PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

10 bonnes raisons pour bannir les stylos et les crayons de nos salles de classe

La motivation derrière ce billet est assez simple. Ça a commencé il y a plusieurs mois. Des collègues s'opposaient alors à l'usage des TIC dans nos salles de classe. C'est encore le cas, mais l'université a décidé de donner le choix et le contrôle aux enseignants (professeurs ou chargés de cours). Le débat est un peu mort ainsi puisque ceux qui n'en voulaient pas peuvent maintenant l'interdire dans leur plan de cours. Souvent, on me posait des questions à ce sujet. La mise en situation suivante résume bien ce qui se passait le plus souvent...

Collègue: Patrick, c'est ton domaine les TIC, est-ce qu'on devrait les permettre en classe? Est-ce que ça peut faire autre chose que déranger ces cellulaires et ces portables?

Moi: Évidemment! On devrait aider les professeurs et les chargés de cours à bien les intégrer. C'est très positif!

Collègue: Tu dis que c'est positif, mais il y a plein de recherches qui concluent que ça n'a pas d'impact ou que c'est négatif. Et dans ma classe, ça ne sert à rien d'autre que d'aller sur Facebook ou clavarder. Et puis quand ils prennent des notes, c'est très bruyant.

Moi: Ce qui est important, c'est comment on utilise l'outil. On peut mal l'utiliser ou bien l'utiliser. Si on l'utilise bien, les retombées sont positives. Si on l'utilise mal, les retombées sont négatives. Les TIC, c'est comme un marteau, on peut l'utiliser pour construire de belles choses ou pour briser des fenêtres... Lorsqu'on consulte la recherche, il faut s'attarder à la méthode de recherche (comment elle a été menée) et à l'usage qui a été fait des outils technologiques. Dans nos classes, il faut faire attention à quand et comment on l'utilise...

Après, le collègue partait ou changeait de sujet.

À la source de ce billet, il y a aussi mes étudiants. J'ai eu beau répéter chaque semaine depuis le mois de septembre, le travail de fin de session m'a prouvé que certains n'ont pas encore capté le message... Au moins, les étudiants sont ici pour apprendre et répéter fait partie de mon emploi! Stéphane Côté, en enseignant de 5e année, m'a un peu encouragé avec un de ses tweets, en me disant ceci:

Courage, ça prend de l'expérience sur le terrain pour apprécier ton message. Ils s'en rappelleront un jour, c'est certain!

Je vais donc continuer de répéter.

D'autres personnes ont aussi contribué à motiver ce billet dont plusieurs politiciens, des journalistes, des adultes qui n'ont pas d'enfants, des parents de jeunes adolescents et des adolescents. C'est grâce à vous tous si je milite maintenant activement pour le bannissement pur et simple des crayons de nos salles de classe!

Avertissement: Ceci est une parodie "pédagogique"... Il ne faut pas trop la prendre au sérieux! (Malgré que, parfois, j'aurais vraiment le goût de me servir de ces arguments juste pour voir la réaction des personnes avec qui je discute!)

Droit d'auteur: Je dois aussi vous avertir qu'il s'agit d'une traduction d'un texte de Mme Katie Stransberry. J'ai peut-être fait quelques ajustements mineurs, mais pour l'essentiel ce n'est pas moi l'auteur...

Selon un article paru sur MSNBC en 2010, 69 % des écoles secondaires interdisent les téléphones cellulaires. Vous auriez pourtant beaucoup de mal à trouver quelque part une école qui a décidé d'imposer une interdiction générale des stylos et des crayons. Voici 10 bonnes raisons de reconsidérer l'acceptation généralisée de ces instruments de distraction potentiellement dangereux.

