PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mes premiers pas vers le web 2.0...

Crédits image: L'image précédente est extraite du site: http://www.goube.org/voxinablog/images/envrac/web20.png

De ce fait, l’utilisation que je fais de l’internet est plutôt restreinte. Je n’utilise pas facebook et encore moins twitter. Par contre, j’utilise régulièrement MSN. Pour moi, l’internet est davantage un moyen de me divertir qu’un outil que je pourrais utiliser à des fins pédagogiques. Étant donné que j’ai beaucoup de difficultés à utiliser tout ce qui touche de près ou de loin à l’internet, cela explique le manque de motivation dont je fais preuve lorsque viens le temps d’intégrer les tics à mes planifications d’enseignement-apprentissages réalisées dans le cadre de certains de mes cours et lors de mes stages. Alors, lorsque nous parlons du web 2.0, pour ma part, il s’agit également de diverses technologies de l’information auxquelles j’adhère plus ou moins par manque de motivation ou simplement par manque d’intérêts. Ensuite, lorsque nous parlons des possibilités d’intégrer tout ce qui est en lien avec le web 2.0 à notre pédagogie en tant qu’enseignant, j’ai encore du travail à faire.

Toutefois, même si je ne suis pas la plus grande utilisatrice du web 2.0, je suis en mesure de reconnaître les nombreuses utilités que l’on peut en faire et les bénéfices que nous pouvons en retirer autant de la part des enseignants que de celle des élèves. Dans le cadre de ma profession d’enseignante au primaire, je crois que certaines des technologies du web 2.0 s’applique plus ou moins au niveau d’âge des élèves du primaire. Crédits image: L'image précédente est extraite du site: http://rivedroitenumerique.files.wordpress.com/2009/12/reseaux-sociaux2.jpg

Les réseaux sociaux, entre autres, sont des nouvelles technologies que j’aurais de la difficulté à mettre en pratique avec des élèves de premier et de deuxième cycle, par exemple. Je trouve qu’ils n’ont peut-être pas la maturité nécessaire pour utiliser adéquatement et intelligemment cet outil à des fins pédagogiques. Je crois qu’il me serait difficile de gérer cette application avec 28 élèves. J’aurais peur de perdre le contrôle. Je me demande également de quelle manière je pourrais amener les réseaux sociaux à travers mon enseignement. Peut-être est-ce dût à mon manque de connaissance et d’expérience à ce sujet, mais tout cela m’apparaît comme une montagne.

Or, dans le cadre du cours, j’ai appris qu’il peut être intéressant d’utiliser le blogue ou le wiki comme programme afin de rendre un processus éducatif plus interactif et stimulant pour les élèves. J’approuve cette nouvelle façon d’interagir avec les élèves de nos classes. J’aime bien le fait que l’on puisse utiliser cette ressource soit à court terme, soit à long terme. De plus, elle permet, à ceux qui l’utilisent, une grande liberté quant à son utilisation et son fonctionnement. Je crois que le blogue ou le wiki, comme beaucoup d’autres formes d’apprentissage par projet, à un effet rassembleur sur les élèves. Souvent, ils ont l’impression de « faire partie de quelque chose ». À mon avis, ce nouveau type de projet dans l’enseignement fait partie de ceux qui rejoindront le plus les élèves d’aujourd’hui puisqu’il touche davantage à leurs centres d’intérêts. Par conséquent, tout ce qui est en lien avec les technologies va probablement susciter l’attention des élèves puisqu’ils y baignent depuis leur enfance : télévision, ordinateur, téléphone, Ipod, etc. Donc, il s’agit d’une caractéristique généralement commune à tous les élèves. Les enseignants auraient avantage à intégrer ces nouvelles technologies de l’information à leur mode de fonctionnement s’ils désirent rejoindre le plus grand nombre d’élèves possible.

Malgré le fait que je trouve cette démarche très intéressante, je crois que nous devrons attendre encore avant de voir une majorité d’enseignants adopter le blogue ou le wiki comme outil de travail. Quoi qu’il en soit, je trouve cette méthode de travail complexe dans l’ensemble et très exigeante pour un enseignant, mais il reste qu’il s’agit d’une bonne idée en soit. Peut-être tenterais-je un jour l’expérience.

Par contre, certaines technologies du web 2.0 peuvent être facilement utilisées à travers l’enseignement de certaines matières. D’abord, il peut être possible d’utiliser le web 2.0 pour faire une entrée en matière qui saura capter l’attention des élèves. Dans ce domaine, je dirais que les possibilités sont infinies tout en étant variées. Pour chacune des disciplines, il est possible d’explorer avec les élèves des sites Internet qui touchent au contenu vu en classe. Aussi, il y a la possibilité de leur présenter des vidéos qui démontrent certains aspects de la matière. Enfin, je trouve qu’il est très pertinent d’utiliser ce genre d’outil puisqu’il présente le contenu de façon plus concrète et par le fait même, amène de la diversité à l’enseignement. À mon avis, il s’agit d’une méthode appropriée pour des élèves du primaire, entre autres, puisqu’elle permet une manière différente de stimuler les élèves. Je crois qu’à cet âge, il est primordial que les jeunes se voient présenter une grande variété de stimulations pertinentes par rapport à leurs apprentissages afin qu’ils ne se désintéressent pas de l’école. De ce fait, je pense qu’il est préférable que les enseignants abondent en ce sens dans l’intérêt des élèves.

