PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Prêtes pas prêtes, à nous les technos!

Depuis quelques années, les technologies occupent une part très importante de notre quotidien. En effet, la majorité des sphères de nos vies, sinon toutes, sont touchées par les TIC. De plus en plus de transactions se font en ligne, les messages sont envoyés par courriel, les nouvelles sont transmises par internet, les relations humaines s’entretiennent via les réseaux sociaux… Dans cette société, les enfants naissent avec les technologies au bout des doigts. Ils les expérimentent donc dès leurs premières années de vie, sans nécessairement l’utiliser adéquatement et de manière responsable. Face à cette nouvelle réalité, plusieurs questions méritent d’être discutées. Qui doit enseigner la citoyenneté numérique et les compétences liées aux TIC? Quand doit-on le faire? En tant que futures enseignantes, sommes-nous prêtes à le faire?

Qui doit enseigner la citoyenneté numérique et les compétences liées aux TIC?

Les enfants ont une grande facilité d’apprentissage des TIC étant donné qu’ils baignent dans cet univers depuis leur arrivée au monde. Pour la plupart, ils apprennent de façon autodidacte les bases de l’informatique. Il faut donc aller au delà des éléments qu’ils ont déjà acquis. De manière unanime, nous croyons que les enseignants et les parents doivent conjointement enseigner la citoyenneté numérique et les compétences liées au TIC aux enfants. Nous entendons par là que ceux-ci doivent leur montrer les bons comportements à adopter sur Internet ainsi que leur donner des outils qui leur serviront tout au long de leur vie. Comme les parents et les enseignants sont des modèles importants pour les jeunes, ils sont les mieux placés pour accompagner les enfants à s’approprier les technologies. Nous sous-entendons par la participation des parents qu’ils doivent montrer l’exemple à leurs enfants et non pas leur donner un cours sur les ordinateurs. Pour que les parents agissent à titre de modèle, ils doivent avoir un comportement éthique face à l’usage des technologies. Si un enfant voit ses parents télécharger des contenus illégalement, il sera porté à répéter ce geste et aura de la difficulté à en comprendre la gravité. Pour ce qui est des enseignants, nous sommes d’avis qu’il est impératif d’intégrer les technologies à notre enseignement et de former les jeunes à une bonne utilisation des TIC. Sans donner un cours portant uniquement sur les technologies, il est possible de les intégrer dans toutes les matières et de différentes façons afin de faire passer les contenus essentiels en informatique. Par exemple, un enseignant peut donner une recherche à faire sur un sujet donné et profiter de cette occasion pour expliquer qu’il y a des sites plus fiables que d’autres. Il peut aussi leur demander de rédiger le fruit de leur travail sur un logiciel de traitement de texte et ainsi leur montrer quelques fonctions plus poussées. D’ailleurs, dans le Programme de formation de l’école québécoise, il est prescrit que les enseignants doivent couvrir toutes les compétences qui ont été décidées, entre autres les compétences transversales. Parmi celles-ci, il y a la compétence d’ordre méthodologique « exploiter les technologies de l’information et de la communication ». Les enseignants ont donc le devoir d’amener leurs élèves à développer cette compétence. Ces pédagogues ne peuvent pas passer à côté de cette nouvelle réalité.

Quand doit-on le faire?

Nous pensons toutes qu’il faut commencer le plus tôt possible à sensibiliser les enfants aux TIC. Avant leur entrée à l’école, les parents devraient agir constamment à titre de modèle comme mentionné précédemment. Sans interdire l’usage des technologies, ils doivent avoir un certain contrôle sur l’usage de celles-ci. Il est important que les enfants puissent les découvrir par eux-mêmes, mais sans y passer tout leur temps. À partir de la maternelle, les enseignants peuvent profiter de plusieurs opportunités qui s’offrent à eux pour faire vivre quelques petites expériences aux enfants avec les technologies. Ils peuvent aussi enseigner de façon informelle les bases de l’éthique informatique. Comme mentionné ci-dessus, tous les enseignants doivent agir à titre d’exemple en ce qui concerne les technologies. En effet, tout au long de leur parcours scolaire, les élèves continueront de s’approprier les TIC et de comprendre l’usage correcte que l’on doit en faire. Nous répétons que nous ne voyons pas l’apprentissage des TIC comme étant des cours en informatique, mais bien comme étant vu à travers toutes les autres matières scolaires.

En tant que futures enseignantes, sommes-nous prêtes à le faire?

Au cours du baccalauréat en éducation préscolaire et en enseignement primaire, une des compétences à développer par les futurs enseignants est « Intégrer les technologies de l’information et des communications aux fins de préparation et de pilotage d’activités d’enseignement-apprentissage, de gestion de l’enseignement et de développement professionnel ». Il est donc de notre devoir de prendre les mesures nécessaires pour être qualifiés en matière de TIC. Également, comme nous l’avons dit précédemment, « exploiter les technologies de l’information et de la communication » est une compétence transversale qu’il faut fortifier chez nos élèves. Ainsi, que nous soyons prêtes ou non, enseigner la citoyenneté numérique et les compétences liées aux TIC fait partie de notre tâche. Au cours de notre formation, nous avons seulement un cours sur les TIC. Nous trouvons que ce n’est pas assez pour arriver au résultat attendu. Ainsi, c’est à nous de prendre les bons moyens pour s’outiller davantage et être prêtes à exploiter et à enseigner les technologies. Vive les enseignants techno-compétents!


En somme, étant donné l’importance nouvelle des technologies, il est nécessaire que les enfants comprennent bien l’usage éthique qu’il faut en faire. Ainsi, les parents et les enseignants ont tous deux leur rôle à jouer dans la « cyberformation » des jeunes, et ce, dès leur plus jeune âge. Nous savons que nous allons devoir le faire dans nos stages et dans notre profession. Comme nous l’avons souligné ci-dessus, nous trouvons qu’il y a un certain manque au niveau des ressources dispensées aux futurs enseignants. Face à cette réalité, le ministère de l’éducation serait-il prêt à donner plus de formation aux enseignants sur le renouveau des technologies?

Étu36, Étu41, Étu33, Étu50

etu36

Auteur: etu36

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Patrick Giroux Patrick Giroux ·  10 septembre 2014, 7:57:28 AM

Bonjour!
J'aime bien votre conclusion. La question soulevée est intéressante. C'est un aspect qui doit être discuté (l'implication du MELS).
Actuellement, c'est les CS qui offrent de la formation. Sinon, il faut s'inscrire à l'Université, mais à ma connaissance la majorité des enseignants se limitent à la formation offerte par les conseillers pédagogiques dans les CS. Pourquoi? Peut-être par manque de temps. Quelle autre formule pourrait-on imaginer pour assurer une meilleure formation continue des enseignants en TIC?

etu41 etu41 ·  16 septembre 2014, 1:12:51 PM

Peut-être qu'il devrait y avoir un spécialiste disponible dans chaque école pour aider les enseignants.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Les choses changent!

Je suis souvent un peu désabusé par la vitesse à laquelle les choses changent (ou ne changent pas!) en éducation... J'ai souvent l'impression qu'on vraiment beaucoup de difficulté à tout aligner correctement pour créer un changement. Vous comprendrez donc que lorsque je constate un changement, ça me fait très plaisir!

Lire la suite

Une exemple SMAR + Google Apps vraiment intéressant

J'ai parlé du modèle SAMR avec mes étudiants... Voici un exemple intéressant.

Lire la suite