PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Bilan positif de l'apprentissage des TIC!

Pour ma part je dirais que le cours de technologies de l’information et de la communication a été très bénéfique à plusieurs niveaux. C’est un cours très pertinent et intéressant quand tu aimes la nouveauté, quand tu veux être dernier cri des différentes technologies et quand tu désires te performer à maîtriser tout ce que tu vois et entends. Bien entendu, ce n’est pas tout le monde qui en trouve la pertinence, le temps et le besoin. Mais chaque personne peut trouver une convenance dans son domaine ou tout simplement dans ses passe-temps. C’est certain que c’est très difficile de suivre un cours sur les technologies, étant donné que personne n’est à la même place, mais chacun va à son rythme et ça fonctionne bien. Ce cours m’a permis d’apprendre, d’essayer et de savoir les forces et les faiblesses de chaque nouvel apprentissage, tant au niveau professionnel que personnel.

Pour commencer au niveau professionnel, j’ai pu expérimenter Google Drive dans le cadre de mon travail, soit celui du secrétariat. Ma collègue et moi avons utilisé la feuille de calcul pour entrer des données et faire des calculs en collaboration, sans avoir de suivi de modifications trop complexe comme dans Microsoft Office, c’était très simple. Nous avons trouvé cela très pratique. Je n’ai pas essayé les autres applications, comme le traitement de texte, mais je ne suis pas inquiète que je ne tarderai pas à l’utiliser. Dans une salle de classe, quand je serai enseignante, c’est certain que je vais leur montrer, car pour eux, pour faire des travaux d’équipe, c’est très utile. Ça leur permet de l’avoir partout et de partager des informations en collaboration. Cependant, il ne faut pas qu’ils soient trop de monde en même temps, car c’est limité. Tout de même, je suis sûre que les élèves de secrétariat vont adorer. Ensuite, il y a Etherpad que je voudrais leur faire connaitre. Je leur ferais un questionnaire sur le système d’exploitation ou sur tout autre sujet et ils pourront tous y répondre instantanément, voir ce que les autres ont répondu, corriger s’ils ont une meilleure réponse, etc. Mais sur Etherpad aussi, il ne faut pas qu’il soit trop de monde, car ça peut devenir très chaotique. Bien entendu, ces deux applications ne sont pas des logiciels de mise en page, mais bien de collaboration instantanée. Je pourrais même leur faire utiliser des wikis, pour qu’ils y regroupent leurs idées. Chaque personne peut l’utiliser dans son chez soi, s’ils pensent à quelque chose et ce, tous à différents moments.

Nous avons pu expérimenter Adobe Connect dans le cours d’initiation pour faire des cours à distance. J’ai beaucoup apprécié l’idée. C’est très profitable pour des gens qui ne peuvent y assister. Par contre, j’ai découvert que c’est très difficile de se concentrer à seulement écouter le cours, nous voudrions faire plein de choses en même temps. Toutefois, je ne serais pas inquiète de l’utiliser, car il est très simple. Malgré le fait qu’il ne soit pas gratuit, tu peux clavarder, poser des questions et partager ton écran et les documents nécessaires, donc c’est très accessible. Dans le cadre d’un cours plus théorique ou d’une réunion d’affaires, le contexte est applicable, car les gens peuvent participer comme s’ils y étaient. Le fait de ne pas être dans une salle de classe peut d’ailleurs être motivant pour des élèves.

Dernièrement, en cours, nous avons vu les codes QR. Je tenais à en parler dans ce billet, car j’ai trouvé ça très intelligent et intéressant pour utiliser en classe. Pour être plus précise, « un code QR est un type de code-barres en deux dimensions constitué de modules noirs disposés dans un carré à fond blanc. L'agencement de ces points définit l'information que contient le code. QR, l’abréviation de Quick Response, signifie que le contenu du code peut être décodé rapidement après avoir été lu par un lecteur de code-barres, un téléphone mobile, un smartphone, ou encore une webcam. Son avantage est de pouvoir stocker plus d'informations qu'un code à barres, et surtout des données directement reconnues par des applications, permettant ainsi de déclencher facilement des actions comme : naviguer vers un site internet, regarder une vidéo en ligne ou un contenu multimédia, déclencher un appel vers un numéro de téléphone ou envoyer un SMS, envoyer un courriel, montrer un point géographique sur Google Maps, afficher un texte ou rédiger un texte libre (sa version la plus grande permet d'inclure un texte d'environ 500 mots), etc. » (www.wikipedia.ca, Code QR, visité le 18 avril 2013). Ce qui est fascinant c’est que tu peux toi-même, créer des codes QR, donc si tu veux écrire des notes de cours, ajouter du contenu à un livre moins récent, c’est possible. J’aimerais créer des codes QR, par exemple, un vidéo à écouter ou des notes à lire et leur donner comme devoirs, donc c’est plus motivant pour eux de savoir que pour faire leurs devoirs à la maison, ils vont utiliser leur gadget avec lequel ils passent la majorité de leur temps. Ils n’auront donc plus de raisons pour ne pas avoir fait leurs devoirs, étant donné qu’ils ont pratiquement tous un cellulaire dans leur poche!

