PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

C'est la fin du début!

Alors voici le dernier, mais non le moindre, article me concernant. Faire notre autoévaluation quoi de plus difficile. Cependant, il faut arriver à faire le bilan de notre apprentissage. Ainsi, lorsque j’ai débuté ce cours j’avais plein d’attente. Je voulais apprendre beaucoup de choses sur les technologies de communication et de l’information, mais j’ai vite compris que cet univers est gigantesque. Désenchantement total! Une découverte à la fois, mon apprentissage c’est ainsi effectué. Un blog, des logiciels libres, des outils web, une identité numérique et le concept BYOD ont été les éléments les plus marquants de mon initiation.

Une première pour moi, un « Blog ». Je connaissais déjà ce concept, mais l’écriture de ce que je pense, étaler mes idées et mes pensées sur Internet, ouf! Ce modèle très personnel, mais quand même fascinant, fut le départ de ma formation sur le web. Très réticente, j’ai écrit mon premier billet de présentation. Je me rappelle lorsque je l’ai publié, j’étais toute énervée de voir que j’avais réussi à le mettre en ligne, mais nerveuse à savoir s’il serait intéressant à lire. Lorsque j’ai appris que tout le monde pouvait développer un blog sans grande connaissance informatique, ça m’a rassuré un peu. Ainsi, en naviguant sur Internet, j’ai découvert une multitude de pages traitant sur ce sujet. Un article, publié par Julie Marianna David, explique très bien ce modèle de partage. Je vous suggère également un lien intéressant sur comment créer un bon blog. J’ai bien aimé!

Un autre baptême pour moi est l’utilisation des logiciels libres. Notre enseignant nous a présenté différentes applications sans droit de propriété et gratuites. Je crois que c’est une excellente alternative, mais je trouve que ces logiciels ne sont pas toujours faciles à se procurer. Attention, pas tous, mais plusieurs. Il faut les connaitre pour savoir lesquels sont bons et ceux à utiliser. Toutefois, j’adore le fait que nous pouvons arriver à faire plein de choses avec ces programmes sans avoir à débourser une somme considérable pour les utiliser. Même le gouvernement appuie ce principe. Il a décidé de créer un « centre d’expertise » en logiciels libres. Le but de cette création est d’arriver à économiser pour un changement de plateforme sur les ordinateurs de l’État. Ainsi, il sensibilise les fonctionnaires aux avantages d’utiliser ce genre de logiciels. Plusieurs organisations, comme l’AFUL (Association francophone des utilisateurs de logiciels libres) et LINUX nous proposent un éventail impressionnant de ce type de programmes. Avant de commencer ce cours, je n’avais jamais pris connaissance de ce pouvoir inconnu. Pour cela, c’est un beau constat et je ne me gênerai pas pour l’utiliser à volonté. Je vous propose un lien suggérant une liste des logiciels libres classés par rubriques.

Et que dire de Pearltrees, Alertes Google et Evernote. J’ai utilisé et j’utilise toujours ces outils. Pour les deux premiers, ils favorisent énormément l’organisation de mes recherches sur Internet. La gestion est efficace et la création d’une banque pour quelque chose qui m’intéresse me charme totalement. Mettre un petit papier sur une page, super! L’application Evernote, j’achète! Depuis l’achat de mon Iphone, je l’utilise beaucoup. Ma liste d’épicerie, mes notes personnelles et je planifie mon temps. Il y a encore des choses qui m’échappent, mais je continue à les explorer. Le but n’est-il pas d’apprendre?

Lorsque Patrick nous a parlé de l’identité numérique, ayoye! Vraiment on ne sait pas grand-chose sur le sujet, pourtant c’est vraiment fascinant. Tout le monde qui utilise le net devrait être avisé de ce phénomène. Savoir que c’est la clef de nos données personnelles, ça fait peur. Je dois dire que cela m’a secoué sérieusement. J’utilise Facebook, mais je ne fais presque jamais de commentaire et je ne publie pas de photos de moi ou de mes proches. Pensez-vous que je suis protégée? Eh bien non! Toutes les traces laissées lors d’une navigation sur Google, tous ces sites supposément sécurisés qui ne le sont pas, que devons-nous faire? Être prudents? Est-ce assez? Presque tous les sites consultés sur le sujet suggèrent d’utiliser des mots de passe difficilement détectables. D’autres trucs sont suggérés également afin de protéger notre identité sur Internet. Il faut penser que nous marquons notre histoire en effectuant des recherches sur le web et je vous cite un passage d’un billet publié par Dominic Maniez qui relate une anecdote à propos des traces laissées sur des moteurs de recherches. « On a énormément de renseignements sur les gens, notamment grâce à la liste des requêtes qu’ils émettent sur Google. Il y a une histoire qui reflète parfaitement cela: AOL s’était fait pirater la base des requêtes sur son moteur de recherche. On avait retrouvé la vie d’un homme grâce à ses requêtes. Il avait commencé à chercher des médicaments contre le mal-vivre, puis des antidépresseurs. Ensuite, avec ses requêtes, on comprend très vite que s’il a des problèmes psychologiques, c’est parce que sa femme le trompe, donc il recherche des détectives privés pour surveiller sa femme. A la fin, il cherche quelqu’un pour tuer sa femme. Ca fait froid dans le dos : on a réussi à détricoter l’histoire uniquement en décodant ses requêtes du moteur de recherche. Je trouve ça effrayant. »

