PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Annonce à propos des logiciels libres - Lettre au Député Bédard

(Cette lettre a été envoyée au Député Bédard ce matin, via son site Web. J'espère qu'il la lira personnellement...)

Bonjour M. Bédard!

Je me présente, Patrick Giroux, professeur à l'UQAC. J'enseigne les cours en technologies éducatives dans les programmes de formation à l'enseignement et, accessoirement, je suis un sincère partisan des logiciels libres et j'en fais la promotion dans mes cours. Je fais aussi de la recherche en lien avec les technologies éducatives en collaboration avec des conseillers pédagogiques et des enseignants de la région. Je suis aussi le professeur d'université qui se promène depuis plus d'un an dans les écoles du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour former les jeunes et assister les enseignants, les directions et les éducateurs spécialisés en regard des réseaux socionumériques. Accessoirement, je suis le père de deux adolescentes qui fréquentent deux institutions différentes de notre réseau scolaire. Comme vous pouvez le voir ici (http://pedagotic.ca/?post/2011/11/12/Logiciel-libre-message-%C3%A0-ceux-qui-me-repr%C3%A9sentent), ce n'est pas la première fois que je me manifeste auprès d'un député pour communiquer mon opinion ou poser des questions à propos des logiciels libres. Suite à ce courriel, j'avais d'ailleurs été reçu par le député Gaudreault pour en discuter.

Commençons par les fleurs... Je vous félicite pour les mesures annoncées à propos des logiciels libres. J'espère que le CELL réussira à dynamiser ce milieu. Je m'inquiète depuis longtemps de voir des pays en émergence miser à fond sur l'informatique et les logiciels libres alors que nous sommes plus ou moins "au neutre" et favorisons toujours le statuquo. Le changement fait peur! Votre décision est donc courageuse et la création d'un "accélérateur technologique" est importante. Il ne manquera cependant pas de gens pour critiquer cette décision qui auront comme seules réelles motivations la peur de devoir changer leurs habitudes et la nécessité d'apprendre à faire différemment. Je le sais, car j'y suis confronté à chaque semaine dans mes cours. J'y reviendrai plus tard...

J'apprécie particulièrement les mesures qui touchent l'éducation. La plus importante de toutes est la suivante:

Concertation avec le réseau de l'éducation afin de favoriser l'utilisation des logiciels libres dès le plus jeune âge dans les écoles, d'adapter les programmes de formation collégiale et universitaire en introduisant une formation spécifique sur le logiciel libre et d'identifier les occasions d'utilisation du logiciel libre dans ce réseau;

C'est la mesure la plus importante que vous avez annoncée selon moi et, probablement, celle qui sera la plus difficile à mettre en oeuvre...

Pourquoi est-ce la plus importante? Parce que c'est à l'école que tout commence! C'est là que nous avons découvert les logiciels propriétaires, c'est là que nous avons développé des habitudes d'usage, c'est là que nous avons formé des techniciens et des ingénieurs spécialistes "Windows" ou "MAC", c'est là que nous avons enseigné aux futurs parents à utiliser les logiciels propriétaires. Conséquemment, toutes ces personnes ont intégré ces outils à leurs modes de vie, leurs travaux, leurs habitudes et les ont présentés à leurs enfants... Avec le temps, nous avons appris à être tellement confortables dans nos pantoufles "propriétaires" que nous avons presque oublié l'existence d'autres choses. Lentement, la société québécoise s'est enlisée dans un cercle vicieux. L'école forme la société de demain à l'utilisation des logiciels privateurs de libertés et se retrouve ensuite coincée, obligée d'embaucher des enseignants, techniciens, analystes et directeurs qui ne connaissent rien d'autre. Amorcer un changement dans le milieu scolaire est donc important, puisque l'école peut être un important moteur de changements à long terme.