Ensuite, si je peux me permettre, plus tard en tant qu’enseignante, j’aimerais conscientiser mes élèves par rapport à l’identité numérique et les réseaux sociaux. En premier lieu, l’identité numérique pour qu’ils soient conscients des dangers de laisser des traces partout sur le web. On peut être naïfs parfois, et penser qu’il n’y a pas de conséquences à être sur le web, mais au contraire. Plus ça va et plus l’identité numérique prend de l’ampleur avec les années. On laisse des traces partout, elles s’accumulent et deviennent très nombreuses, soit, les mots de passe que l’ont écrit, le nom d’utilisateur, les commentaires que nous laissons, les photos, les blogues, quand nous consommons sur Ebay, l’adresse IP, etc. Il faut avoir une bonne réputation numérique, car n’importe qui nous connait et les traces que nous laissons ne disparaitront pas. Je suis très consciente que les gens veulent se distinguer sur les réseaux, mais il faut être prudent, car il ne faut pas négliger le fait que le web est un endroit public et non privé, c’est numérique et non virtuel. Je voudrais que mes élèves sachent comment les utiliser intelligemment, donc il suffirait d’être plus présente en tant qu’enseignante, d’utiliser mon jugement et de le transférer aux étudiantes par la suite.

En deuxième lieu, les réseaux sociaux, par exemple Facebook, je souhaiterais vraiment qu’ils comprennent que c’est public, malgré tout ce qu’ils peuvent dire. Ils peuvent penser qu’étant donné qu’ils ont coché toutes les petites cases pour dire qu’ils voulaient que leur profil soit privé, ce n’est pas le cas. Tout le monde peut te voir. De mon côté, j’aimerais les conscientiser sur le fait que de nos jours, les employeurs, les gens en ressources humaines, vont sur Facebook de plus en plus, pour voir à quelle personne ils ont à faire avant de l’engager. Dans le même ordre d’idée, dans le cadre du cours de secrétariat, la majorité des élèves sont des filles et sans généraliser, il y a quelques filles qui peuvent laisser des photos d’eux, disons-le un peu osées. Donc simplement leur faire comprendre que leur avenir est peut-être en jeu pour des photos, qui pour elles, sont très belles, mais ce n’est pas la place pour les mettre. Cependant, tout compte fait, en classe, Facebook peut être très utile pour communiquer rapidement avec les étudiants et partager des informations pertinentes. Même pour eux, dans le programme de bureautique, dans le contexte du cours d’organisation d’évènements, cela peut être très efficace pour créer leur évènement, inviter des gens à y participer et faire la publicité.

Pour continuer, au niveau personnel, j’ai découvert la syndication RSS. D’ailleurs, je ne connaissais pas l’existence de cette application du web 2.0 et maintenant je ne pourrais plus m’en passer pour rien au monde. Au lieu d’aller sur quatre sites différents tous les jours, et bien avec le fil RSS et Google Reader, en un seul clic je suis rendue sur mes nouvelles LCN, les potins de vedettes et différents blogues. C’est merveilleux. Donc au lieu d’aller à l’information, c’est plutôt l’information qui vient à moi. C’est moi qui à entièrement le contrôle de ce qui se passe et de ce que je veux lire. C’est vraiment une belle découverte. Aussi, j’ai découvert Diigo. Cette application me permet de prendre des notes directement sur un texte que je lis en ligne, sur internet. Tu peux souligner des passages que tu aimes, que tu ne veux pas oublier et prendre des notes avec des Post-It directement sur la page. Je trouve cela très pratique. Aussi, personnellement, j’utilise les codes QR dans ma vie de tous les jours et je trouve cela génial. Par exemple, pour me souvenir des bouteilles de vin que j’ai aimées, pour écouter des bandes-annonces de films quand je suis au première vidéo, etc. Et voilà, au niveau personnel ce sont mes petites découvertes que j’utilise régulièrement et que j’invite les autres à les utiliser, car ce sont de belles applications efficaces.