De plus, il peut être intéressant d’exécuter ces recherches en direct avec les élèves à l’aide d’un canon ou encore, leur demander de faire certaines recherches eux-mêmes, chacun à leur place. De cette manière, il est possible de leur faire explorer et découvrir beaucoup de ressources disponibles sur Internet tout en demeurant dans un cadre éducatif. Également, cela fait en sorte que les élèves sont mieux informés et mieux outillés par rapport à ce qui se fait sur Internet. D’ailleurs, je trouve qu’il existe une multitude de moteur de recherche sur Internet dont on ne pourrait plus se passer maintenant comme Google, You tube, Wikipedia, etc.

Je crois que par rapport à tout ce qui entoure les moteurs recherches sur Internet, je me débrouille bien. Je pense avoir une base suffisante pour être capable de guider les élèves de façon adéquate selon les besoins. Toutefois, je suis consciente d’avoir encore des lacunes et j’y travaille.

Au cour de cette réfléxion sur le web 2.0, j’ai pris conscience que mes aptitudes à utiliser ces nouvelles technologies n’étaient pas si limitées que ça. Finalement, je réalise que j’utilise parfois certaines technologies du web 2.0. s’en m’en rendre vraiment compte. Lors de mes derniers stages, dans un groupe de première année, je me demandais comment je pourrais aborder avec eux « le réchauffement de la planète ». Je trouvais ce sujet plutôt difficile à aborder avec des enfants de sept ans sans avoir préalablement vérifié leurs connaissances antérieures relatives à ce sujet. Alors, j’ai spontanément eu comme réflexe de faire une recherche sur « You tube » afin de trouver un vidéo qui introduirait bien en image ce sujet complexe pour eux. Donc, j’ai fini par trouver une vidéo de l’expédition de Jean Lemire en Antarctique où nous sommes témoin de plusieurs constatations faites par l’équipage du Sedna IV par rapport au réchauffement climatique. Le visionnement de cet extrait vidéo a vraiment su capter leur attention et a même suscité de nombreuses questions. Donc, ici, cette expérience que j’ai vécue va me servir d’exemple quant à la façon dont je peux utiliser les tics et l’univers du web 2.0 avec des élèves de cet âge.

Également, durant mes stages, j’ai constaté le 22 avril, au matin, que nous étions le jour de la terre. Par conséquent, j’ai voulu leur parler de cette journée spéciale en leurs soulignant certains faits marquants reliés à cette journée, mais je n’avais rien de préparer à l’avance. Alors, j’ai entrepris quelques recherches sur Internet, avec « Google », entre autres. Ces recherches m’ont données énormément de résultats de plusieurs sources différentes. Donc, j’ai eu l’embarra du choix pour sélectionner les informations les plus pertinentes et signifiantes pour les élèves. Encore une fois, cette expérience me permet de constater l’extrême rapidité de ces technologies et cette accessibilité, à tous, qui nous permettait en quelques clics d’avoir accès à un nombre incalculable d’informations.

En conclusion, plus j’y réfléchis et plus je crois qu’il est possible pour moi d’y trouver mon compte, même si je ne suis pas la plus compétente en informatique. Selon moi, chacun d’entre nous peut introduire à sa façon les tics à son enseignement. Certains d’entre nous serons très à l’aise et les utiliserons abondamment, tandis que d’autres, comme moi, préférerons davantage les utiliser de façon modérée. Je crois qu’il peut être bénéfique autant pour les enseignants que pour les élèves d’apprendre à les utiliser. Donc, je pense qu'à l'avenir je m'efforcerai de réfléchir à une manière dont je pourrais exploiter certaines technologies de l'information dans le cadre de mes situations d'enseignement-apprentissage.

Peach_13

Auteur: Peach_13

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Mélissa Mélissa ·  14 juin 2010, 7:47:00 PM

Bravo d'avoir eu le courage d'aller voir plus loin que ton nez malgré ton manque de motivation, tes découragements et tes difficultés à utiliser toute ces nouvelles technologies ! Je crois que tu as bien conclu en disant que nous pouvons tous intégrer les TICS à notre façon, quotidien ou occasionnellement, mais que l'important c'est d'apprendre à les utiliser et de régulièrement réfléchir sur la manière dont un peu les introduire !

Jessica Goulet-Potvin Jessica Goulet-Potvin ·  21 juin 2010, 9:13:38 AM

Je me suis arrêtée à ton billet car je voulais avoir l'avis d'une enseignante du primaire sur le sujet. Au secondaire, les élèves sont drôlement en avance sur moi à propos des technologies. Mais qu'en est-il du primaire? Tout comme toi, je n'en suis encore qu'aux courriels et à MSN et je travaille fort pour m'adapter. Je partage également ton point de vue quant au fait que chacun doit intégrer les technologies à sa manière, en se basant sur ce qu'il connait. En ouvrant notre esprit et en tâchant d'en apprendre davantage, nous sommes déjà sur la bonne voie!

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Fake news et autres

Partage de mon visuel de conférence et retour sur ma présence au colloque 2018 de l'adaptation scolaire de l'UQAC.

Lire la suite

Vos comportements en ligne comptent!

Je vais au Séminaire à Métabetchewan demain. Je rencontre les étudiants pour leur parler des réseaux sociaux, d'identité numérique, etc. C'est un message que j'ai déjà porté dans plusieurs écoles et à plusieurs reprises. Je suis d'ailleurs déjà allé il y a quelques années. Donc rien de bien neuf... Mais ce sont tout de même des choses très importantes à savoir!

Lire la suite