PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Du papier au clavier

Suivre un cours à distance, quelle découverte pour nous! Avoir l’opportunité de vivre cette expérience dans le confort de notre foyer, qui l’eut cru. Eh bien oui c’est arrivé! Et nous sommes parfaitement en accord avec cette pratique. À l’intérieur de ce cours, nous avons eu la chance d’explorer ce nouveau phénomène. C’est donc un bon sujet pour commencer notre dernier billet d’équipe. Alors, nous parlerons des logiciels de visioconférence! Mais à travers toutes ces idées, on ne peut oublier l’intégration des tic dans les stratégies d’apprentissage. Plusieurs façons sont intéressantes à explorer, mais celle de la classe inversée nous a interpellées davantage. Et que dire de l’utilité de ces outils pour les personnes atteintes de troubles d’apprentissage, nos trouvailles sont exceptionnelles. À la suite de la proposition faite par notre enseignant de suivre un cours à distance, nous avons découvert Adobe Connect. Ainsi, début du cours! Wow, c’est vraiment bien! Peut-on le faire avec nos élèves? La réponse de notre établissement fut négative, nous n’avons aucune licence pour ce logiciel. Nous nous sommes donc mis à la recherche d’un logiciel libre similaire qui nous permettrait de donner de la formation en ligne ainsi que partager des contenus. Nous avons donc trouvé Cisco Webex meeting, un logiciel qui offre une version basique qui combine le partage de fichiers, contient le système vocal et offre la vidéo en haute définition. Cette application est offerte avec une licence « Organisateur » et permet l’interaction entre trois personnes. De plus, il offre la possibilité de partager le bureau, un tableau blanc interactif ainsi que de nombreux documents produits. Nous nous sommes inscrites et avons eu le plaisir d’en faire l’utilisation en créant une réunion. De plus, la possibilité de garder nos pantoufles pendant l’essai, nous a charmées! Ce système de communication web, fonctionnel, souple et sécurisé, offre une multitude de possibilité qui facilite les contacts entre des personnes éloignées. Nous vous invitons à en faire l’essai, c’est trop génial! Ayant toujours à cœur le succès de nos élèves, le sujet de la classe inversée abordé lors d’un cours a retenu notre attention. Nous avons poussé les recherches un peu plus loin afin de comprendre cet apprentissage. Nous avons découvert que dans l’enseignement inversé, les notions initiées le soir par les apprenants se font généralement par voie de communication, soit par jeux vidéo, par blogues ou par capsules interactives. Le lendemain, l’enseignant, avec des travaux, des activités et des périodes de questionnements, explore avec les apprenants les concepts suggérés la veille. Les élèves sont immédiatement confrontés avec les notions apprises et le fait de participer activement à la rétroaction avec les autres et avec l’enseignant les stimule davantage que l’enseignement traditionnel. L’enseignant peut par la suite vérifier et valider l’intégration des nouvelles connaissances.  

Selon le site http://www.classeinversee.com/ ”. « Les retours sont unanimes : motivation en hausse, ambiance plus agréable et meilleurs résultats scolaires. »

Pour confirmer ces dires, nous avons essayé de trouver un exemple de cet enseignement dans les institutions de notre ville. Surprise, ce n’est pas un phénomène nouveau semble-t-il. Les jeunes du secondaire ici au Pavillon Wilbrod Dufour utilisent déjà ce système. Une page web a été créée par un enseignant afin qu’il puisse déposer ses documents et ses liens concernant la matière à apprendre. Les apprenants doivent chaque jour s’y référer et explorer les différentes sources. Selon les élèves interrogés, cette façon de faire est très appréciée et augmente de manière significative la motivation. Les parents ont aussi la chance de pouvoir consulter et suivre à tout moment le parcours de leur enfant à l’école. Selon Bobbi Jo Carter, qui en fait la promotion, elle la définit comme une méthode philosophique et non méthodologique. Ce qui signifie que l’accent est mis sur la réflexion, sur les questionnements et la compréhension plutôt que sur une suite d’action à effectuer avec méthode. Ce n’est pas à négliger, car elle permet certainement un meilleur transfert des connaissances. Il faudrait dans un autre temps envisager une solution afin de l’intégrer dans nos cours individualisés, car elle est plus en plus populaire à l’intérieur de nos institutions scolaires. Voici 1 petit vidéo qui résume bien cette façon d’enseigner innovatrice (Source : youtube)

Dans un même ordre d’idées, nous avons également exploré l’aspect des troubles d’apprentissage. Un problème de plus en plus connu, mais dont les enseignants se retrouvent démunis. En formation professionnelle, ce phénomène est grandissant. Les élèves se retrouvant avec ces difficultés sont souvent laissés à eux-mêmes, sans ressources qualifiées. Parmi ces problématiques cognitives les plus connues, nous retrouvons la dyslexie, la dyscalculie et le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité. Nous croyons que les technologies de l’information et des communications sont bénéfiques dans ce genre de situation. Beaucoup de logiciels peuvent être mis à la disposition des apprenants tels que les traitements de textes, les correcteurs d’orthographe et les organisateurs d’idées.Divers logiciels sont disponibles pour aider les apprenants avec des troubles d’apprentissage comme Medialexie, Wody, Antidote, etc. Retenons finalement que l'important c’est de donner d'abord l’accès au texte à l'élève en difficulté sous forme de fichier électronique, sans quoi il ne peut réaliser les tâches demandées sans faire face à de grandes difficultés. Le fichier comprenant le texte lui permettra de le disposer à sa façon afin de favoriser sa compréhension. Des chercheurs ont mis en ligne une application appelée DYS qui permet de modifier l’espacement des lettres et de tester les bénéfices sur la lecture. Selon les recherches effectuées par Marco Zorzi et Johannes Ziegler, l’augmentation de l’espace entre les caractères permet de lire 20 % plus vite et de faire deux fois moins d’erreurs. Cette application est disponible sur Ipad/Iphone et elle est gratuite. Le Web 2.0 nous donne accès à ces outils merveilleux, mais nous ne savons pas toujours comment les utiliser. Ce cours sur les technologies a été très profitable dans notre situation et nous a permis de découvrir des logiciels libres facilitants. Nos idées de développement pour nos élèves ont fleuries tout au long de ce cours, mais le facteur temps nous a causé bien des soucis. Que ce soit par l’interaction des réseaux sociaux ou bien par la création de questionnaire web (Netquiz) nous aurons le loisir, et aussi le plaisir, de développer ces nouvelles méthodes dans notre enseignement individualisé. Une planification de notre travail est en cours et nous espérons pouvoir l’implanter sous peu. Nous terminons donc ce cours avec un bagage supplémentaire et nous sommes persuadées que cela nous sera profitable à long terme.

Ce billet a été créé dans le respect du code d'éthique du blogueur et en suivant la procédure de rédaction.

Etu 18, Etu 26 et Etu4

etu18

Auteur: etu18

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

Patrick Giroux Patrick Giroux ·  06 mai 2013, 2:07:58 PM

J'aurais aimé en savoir plus sur le lien que vous faites entre l'apprentissage à distance et la classe inversée...

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Les choses changent!

Je suis souvent un peu désabusé par la vitesse à laquelle les choses changent (ou ne changent pas!) en éducation... J'ai souvent l'impression qu'on vraiment beaucoup de difficulté à tout aligner correctement pour créer un changement. Vous comprendrez donc que lorsque je constate un changement, ça me fait très plaisir!

Lire la suite

Une exemple SMAR + Google Apps vraiment intéressant

J'ai parlé du modèle SAMR avec mes étudiants... Voici un exemple intéressant.

Lire la suite