D’un autre côté, l’identité numérique peut être bénéfique pour une entreprise. En se créant un parcours sur le net, elle réussit à se faire connaitre et à se bâtir une réputation. Donc, d’une certaine façon, l’identité numérique est quelque chose à ne pas négliger. Je ne pouvais terminer mon billet sans parler du concept BYOD en enseignement. Que dire de ce vent de changement. Pas facile à gérer tout ça! Du point de vue « Investissements » pas de problème, les budgets ne sont pas touchés. C’est du côté pédagogique que cela devient un peu plus complexe. Le défi est de taille, car en introduisant ce type de principe, on accepte un nouveau tournant presque inconnu. Les commentaires sont partagés concernant ce modèle d’enseignement. Pour certains, il s’agit d’une solution extraordinaire, mais pour d’autres c’est complètement farfelu. Je crois que cela demande énormément de connaissances pour ce changement. Avec une bonne préparation, le tout peut être possible. Selon Peter Scholtes : «Les personnes ne résistent pas au changement, ils résistent à ce qu'on les change!»

Enfin, beaucoup de nouvelles notions ont été abordées et je suis satisfaite du parcours que j’ai fait. Le seul facteur négatif : le temps de m’investir. Pas facile à gérer cet élément! Le traitement de nouvelles informations doit faire son chemin. Il ne faut pas négliger le fait que le Web est un secteur vaste et puissant. Tout ce pouvoir doit être géré de façon responsable et efficace. Si je me réfère à la compétence 8 de la profession d’enseignant, qui est d’intégrer les TIC aux fins de notre préparation à l’enseignement-apprentissage, ce cours répond très bien à celle-ci. Cependant, j’aurais aimé traiter davantage l’aspect des technologies avec les élèves en difficulté. Tous ces outils précieux nous permettent d’avoir une ouverture sur le monde et je crois que pour bien exercer ce métier, il faut être en plein contrôle du contenu de ce qu’on propage. La fin de ce module me permet de faire un résumé sur mes savoirs, mais l’important dans tout cela est de connaitre mes forces et mes faiblesses. L’ère du web nous force à prendre conscience de ce que nous sommes capables d’effectuer. Lors de la confection de mon premier billet, j’ai exposé mes connaissances. Pas facile un apprentissage, mais j’ai réussi à assimiler certaines choses, alors j’ai réussi!

Merci pour ce bel apprentissage et bonne fin de session!

Ce billet a été créé dans le respect du code d'éthique du blogueur et en suivant la procédure de rédaction

Etu 18

etu18

Auteur: etu18

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

Patrick Giroux Patrick Giroux ·  06 mai 2013, 11:42:14 AM

C'est tout un parcourt que je vous propose en début de session. Peu d'étudiants sont outillés pour réellement l'apprécier à ce moment. Sur le chemin du trimestre, certains refusent de s'engager et d'essayer, d'autres se découragent. Dans ton cas, tu semble avoir réussi à en tirer plusieurs nouvelles connaissances. Il te reste à continuer sur ta lancer. Après l'intégration dans ta vie, il faut penser à l'enseignement et demeurer ouverte à la nouveauté. J'ai ouvert la porte et je vous ai donné un aperçu de ce qu'on trouvait derrière. Il reste tellement de chose à découvrir!

Bonne chance!

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Les choses changent!

Je suis souvent un peu désabusé par la vitesse à laquelle les choses changent (ou ne changent pas!) en éducation... J'ai souvent l'impression qu'on vraiment beaucoup de difficulté à tout aligner correctement pour créer un changement. Vous comprendrez donc que lorsque je constate un changement, ça me fait très plaisir!

Lire la suite

Une exemple SMAR + Google Apps vraiment intéressant

J'ai parlé du modèle SAMR avec mes étudiants... Voici un exemple intéressant.

Lire la suite