Par contre, je préfère vous dire que ce sera difficile de changer le monde scolaire. D'abord parce que les enseignants et les autres acteurs du monde scolaire ont beaucoup trop été bafoués et "barouettés" depuis 15 ans. On leur a imposé des dizaines de changements radicaux plus ou moins importants sans vraiment planifier et organiser la mise en place de ces changements correctement. On leur a imposé des choses auxquelles ils ne croyaient pas et, cela, sans vraiment les consulter ni les former suffisamment. Le manque de vision, de cohérence, de planification et de compréhension de la "chose éducative" ou de la situation réelle dans les écoles dont les gouvernements ont tour à tour fait preuve les a un peu brulés selon moi. Certains ont probablement eu l'impression d'être devenus des quantités négligeables, des acteurs secondaires d'une scène que l'on peut carrément ignorer même si en vérité la scène qui se joue parle carrément d'eux! L'attitude du gouvernement a probablement un peu fait tache d'encre et s'est transmise aux parents. Si nos leadeurs n'accordent pas de crédit ni de respect aux enseignants dans leurs actions et leurs gestes, à quoi peut-on s'attendre d'autre des parents? Dans ce domaine, par contre, c'est peut-être l'inverse qui s'est produit. Dans les faits, cependant, ça ne change pas vraiment les choses. Les enseignants, les techniciens et les autres acteurs de l'éducation accueilleront probablement assez froidement ces changements dans les écoles. Voyez-vous, en plus d'avoir été un peu échaudés par les gouvernements successifs et leurs décisions, les acteurs du monde scolaire sont comme les autres québécois et ils n'aiment pas vraiment le changement en matière d'informatique. Les utilisateurs Windows restent en Windows et les irréductibles "Maceux" ne jurent que par les produits Apple. Mes étudiants ne manquent pas une occasion de m'expliquer que c'est bien beau les outils libres que je leur présente, qu'ils comprennent les avantages associés à ces outils et leur pertinence, mais qu'ils ne peuvent pas les utiliser parce qu'untel ne connait pas les logiciels libres ou parce qu'il est impossible de changer la manière de faire de tout un groupe qui résiste ou parce qu'ils sont les seuls à se battre pour le changement. Bref, ce n'est pas gagné d'avance! Évidemment, ce n'est que mon opinion...

Pourtant, je crois que ces changements sont importants. Je ne dis pas qu'il faut tout changer et totalement se débarrasser des logiciels "propriétaires"... En technologies éducatives, le "statut" d'un outil n'est jamais blanc ou noir, c'est toujours gris. En bref, ça dépend toujours du contexte. Comme société, nous avons beaucoup à gagner de nous ouvrir aux logiciels libres. De plus, comme moi et une collègue de l'Université Laval l'avons déjà écrit dans la revue de la Fédération québécoise des directions d'établissement d'enseignement (http://fqde.qc.ca/revue-fqde/resume-de-ledition-printemps-2012/comment-les-logiciels-libres-peuvent-faire-une-difference/), les logiciels libres ont définitivement des valeurs communes avec le système éducationnel québécois et peuvent certainement contribuer à faire une différence positive. Néanmoins, la concertation et les actions en milieu scolaire seront difficiles à opérer et concrétiser. Que ces changements soient nécessaires, positifs ou bons pour l'éducation et la société n'aura que peu d'impact au final... Ça dépendra beaucoup plus du doigté du gouvernement, de son attitude et de sa patience. Il faudra planifier, expliquer, former, convaincre, adapter aux besoins particuliers de chacun, accompagner tout en respectant les différents rythmes individuels... Vous savez, exactement ce que l'on demande aux enseignants de faire quotidiennement!

Voyons si vous pourrez donner l'exemple!

Toute cette lettre ne présente que mon opinion, mais je crois que l'éducation a trop souffert de l'improvisation et des décisions politiques des dernières années pour que cet important changement soit facile. Malgré tout, j'aimerais me porter volontaire... Si vous avez besoin d'aide en ce qui a trait au volet "éducatif" de vos mesures, je suis volontaire pour m'impliquer aussi longtemps que je sentirai que les changements et les gestes proposés sont positifs pour l'éducation.

Cordialement,

PAt :-)

Référence de la citation: http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/communiques/GPQF/Mars2013/19/c5942.html

pgiroux

Auteur: pgiroux

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Une suite bureautique qui s'adapte aux apprenants

Je dis constamment à mes étudiants qu'il faut choisir le bon outil... Qu'ils ne sont pas tous équivalents. Certains ont compris!

Lire la suite