PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

AVAN à l'école: ça urge

À notre époque où le web 2.0 est bien implanté partout, il faut se demander s’il est pertinent d’intégrer les TIC dans le domaine de l’éducation. Comme le 2.0 est omniprésent, il est urgent de combler les lacunes qui subsistent en éducation. L’outil est intéressant au plus haut point de par sa polyvalence, son accessibilité et sa souplesse. Certes des embûches se dressent devant nous mais notre expérience professionnelle démontre que les irritants ne sont pas incontournables. Je rêve déjà de voir disparaître ces foutues photocopies que l’on retrouve dans les poubelles quand les étudiants ont terminé leur formation. AVAN s’avère une solution économique de 1o plan; d’autant plus que les documents papiers occupent beaucoup d’espace et sont lourds à transporter, alors qu’un portable ou un périphérique se transporte si facilement. On peut utiliser internet pour présenter des documents de toutes sortes et dans plusieurs formats. Il serait très intéressant pour l’apprenant de voir une présentation animée qui explique la circulation d’un fluide à l’intérieur d’un appareil, ou encore le protocole à appliquer dans une situation précise. Car il est indéniable qu’une présentation animée est beaucoup plus significative qu’un dessin ou un schéma sur une feuille de papier. Ajoutez à cela que l’étudiant peut intervenir en temps réel pour approfondir un sujet ou éclaircir un détail. Les étudiants eux-mêmes peuvent se répondre l’un l’autre sans l’intervention de l’enseignant. Cette interaction facilite le monitorat entre étudiants, ce qui favorise les échanges «socialisation» et l’apprentissage puisque chacun en sort gagnant. De plus, les étudiants peuvent effectuer de la recherche sur le net sans avoir à se rendre à la bibliothèque de l’école car internet est un moyen très rapide et très efficace pour trouver des informations. Le fait que l’étudiant trouve par lui-même ou en équipe des informations liées à son apprentissage lui procure une grande satisfaction, de la fierté et un sentiment de progression et de réussite. Il peut également fonctionner à un rythme qui lui est propre, quitte à terminer le travail à la maison. Plusieurs diront qu’en formation professionnelle les étudiants n’ont pas de travail à effectuer à la maison. À ceux-là je réponds que dans les cas où la formation se donne en alternance travail études, les objectifs du programme doivent être rencontrés et trop souvent, l’étudiant doit rattraper le retard à la maison. Ceci implique que l’étudiant doit obligatoirement avoir accès aux contenus liés à son apprentissage. Que ce soit un lien internet ou un support informatique «clé USB, CD, DVD ou autres», l’étudiant peut ainsi compléter sa formation ou bien combler un retard. À cette étape, des questions s’imposent : L’école doit-elle s’impliquer dans l’achat d’appareils ou se contenter de fournir l’accès à l’information? Maintenant que les TBI font leur entrée dans les établissements d’enseignement, leur choix est-il justifié? Ne serait-il pas préférable d’opter pour des solutions plus flexibles? Je vois très mal un étudiant apporter un TBI à la maison. Une solution peut s’appliquer sans trop de heurts et c’est que chaque étudiant possède son propre matériel informatique. Il faut s’y mettre dès maintenant car dans un avenir très rapproché, les travailleurs ne pourront plus se passer d’un appareil informatique. Même les travailleurs de la construction pourraient les utiliser comme pour avoir accès aux plans d’un bâtiment, prendre connaissance de son horaire de travail ou pour compléter sa feuille de route ou de travail. Comme très peu de foyers n’ont pas accès à un ordinateur et à internet, il est possible que l’investissement fait vers les TBI soit plus efficace si chaque étudiant avait son appareil. Les avantages sont indéniables et les inconvénients contournables. Une formation de qualité doit passer par AVAN (BYOD) afin de qualifier les étudiants au marché du travail et développer leur sociabilité; ainsi nous remplirons complètement notre mission d’enseignant et de formateur. Certains diront qu’il serait trop coûteux de les équiper d’une tablette ou d’un portable mais rappelons-nous qu’à la fin des années 90, le gouvernement avait mis en place le programme «branchons