  1. Les stylos et les crayons sont distrayants. Les cliquetis, le frottement, le tournoiement et le roulement de ces outils diaboliques peuvent conduire n'importe quel enseignant à la folie. Je me souviens d'une récréation très joyeuse passée à l'intérieure durant laquelle moi et mes collègues étudiants nous amusions à essayer de faire planter nos crayons récemment aiguisés au plafond de la classe... Que de plaisir!!! (Pour les étudiants évidemment!)
  2. Ces instruments d'écriture sont dangereux! J'ai encore un petit morceau de plomb incrusté dans la zone souple et charnue située entre le pouce et l'index. C'est un souvenir d'un combat à la mini-épée qui a eu lieu entre mon ami et moi en troisième année. Et, vous l'avez deviné, il a gagné!!!
  3. Les stylos peuvent être utilisés pour tricher. Maintenant que je suis à la tête d'une salle de classe au lieu de derrière un bureau d'élève, j'ai vu des techniques de triche très ingénieuse. Un étudiant a réussi à écrire une histoire complète de l'étude des médias sur le fond de sa chaussure. J'ai également trouvé des avant-bras couverts de mots de vocabulaire, des chevilles tatouées avec les définitions importantes pour l'examen et des mains teintes à l'encre bleue tellement tellement on y avait noté de réponses. Et tout ça a été fait avec un stylo!
  4. Ils sont incroyablement salissants. Les épluchures de crayons et les mines brisées que l'on a écrasées du pied ou trainées sous ses bottes salissent le plancher des salles de classe et noircissent le fond des sacs d'école de nos enfants inutilement. Les stylos remplis d'encre liquide bleue et rouge ne sont rien d'autre que des catastrophes qui attendent de se produire. Avez-vous déjà essayé de nettoyer le sac à dos d'un enfant ou un bureau de travail après qu'un stylo se soit brisé? Vous avez beau frotter à vous en user les mains, rien ne pourra faire complètement partir cette tâche!
  5. Les stylos et crayons peuvent être utilisés pour intimider d'autres enfants. Ces notes qui passent de main en main à travers les rangées de pupitres sont souvent bien plus sinistres que ce qu'il n'apparaît. Grâce à l'utilisation de ces outils d'écriture et au détournement des compétences acquises à l'école, les enfants ont le champ libre pour écrire et distribuer des messages qui utilisent un langage injurieux et un discours haineux. Il suffit de se souvenir des récents cas d'intimidation très médiatisés pour comprendre pourquoi il faut absolument sévir en regard de ces outils de communication qui peuvent ruiner l'enfance de nos jeunes étudiants...
  6. Les enfants vont tout simplement les utiliser pour jouer. Pendu, Tic-Tac-Toe, recherches de mots, mots croisés, et maintenant, la dernière folie : les sudokus. (Il y a aussi un jeu fort intéressant dans lequel il faut faire des traits sur une feuille quadrillée en donnant le moins d'opportunité possible à notre adversaire de compléter un carré.) Comment peut-on réellement s'attendre à ce qu'un étudiant normalement constitué garde son esprit centré sur ​​ses leçons quand il y a tant de distractions à un trait de crayon de lui?
  7. Les stylos et crayons de fantaisie provoquent inévitablement de la jalousie et d'autres problèmes du genre. Je me souviens en cinquième lorsque le jeune garçon qui était assis en face de moi est venu à l'école avec un nouveau paquet de stylos qui écrivaient à l'encre de couleur néon. Les couleurs étaient extraordinaires. Elles brillaient! Son père les avait ramenés d'un récent voyage en Floride. Ils étaient les plus cools et je les voulais, mais ils étaient trop chers pour moi et j'ai tristement dû m'en passer... Ne serait-il pas mieux d'étouffer ce genre de question dans l'œuf et d'éviter à nos enfants la souffrance de la privation en décrétant une interdiction généralisée sur les crayons et les stylos dans nos écoles?
  8. Il y a d'importants problèmes de santé associés à ces outils de communications et ils peuvent mener à la prise de mauvaises habitudes. J'ai un copain qui a dû porter des broches pendant 6 ans parce qu'il avait développé la mauvaise habitude de mâcher ses stylos et ses crayons en classe au primaire. Et imaginer l'impact que ça a dû avoir sur son système digestif!!!
  9. Ils mènent à l'adoption d'un comportement sédentaire. Avez-vous déjà vu un enfant qui court avec un crayon aiguisé ou encore un enfant écrire une note tout en jouant au ballon? L'écriture et l'exercice ne se mélangent tout simplement pas. La crise de l'obésité atteint des niveaux épiques. Soyons proactifs et enlevons vite ses stylos et ses crayons de mains potelées de nos enfants afin qu'ils puissent bouger.
  10. Ils peuvent être utilisés pour embarrasser les enseignants. Bien sûr, aucun enseignant ne veut voir ses gaffes apparaître sur ​​YouTube, mais une caricature habilement dessinée peut faire des dégâts autrement plus embêtants qu'une photo ou un vidéo. Au moins, la caméra capture des évènements réels, alors que les étudiants ont le champ libre pour créer de toutes pièces des images, du texte ou des histoires à propos de leurs professeurs lorsqu'ils utilisent des crayons et des stylos... Il n'y a pas de limite aux dommages qu'ils peuvent alors faire.

