laquelle les choses changent (ou ne changent pas!) en éducation... J'ai souvent l'impression qu'on vraiment beaucoup de difficulté à tout aligner correctement pour créer un changement. Vous comprendrez donc que lorsque je constate un changement, ça me fait très plaisir!

Lire la suite

Une exemple SMAR + Google Apps vraiment intéressant

J'ai parlé du modèle SAMR avec mes étudiants... Voici un exemple intéressant.

Lire la suite