les familles» qui visait à équiper les familles moins favorisées d’ordinateur avec accès internet. L’implantation de AVAN constitue une suite logique à ce programme. Les réfractaires à l’implantation de AVAN soutiennent que les appareils numériques créeront de la distraction (Jacques Cool, 2012). N’en a-t-il pas été ainsi depuis des temps immémoriaux? Un bon apprentissage passe obligatoirement par l’engagement de l’apprenant et pour y arriver il faut lui proposer une activité intéressante. «Le défi est…de susciter un engagement actif de la part du jeune dans l’activité mise de l’avant. Une activité signifiante, pertinente et authentique (Jacques Cool, 2012)». Et si on pouvait susciter et maintenir cet engagement de l’étudiant. Si on pouvait lui offrir des activités qui lui permettent de développer des compétences, d’ajouter à ses connaissances ou de consolider les savoirs faisant naître en lui la fierté d’avoir mené à bien une tâche et augmentant la confiance qu’il a en lui-même; car l’apprenant doit avoir confiance en lui s’il veut progresser et s’intégrer au travail et en société. Il est un constat universel que chacun apprend plus facilement si l’information répond à ses intérêts. Il en est de même pour nos étudiants qui veulent souvent s’impliquer mais ne voient pas toujours ce que l’apprentissage leur apportera. Alors, avec un peu d’efforts et d’imagination arrivera-t-on à rendre la F.P. plus dynamique. Cependant, il reste ce sempiternel argument, les coûts reliés à l’implantation de AVAN. Faut-il s’attarder au fait que certains étudiants se procurera un appareil «standard» alors que d’autres possèdent déjà le dernier cri, le plus «fashion» et le plus coûteux? Ce que nous chuchote le gros bon sens est que l’appareil que possède l’étudiant n’est pas un facteur de réussite. C’est plutôt l’outil que nous lui proposons «le web 2.0», la façon dont il peut s’en servir et le but à atteindre qui encadrent AVAN et la réussite de son implantation; car même si Tiger Wood me prêtait ses bâtons de golf, je ne frapperais pas mieux la balle. De plus, le web est accessible en quelques clics et c’est un avantage indéniable lorsqu’on veut que les jeunes adultes s’intéressent à une tâche. Et qui dit accessible, dit rapide; 2 à 0 pour le web, le papier peut aller se rhabiller. Donc accessible, rapide et l’intérêt de l’étudiant est actif et, pour l’avoir constaté lors d’exercices d’atelier, on peut croire que les retards et les absences diminueront selon l’intérêt de l’apprenant. Je suis convaincu qu’il faudra pousser certains élèves hors de la classe pour aller à la pause. Et encore, son appareil ne contient pas seulement la matière en lien avec sa formation; il donne accès à son agenda, lui permet de faire ses travaux, ses examens et, quel bonheur, l’étudiant a accès aux médias, aux réseaux sociaux, à la musique et à toutes les fonctions que le web propose. Devant toutes ces options, l’utilisateur qui fera preuve de discernement afin de s’en servir adéquatement aura tous les atouts pour sa réussite à court et à long terme. www.zecool.com/2012/07/04/avan-byod-savoir-poser-les-bonnes-questions/

Ce billet a été créé dans le respect du code d’éthique du blogueur et en suivant la procédure de rédaction pour les articles et commentaires.

etu5

Auteur: etu5

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Patrick Giroux Patrick Giroux ·  25 avril 2013, 2:22:52 PM

C'est bon l'exemple de Tiger Woods et de ses bâtons de golf... je vais le réutiliser. C'est parlant!

etu5 etu5 ·  28 avril 2013, 9:59:51 PM

Je croix depuis fort longtemps que si on réussi à créer des images dans l'intellect des gens, il est certain que le lecteur ou l'auditeur retiendra l'émotion dans l'intention; c'est la lecture qui me l'a enseigné.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Les choses changent!

Je suis souvent un peu désabusé par la vitesse à laquelle les choses changent (ou ne changent pas!) en éducation... J'ai souvent l'impression qu'on vraiment beaucoup de difficulté à tout aligner correctement pour créer un changement. Vous comprendrez donc que lorsque je constate un changement, ça me fait très plaisir!

Lire la suite

Une exemple SMAR + Google Apps vraiment intéressant

J'ai parlé du modèle SAMR avec mes étudiants... Voici un exemple intéressant.

Lire la suite