Espérons que ce billet de blogue ouvrira les yeux de la population aux dangers que représentent les stylos et les crayons dans nos écoles. Il est grand temps qu'on interdise ces outils dangereux des salles de classe.

Avec le sourire... :-)

PAt ;-)

Merci à Esther Boucher qui m'a fait découvrir ce texte à un moment où j'en avais vraiment besoin...

pgiroux

Auteur: pgiroux

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Esther Boucher Esther Boucher ·  23 décembre 2013, 11:30:53 AM

Merci à toi, Patrick, pour ta détermination à toujours aller de l'avant! En pleine remise en question, j'avais moi-même grandement besoin de renouer avec ces réflexions pour m'aider à garder le cap!

etu92 etu92 ·  15 septembre 2014, 11:03:18 PM

Bonjour Patrick
Suite à la lecture de ton texte, je me suis senti obligé d’y ajouter mes commentaires. Je trouve logique l’idée de la disparition des stylos en salle de classe et les remplacer par un autre moyen comme TIC.. Particulièrement si on calcule tous ces raisons mentionnées quelques fois loufoque mais discutable, au débarra de cet item.
Cependant je suis en désaccord en ce qui concerne le crayon à mine.
Voici dix bonnes raisons de continuer de se servir du crayon à mine ou encore du crayon au plomb dans la salle de classe ou ailleurs. Premièrement définissons le fameux crayon;:
Définition :
«Crayon constitué d'une gaine de bois contenant une mine faite d'un mélange de graphite et d'argile, généralement employé pour écrire, tracer ou dessiner sur des matériaux tels tel que du papier, bois, métaux de tout genre, plastic et bien d’autre matériaux. »
1. Les crayons ne fond pas de bruit. Ils glissent aisément avec discrétion sur différent matériaux comme le papier en priori.
2. Les crayons sont emballant. Couleurs et motifs sont souvent variés, afin de les reconnaître lorsque ils sont déposés ou emprunté par d’autres utilisateurs.
3. Ils se réparent bien lorsque brisés. Un aiguise, canif ou encore une lame quelconque suffit à la réparation afin de marquer ou écrire au besoin.
4. Ils peu être utilisé à mainte reprise. Ils s’usent modérément
5. Ils ne tachent pas et s’efface facilement. Lorsque les doigts sont imprégnés de mélange de graphite et d’argile, le nettoyage est facile et ils s’effacent facilement sur les matériaux marqués
6. Ils ne sont pas dispendieux. Une boite de dix au Dollorama coûte $1.15
7. Même sous des températures très froides ils marquent toujours. Qu’il fasse excessivement froid ou chaud, ils fonctionnent encore.
8. Ils peuvent être utilisés avec force variées. On peu écrire ou marquer de manière légère ou foncé.
9. Ils sont très appréciés en art plastic. En artisanat comme la caricature le décalque, le marquage et bien d’autres, un incontournable.
10. Dans plusieurs métier un inévitable. En structure, menuiserie, ébénisterie etc. un besoin obligatoire.
J’espère que le crayon à mine restera toujours un choix pour l’apprenant, l’enseignant et le travailleur suite à ses utilités diverses.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

La publicité sur le Web

La confrontation avec la publicité sur le Web semble toujours inquiéter un peu mes étudiants lorsqu'il est question d'amener des jeunes à utiliser Internet. Voici un ou deux trucs...

Lire la suite

Un courriel sur les TICE dans votre boîte sans effort

Cette lettre d'information sur les TIC pourrait bien intéressée mes étudiants.

Lire la suite