Dans un autre ordre idée, force est de reconnaître que mon opinion par rapport à certains aspects à pu changer à un certain niveau. Par exemple, au niveau des logiciels libres. Je ne connaissais rien dans ça, j’avoue même que je n’en avais jamais entendu parler. À vrai dire, j’ignorais l’existence des logiciels libres. D’ailleurs, je ne voulais pas en entendre parler non plus, car pour moi, Microsoft était le meilleur. À la maison on a toujours fonctionné avec Microsoft. Cependant, après plusieurs discussions en classe et une mésaventure avec Office qui m’est arrivée dernièrement, je serais prête à faire le grand saut, éventuellement. Peut-être que ça me permettrait d’arrêter de me plaindre de mon ordinateur. Qui sait ? Seul l’avenir le dira. Cependant, s’il ne m’était pas arrivé de mésaventure, je ne sais pas si je dirais la même chose. Je crois que j’ai évolué dans le sens d’apprendre de nouvelles choses, sans être réticente à les essayer. Il suffit d’y voir l’utilité et d’avoir le goût des technologies.

Je ne crois pas avoir réussi à faire des choses que je ne pensais pas possible. Tout est possible et je suis très contente du développement de ce cours. Les technologies sont présentes à 100 % dans notre vie maintenant, alors il est bien important d’avoir un cours qui nous permet d’en apprendre davantage pour ensuite le pratiquer en classe et les transmettre à nos étudiants. J’aurais beaucoup apprécié être déjà enseignante pour essayer quelques applications au fur et à mesure que je les voyais, afin d’être à jour et d’avoir les informations fraiches dans ma petite tête. Mais j’ose espérer que quand je serai rendue là je pourrai les exploiter quand même. Il suffira de faire un petit retour en arrière et prendre le risque. J’aurais aimé oser, mais il ne sera jamais trop tard.

Pour terminer, après constat, je peux dire que mon évaluation de mes compétences TIC du départ était bonne. Je disais utiliser les TIC dans ma vie de tous les jours, être à l’affut des nouveautés, mais que j’en avais encore beaucoup à apprendre et c’est encore vrai. De toute façon, nous en aurons toujours à apprendre sur ces TIC. Il suffit de vouloir apprendre et d’être conscient de la réalité. Nos jeunes sont où la technologie est, donc il faut suivre le courant si on ne veut pas tirer trop de l’arrière, même si nous le sommes tout de même un peu. C’est certain que ce cours permet d’en apprendre davantage, à nous guider à travers tout ce qui bouge dans les technologies et je suis très satisfaite.

Le billet a été fait dans le respect du code d'éthique du blogueur et en suivant la procédure de rédaction pour les articles et les commentaires.

etu1

Auteur: etu1

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Patrick Giroux Patrick Giroux ·  25 avril 2013, 10:12:46 AM

Bonjour!

Merci pour ce billet qui vient conclure le trimestre. Il dénote une certaine ouverture d'esprit que j'apprécie comme enseignant. Ce n'est pas toujours facile de présenter de nouvelles idées aux étudiants, mais dans ton cas ce n'était pas un problème selon ce que j'ai lu. Évidemment, tu as fait des choix et des liens. Certaines parties du cours te parlaient plus que d'autres... C'est normal. Je t'encourage à demeurer ouverte au changement que ce soit par rapport aux apprenants, à la pédagogie ou aux TIC.

etu1 etu1 ·  25 avril 2013, 2:43:47 PM

Merci Patrick pour ce commentaire ! Non en effet il n'y avait aucun problème pour moi pour apprendre de nouvelles idées. Je prends bien note de demeurer ouverte.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Les choses changent!

Je suis souvent un peu désabusé par la vitesse à laquelle les choses changent (ou ne changent pas!) en éducation... J'ai souvent l'impression qu'on vraiment beaucoup de difficulté à tout aligner correctement pour créer un changement. Vous comprendrez donc que lorsque je constate un changement, ça me fait très plaisir!

Lire la suite

Une exemple SMAR + Google Apps vraiment intéressant

J'ai parlé du modèle SAMR avec mes étudiants... Voici un exemple intéressant.

Lire la suite